Aller au contenu
  • billets
    8
  • commentaires
    17
  • vues
    555

Pensée du Jour: Hébreux 6:10

« Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et l’amour que vous avez montré pour son nom » (HÉB. 6:10).

Ce beau passage nous rappelle deux vérités importantes ;

1) Dieu récompense toujours ceux qui le servent fidèlement 

D'autres passages des Ecritures associent la récompense à la personnalité de Dieu :

  • Hébreux 11:6 il devient celui qui récompense ceux qui le cherchent de tout cœur.

  • Luc 6:23 votre récompense est grande dans le ciel

  • Prov 19:17 Celui qui témoigne de la bonté au petit prête à Dieu qui le récompensera pour ce qu’il fait.

  • Mat 6:4  Fais tes dons en secret. Alors ton Père, qui regarde en secret, te le rendra.

  • Colos 3:24 car vous savez que c’est de Dieu que vous recevrez l’héritage en récompense.

  • (2 Chroniques 15:7) Mais vous, soyez forts et ne vous découragez pas, car votre action sera récompensée


 

2) Dieu peut nous récompenser d’une façon que nous n’aurions jamais imaginée

. Ephésiens 3:20 Or, à celui qui peut, selon sa puissance qui opère en nous, faire plus que

surabondamment au-delà de toutes les choses que nous demandons ou concevons.

Pas seulement abondamment ni surabondamment, mais « plus que surabondamment » !

Considérons 3 exemples bibliques de récompenses inimaginables :

Le roi Ezéchias. Il a vécu à l’époque où le roi d’Assyrie Sennakérib avait envahi Juda et avait pris toutes ses villes fortifiées, sauf Jérusalem (2 Rois 18:1-3, 13). Puis Sennakérib s’est dirigé vers Jérusalem. Qu’a fait Ezéchias face à ce danger menaçant ? Il a prié et a demandé conseil au prophète Isaïe (2 Rois 19:5, 15-20). Il s’est aussi montré prudent en payant l’amende imposée par Sennakérib (2 Rois 18:14, 15). Enfin, il a fait des préparatifs pour que la ville résiste à un long siège (2 Chron. 32:2-4). Mais comment la situation a-t-elle été réglée ? Dieu a envoyé un ange tuer les 185 000 soldats de Sennakérib en une nuit.

Personne, pas même Ezéchias, n’avait imaginé cette solution ! (2 Rois 19:35).

Joseph, fils de Jacob. Dans son cachot en Égypte, pouvait-il imaginer qu’un jour il deviendrait le deuxième personnage du pays, ou qu’il serait utilisé par Dieu pour sauver sa famille de la famine ? (Gen. 40:15, 41:39-43 ; 50:20).

Sans aucun doute, les actions divines ont dépassé ce qu’il avait pu imaginer.

Et que dire de l’arrière-grand-mère de Joseph, Sara ? Alors qu’elle était très âgée, a-t-elle pensé que Dieu lui permettrait d’avoir un fils elle-même, et pas seulement de recevoir le fils enfanté par sa servante ?

Sans aucun doute, la naissance d’Isaac a dépassé tout ce qu’elle avait pu imaginer (Gen. 21:1-3, 6, 7).

En conclusion, nous n’imaginons pas que Dieu fera disparaître immédiatement tous nos problèmes. Nous n’exigeons pas non plus qu’il nous arrive des choses spectaculaires.

Mais une chose est sûre : le Dieu qui a fait l’inimaginable pour ses serviteurs du passé est aussi notre Dieu ! Il ne change pas. (Is 43:12-13) Il peut donc nous aider nous aussi à surmonter les situations les plus difficiles si nous lui restons fidèles.



Annonces
Maintenant

10 Commentaires


Commentaires recommandés

La récompense n'est pas la motivation première de nos actions qui reste l'amour et l'attachement au Créateur.

La récompense est une expression de l'amour et de l'approbation de Dieu à notre égard qui prend plaisir à nos témoignages d'affection comme un enfant est heureux de savoir qu'il réjouit son père grâce à la récompense que ce dernier lui réserve.

La récompense c'est le cadeau que vous recevez pour ce que vous avez pu faire, mais vous ne l'aviez pas fait pour obtenir le cadeau, ce qui traduirait plutôt une forme d'égoïsme.

La récompense est donc la confirmation d'une approbation qui réjouit son destinataire.

Une personne qui a la foi est pleinement convaincue que ses efforts pour plaire à Dieu ne sont pas inutiles mais appréciés par Dieu , ainsi que le mentionne Paul aux Corinthiens: (1 Corinthiens 15:58) " Par conséquent, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables. Ayez toujours beaucoup à faire dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail en rapport avec le Seigneur n’est pas inutile."

En hébreux 10:6 Paul attire précisément notre attention sur le fait que Dieu sait se montrer reconnaissant à l'égard des humains, et n'est pas injuste ou ingrat au point de ne pas apprécier nos efforts. Le contraire est précisément une pensée du Diable qui voudrait nous faire croire que les humains sont incapables de satisfaire aux normes de justice définies par Dieu. C'est ce qu'il a insinué au fidèle Job : 4:18,19 "Vois ! Il n’a pas confiance en ses serviteurs et il trouve des défauts à ses anges. 19 Combien plus à ceux qui habitent des maisons d’argile dont les fondations sont dans la poussière, ceux qu’on écrase aussi facilement qu’une mite !"  et 22:2,3 " « Un homme peut-il être utile à Dieu ? Un homme perspicace peut-il lui être utile ? Importe-t-il au Tout-Puissant que tu sois juste ? Ou bien ton intégrité lui rapporte-t-elle quelque chose ? "

Ne nous laissons pas duper par les mensonges du Diable qui voudrait nous persuader que Dieu est exigeant, dur et insatisfait.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
il y a une heure, Pat49 a dit :

Une personne qui a la foi est pleinement convaincue que ses efforts pour plaire à Dieu

 

il y a une heure, Pat49 a dit :

sachant que votre travail en rapport avec le Seigneur n’est pas inutile

il y a quelque chose qui cloche dans cet utilitarisme, idem dans la volonté de plaire à un Autre ...Cela ramène l'acte d'aider à un calcul ...et donc ça lui fait perdre son contenu : je n'aide pas spontanément mon petit frère, ce que je fais n'est pas spontané, je le fais en vue de son bien et ce bien est le produit d'une pensée qui n'est pas la mienne : fais ce que l'on te dit et ainsi ce que tu fais sera bien. C'est une manière de se dégager de toute responsabilité, ce qui spontanément pourrait être là : simplement aider quelqu'un ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est la définition même de l'amour chrétien, gratuit et désintéressé.

Cor 13:5 l'amour (grec agapê) « ne cherche pas ses propres intérêts ».

C'est ce genre d'amour que Dieu a manifesté à l'égard des humains.

Jean 4:9 : « Voici comment l’amour de Dieu a été révélé dans notre cas :

Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous puissions

obtenir la vie par son intermédiaire. »

L'amour de Dieu a bien un objectif ! Le bien de l'humanité.

[Attention, les textes originaux sont plus riches que le français où le seul mot amour est traduit par 4 termes différents en grec (agapê, philéô, eros, storgê) chacun apportant sa nuance. Voici ce que déclare un dictionnaire biblique (Vine’s Expository Dictionary of Old and New Testament Words) à propos du nom agapê et du verbe agapaô : “ L’amour ne peut être connu que par les actions qu’il suscite. Mais ce n’est manifestement pas un amour qui recherche son plaisir , c’est-à-dire qu’il n’est pas motivé par les mérites de ceux qui en sont l’objet. Il s’agit d’une manifestation de la volonté divine découlant d’un choix délibéré sans autre cause que celle qui réside dans la nature de Dieu lui-même, cf. Deut. 7:7, 8. ” — 1981, vol. 3, p. 21.]

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Il y a 8 heures, Pat49 a dit :

Cor 13:5 l'amour (grec agapê) « ne cherche pas ses propres intérêts ».

cela fait donc deux textes du même auteur qui semblent se contredire : d'une part, la bonne manière d'exister est d'aider par pure spontanéité, d'autre part la bonne manière est de passer par son intérêt : si j'aide mon prochain, dieu me récompensera.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Il n'y a pas de contradiction, car je n'aide pas pour obtenir une récompense. J'aide par amour (et ne recherche donc pas mon intérêt 1 Cor 13:5).

2 autres passages des écritures soulignent cet aspect:

 (1 Corinthiens 10:24) Que chacun continue à chercher, non pas son avantage personnel, mais celui de l’autre.
(Philippiens 2:4) et ne recherchez pas seulement vos propres intérêts, mais aussi les intérêts des autres.

Maintenant je sais qu'en agissant ainsi je plais à Dieu, qu'il apprécie. Les 2 idées ne se contredisent pas, mais se complètent et s'enrichissent. 

Des parents consentent à bien des sacrifices et efforts par amour pour leurs enfants mais quelle joie ils éprouvent lorsqu'ils reçoivent des témoignages d'affection et de reconnaissance de leurs part! Pourtant il n'y a aucun calcul du type: si j'aime mais enfants ils me récompenseront. L'amour véritable ne calcule pas.

Modifié par Pat49

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Il y a 14 heures, Pat49 a dit :

ne recherchez pas seulement vos propres intérêts, mais aussi les intérêts des autres.

il y a une contradiction pourtant. En effet, je ne peux suivre deux lièvres en même temps. Je vais suivre l'un puis je vais suivre l'autre. En même temps, c'est contradictoire, ça s'annihile. Le problème qu'affronte le christianisme serait donc celui-ci : Adam ne peut obéir et désobéir. Il doit choisir et le choix qu'il fait est irréversible. S'il suit son intérêt, il désobéit. Vouloir à la fois son intérêt et obéir, ce n'est pas possible. Il y aurait donc une duplicité constante que l'on retrouve chaque fois que l'on aide spontanément tout en se disant que les autres nous aiment.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Bonjour I.Thomas-Gil

Votre raisonnement est intéressant mais incomplet car il n'intègre pas une vérité fondamentale : la pensée de Dieu.

Le prophète Isaïe (55:8,9) sous inspiration en explique l'importance en ces termes : «Mes pensées [non celles du prophète mais celles de Dieu] ne sont pas vos pensées, et vos manières d’agir ne sont pas mes manières d’agir. De même que le ciel est au-dessus de la terre, de même mes manières d’agir sont au-dessus de vos manières d’agir, et mes pensées, de vos pensées.»

Quelle magnifique déclaration qui rappelle la supériorité des pensées et de l'intelligence de Dieu sur celles limitées des humains.

Au 1er siècle Paul est revenu sur cette idée fondamentale en parlant des philosophes grecs de son époque qui ,malgré leur intelligence , méprisaient la simplicité du message chrétien : (1 cor 1:20-21) « Où est le sage ? Où est le scribe? Où est le débatteur de ce monde? Dieu n’a-t-il pas rendu stupide la sagesse du monde ? En effet, puisque le monde, en s’appuyant sur sa propre sagesse, n’est pas parvenu à connaître Dieu, il a paru bon à Dieu dans sa sagesse d’utiliser la stupidité de ce qu’on prêche pour sauver ceux qui croient. »

Un peu plus loin ( 2:12-13) il explique pourquoi ces philosophes ne pouvaient parvenir à la sagesse divine : «Or nous, nous avons reçu, non pas l’esprit du monde, mais l’esprit qui vient de Dieu, afin de pouvoir connaître les choses que Dieu nous a données volontiers. Ces choses, nous en parlons aussi, non pas avec des paroles qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec celles qu’enseigne l’esprit; de cette façon, nous expliquons des questions spirituelles avec des paroles spirituelles.»

Pour comprendre les pensées de Dieu il est donc indispensable de bénéficier de l'esprit saint.

Aussi je vous invite modestement à le demander dans la prière de façon à « connaître l’amour du Christ, qui surpasse la connaissance, pour que vous soyez remplis de toute la plénitude que Dieu donne. » Ephésiens 3:19

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Bonsoir Pat,

La contradiction n'est-elle pas dans l'homme ? quelque chose lui dit d'aider son prochain et quelque chose lui dit de prendre pour lui. Il ne peut à la fois prendre pour lui et donner à l'autre. Il est déchiré. C'est Adam tenté de prendre et tenté de rester aimé de Dieu. Votre message retrouve cette division, cet inextricable tiraillement, ce message contradictoire : aider son prochain et vouloir pour soi. Vous essayer de solutionner cette contradiction interne en projetant un dehors idéalisé de l'homme : il y a Dieu, capable d'aide, il y a l'homme tenté par son intérêt. La contradiction est juste déplacée : Dieu aide et l'homme, assume, prend sur lui d'être lié à son intérêt seulement. Ce qui est curieux c'est que la Genèse dit l'unité contradictoire de l'homme et que nous la perdons de vue en supposant que la Chute est une histoire effective, ayant lieu dans le temps, permettant de dire : ceci puis cela (le paradis puis la déchéance, l'obéissance puis la désobéissance, dieu puis l'homme, le temps de la souffrance puis le temps de la joie ..etc)

Modifié par I.Thomas-Gil

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Le 27/04/2020 à 00:20, I.Thomas-Gil a dit :

Est-ce que le message chrétien est : si tu obéis à Dieu tu obtiendras une récompense ?

Je doute , très fort, que le message chrétien soit " si tu obéis à Dieu tu obtiendra une récompense "

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×