Aller au contenu
  • billets
    8
  • commentaire
    0
  • vues
    519

Le Songe d'une Nuit d'Hiver

narcejo

98 vues

Pour moi

 

De nos jours les gens bons portent des porte-jarretelles

Elles ont de la classe, de la noblesse, et des croisillons

Là où réside la limite de la mini-jupe elles sont réelles

Je les ai croisées, elles travaillent dans ma banque bon

Certes elles risquent le c.o.r.o.n.a mais voilà c'est bon

De les voir, depuis mon trottoir où je fume ma clope

Auto-octroyée au moyen non d'un découvert autorisé

Mais d'une opposition sur un prélèvement automatique

L'envie de toi de ton intelligence de ton cul, une tactique

Personnelle pour tromper dans vie tout ce qui me fait flic

Jupe couleur cachet peau couleur caramel elle m'allait

Comme un gant dans un rêve insensé même le ciel est chic

Pas une goutte de pluie depuis des jours et cela j'en rêvais

Sacrée épidémie drôle d'épistémologie quelques pistoles

Peuvent te racheter une virginité mais une mauvaise conduite

De mes pensées coincées en moi même pas une goutte de pluie

Pour te montrer que même les rois ceux bien sûr qui font les lois

Peuvent pleurer dans le noir seul capable de me faire respecter

Un couvre-feu imaginaire pour moi dans mes propres rêves

Car toi évidemment je reviens aux rimes t'es des filles d'Eve

T'es irréelle tu bosses dans une banque que je vas faire sauter

Mes couronnes dentaires en frémissent l'avenir aux optimistes

Mon présent c'était toi ô belle éternelle banquière gardienne

De mes devises la science est pleine de biais vie bien biaisée

Toi je crois seuls les trains te sont pas passés dessus le schiste

De ma raison c'est comme le shit ça fait le gît à toute la clope

Que tu m'as gentiment laissée fumer belle salope (toi, hi hi hi)

T'es le feu t'es la flamme t'es la cheminée en somme le foyer

Je veux bien porter un masque pour porter ta vérole jeu de rôle

Fameux, fumeux, bizarre étant donné que de nos jours si drôles

Tu peux, bien évidemment, voter, même à la mairie, et gagner

Des sous mais pas que ça t'es libre t'es la flamme et même le vent !

Ne t'inquiète pas c'est pas encore demain que la banque va sauter !

Les civilisations ne sont pas en ruines dedans y a tout plein de gens

On n'est pas si confinés, fantasmes numériques fantastiques chants

Des cloches des églises qui nous cernent mondes dans les mondes

Tout n'est que richesses et, bah, va, je ne rachèterai aucune chose

Ni ta culotte ni tes bas ni ce que t'as oublié de mettre ce beau matin

Sainte que je ne touche pas j'aime mon regard glissant tout jusque

Au centre de tes cuisses bien sûr je te préférerais toute auprès de moi

Comme le moustique à choisir voudrait ne pas être simple éphémère

Devant la flamme de la bougie allumée à la prochaine saint sylvestre

Pour faire des meilleurs que ceux de l'année passée, enfin celle la, ici

Et maintenant (bon je parlais des vœux dans le ver précédent) c'est très

Agréable d'avoir pu te mettre dans la bouteille, telle un des souvenirs,

De mon poème libre, que je conserverai quoiqu'il en coûte même au-delà

Ce là-bas lointain tel le rivage de l'espérance quand dans l'horizon point

De phare, il vaut mieux que j'achève là ce putain de poème, chère garce,

Puisque de toute manière j'en serai seul Lecteur à la fin du monde, l'eau

Est profonde j'entends déjà le chant, prise de tête, ancestral des baleines...



Annonces
Maintenant
×