Aller au contenu
  • billets
    2
  • commentaires
    12
  • vues
    83

Ces filaments de son

Ambre Agorn

170 vues

Elle vibrait. Je la voyais toucher des yeux son tambour, ses baguettes n'en frappaient la peau que pour prolonger l'impulsion née de son corps. La vibration, lancée contre son corps qu'elle arquait, partait explorer tous les obstacles posés sur sa trajectoire. Elle s'enflait en passant sous les lames du xylophone, pressait les tissus de la tenture du bord de la scène, planait au dessus du piano à queue tout en se mirant dans le plaquage luisant, et revenait jouer avec la chevelure vaporeuse de celle qui l'avait réalisée.

Puis un appel lancinant sortait de son corps en ondes plus longues au fur et à mesure que la plainte s'emplifiait. Il vint s'écraser au fond de mon tympan et finit sa course juste sur mon estomac. Impossible pour moi de rester immobile, il fallait que mes mains chauffassent cet impact pour essayer de me sauver de cette étreinte mortelle. Le renvoyer fut tellement difficile, qu'il fut empreint de mon souffle rauque. Enfin je l'exhalais, en silence, pour qu'il retrouve son berceau au fond d'une mare pour lequel il était destiné.

Ma magicienne du son savait ce qu'elle faisait et jouait avec les ondes pour atteindre mes fibres les plus profondes et les plus invisibles.

Elle était mon bourreau et mon passage obligatoire pour voir ce son qu'elle envoyait à tout vent.

Elle avait cent mains pour tresser les tissus les plus complexes et les plus colorés que mes oreilles auraient pu voir. Elle faisait onduler mon corps sans que mon cerveau n'intervienne. Elle en obtenait une obéissance totale et un oubli de la suprématie de mon mental. Elle avait ouvert une porte que je n'avais jamais connue, celle du son de mon propre corps.

Elle parlait avec son corps au mien. Mes oreilles n'en percevaient qu'une certaine mélodie, mes yeux voyaient des ondulations colorées, mes mains touchaient une texture si parfaite qu'elle semblait être chaude, ma peau respirait une odeur pleine de pétillante, et ma langue goûtait à la douce tranquillité d'un moment de paix.

Je voulais que cet instant dure encore et encore.

Je la regardais assise, là, devant son piano, ses mains encore posées sur la dernière note qu'elle avait libérée. Je la voyais tracer de son regard le chemin que devait prendre l'onde envoyée qui, après un dernier soubresaut s'imbiba dans la pierre qui la recueillit avec douceur.

Je voulais danser. Dès que ce désir parut, ma magicienne se tourna vers moi et ses mains parlèrent. Ses doigts couraient et sautaient d'une note à l'autre, en suivant l'expression qui leur était transmise. Pour de petits doigts légers, ils étaient soudains bien bruyants. La chaleur du mariage des notes toucha mon front et me donna l'impulsion de l'expression. Sous la dictée, je lâchais la bride de mon immobilité et je me mis à frôler doucement ces sons qui portaient l'amour. Sans savoir ce que je voulais faire, je laissais les ondes me bousculer ou me porter. Je voyais ces petits filaments colorés s'agripper aux faibles sons de mon corps. Ensembles, ils faisaient tout. Je ne voyais plus rien, je n'étais que vibration. Je me sentis emportée dans une danse folle et endiablée. Puis elle me laissa essoufflée dans un coin pour se reformer en un coussin moelleux et doux où je posais ma tête. Ses légères pressions m'obligeaient à changer lentement l'équilibre de mon corps. Ce n'était pas seulement mes membres qui se mouvaient, mon ventre semblait être celui qui était le centre de gravité où l'équilibre se formait. Un léger écart dans la mélodie me fit frissonner, m'obligeant à ouvrir les yeux.

Ce que mes yeux virent alors dépassèrent mon entendement. Je n'avais pas bougé d'un seul poil. Je me voyais, là, assise sur ma natte. Je me regardais, comme si c'était une autre personne. J'étais apparemment endormie, et je fus un instant écartelée entre les sons brillants et la réalité de mon cerveau...

Et puis mon rêve se cassa, se brisa en mille éclats colorés. Il se brisa contre sa réalité, il se brisa contre le ressac de ma pensée. J'ouvris les yeux pour reprendre le cours du concert d'Evelyn G.

 



Annonces
Maintenant

5 Commentaires


Commentaires recommandés

Bien sûre, si ça peut te permettre de dormir plus tranquillement!

Je peux encore corriger le texte original? Je n'ai pas trouvé où!?...

Modifié par Ambre Agorn

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Oui, pour corriger il faut utiliser le bouton "Actions du billet", juste sous celui-ci sur la gauche, qui te laissera la possibilité d'Editer. :)

Pour les fautes z'et z'autres soucis de typographie :

"Ele s'enflait" (manque 1 L)

"la plainte s'emplifiait." (Amplifier)

"que mes mains chauffasse" (manque -ENT)

"je l'exhallais" (1 L en trop)

"une marre" (1 R en trop)

"auraient pu voir,." (choisir entre le point et la virgule ;-)

"une porte que je n'avais jamais connu" (manque un E)

"la douce tranquilité" (manque 1 L)

"dernier soubressaut" (1 S en trop)

"ses doigts courraient" (1 R en trop : imparfait)

"froler doucement" (accent ^^)

"fiaments colorés" (manque 1 L)

"essouflée dans un coin" (manque 1 F)

"me fit frisonner" (manque 1 S)

"mon rève" (re-accent ^^)

Et si je ne me trompe pas, tu parles fort bien de cette dame et de sa particularité :

 

Modifié par Tequila Moor

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Il y a 9 heures, Tequila Moor a dit :

"la plainte s'emplifiait." (Amplifier)

Merci pour le pravail! Il va falloir que je t'envoie, avant de publier, ce que je vais écrire!

Il n'y en a qu'un que je n'ai pas corrigé, parce que je préfère comme j'ai mis...

Et tu as raison pour ma magicienne du son! (tous les indices étaient fournis, il me semble, non?)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Il y a 2 heures, Ambre Agorn a dit :

Merci pour le pravail! Il va falloir que je t'envoie, avant de publier, ce que je vais écrire!

Il n'y en a qu'un que je n'ai pas corrigé, parce que je préfère comme j'ai mis...

Et tu as raison pour ma magicienne du son! (tous les indices étaient fournis, il me semble, non?)

Merci pour le pravail ? Houla, si tu dois m'envoyer aussi tes commentaires avant de les publier, nous ne sommes pas sortis... :rolle: En tout cas, de rien !

Oui, tous les indices étaient fournis, mais je n'ai pas vu le G de Evelyn en première lecture, et cela faisait longtemps que je ne l'avais écoutée, je n'ai donc pas percuté de suite. En tout cas, belle imagination de ce que peut être le son pour elle.

  • Haha 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité