Aller au contenu
  • billets
    6
  • commentaires
    12
  • vues
    103584

Les toiles de minuit

Kégéruniku 8

145 vues

Emporté par la houle, frappé par les vents,
Rafiot décevant qui se brise et qui coule.
Rescapé du naufrage, hélas survivant,
Sur les flots dérivant quand la nuit s'écroule.

Dans le froid mortifère de l'obscurité,
Où le sang et le sel ne sont plus que doux jeu,
Mutine lumière vient offrir sa clarté
Et nourrir mes espoirs d'un avenir radieux.

Sa joliesse me réchauffe le palpitant
Et me fait me débattre en plein cœur d'océan,
Dans le seul but de l'atteindre et l'étreindre.

Sur les nombreux écueils, ma volonté broyée,
L'écume pour cercueil, je finis mort, noyé.
Maudite lumière qui me voit m'éteindre.



Annonces
Maintenant

1 Commentaire


Commentaires recommandés

Les femmes fatales ! il faut se surpasser pour voir des femmes d'un autre niveau, mais encore faut-il s'en sortir vivant de l'illusion créée par les femmes fatales.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité