Aller au contenu
  • billets
    14
  • commentaires
    79
  • vues
    1027

Débordements.

Isadora.

412 vues

Cafard. Capharnaum. Envie de dormir, pas de sommeil. Envie de baiser. Envie de baiser. Envie de baiser. PUTAIN ! Envie de tendresse, de mains, de bouche, d'amour. Des lèvres. Des lèvres. Une odeur. Levrette. Sodomie en levrette, ses doigts sur mon clitoris, de son coude il m'étrangle. Impression de crever. Endurer le plaisir. Je pas penser, ne pas penser à part Je t'appartiens je t'aimerais toujours délivre-moi de mon corps je t'appartiens tu es mon dieu il n'y a pas d'autre dieu que toi ton sexe est ton prophète. Je t'aime. Prends-moi par tous les trous. Tu n'es plus là. Solitude. Sentir les contours de son corps. Interdiction de jouir. On joue. Tu as sept ans. Ça fait mal, ça fait mal, tout-à-coup c'est trop bon. Tire-moi les cheveux c'est pour ça qu'ils sont longs. Fumer clope sur clope. Café. Encore une clope. Pas sommeil. 

Je me réveille, tu dors encore, ta main sur mon sein gauche, c'est encore un matin béni, j'ai de la chance, il y a un beau soleil, je me dis que nous serons comme ça toute la vie. Je sais que j'ai de la chance de t'aimer si consciemment. Tu dors. Tu es beau. Un mois plus tard, c'était fini, c'était en 2015. Quatre ans sans toi. Tu me prends dans la rue. Tes yeux. Ton sexe dans ma bouche. C'est si beau, quand tu jouis. Grains de beauté. Tu ne dis rien, tu me détestes. Tu me manques.

La multitude. 13, 27, 51, 100. Nombres magiques. Amants aimés au-delà de tout mot. Révélations. Les autres, ça dépend. Images du passé. Album photo tombé par terre, flash. Je vomis sur son chibre, il trouve ça très beau. Le mascara qui coule. Je tousse. Il y retourne. Ravale. Gifle. Existe pas. Pense pas. Vide. Grâce. Orgasme. Obéir. Jouir. Soulagement. Extase presque identique à celles de 2015.

Et me voilà, dans ce salon, à ressasser, honteuse d'un passé qui me manque tellement. Deux mois sans rapports. Vie sexuelle morose avant. Pas d'infidélité. Avec des critères plus sincères, un an sans avoir joui vraiment. Il a fini. Je suis frustrée. Il n'a jamais compris de quoi j'avais besoin. Les chevilles attachées, à quoi ça sert ? Et même en le faisant, non rien ne change. Il me fallait de l'absolu, de la verticalité. Tout est oblique. Mauvaise pente. Aucun vice. Aucun penchant. Mes seins ne servent à rien. Mon cul me sert à rien. Il me respecte tant qu'il ne fait que se vider dans mon vagin et me dire qu'il m'aime en s'endormant. Chaque chose à sa place. La langue pour la bouche, le penis pour le vagin, le plaisir pour la prochaine fois. Je regarde le plafond. J'ai honte de n'avoir rien ressenti. Je suis frustrée. Siècles d'érotisme gaspillés.  

Souvenirs. Ne jouissons pas. Prenons le temps. Il sent dans sa poitrine une boule de chaleur que je ressens aussi. Elle va et vient de lui à moi, de moi à lui, nous ne comprenons pas. Ça n'a pas d'importance. Il n'y a plus que la fusion et la présence. Je suis sur lui. C'est lui qui me prend. Nous nous regardons, bouche bée, à deux doigts de craquer. Chacun semble dire à l'autre Mais qu'est-ce que tu me fais c'est tellement beau ! Expérience indicible et jamais retrouvée. Surnaturel. Lentement, très lentement. Nos deux souffles synchronisés. Nous ne sommes plus qu'un, à peine divisé en deux parties. Symbolon. Magie absolue de cet instant de grâce où la montée du plaisir donnait accès au ciel. Amour total : physique, sentimental, instinctif, cérébral, spirituel. Ce jour-là nous avons tout reçu. 

Médiocrité extrême du présent. Abandon du meilleur, oubli de l'amplitude. Redresse la tête. Impossible de revenir en arrière. Impossible de me donner comme avant. Besoin de solitude. Envie d'amour. Douleur du conjoint fantôme. 



Annonces
Maintenant

4 Commentaires


Commentaires recommandés

il y a 16 minutes, hell-spawn a dit :

Plus femme que toi ce n'est pas possible, tu as tout et avec l'intelligence en prime.

Euh… merci. 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
il y a 12 minutes, Crève a dit :

quel cri déchirant !

Bien heureusement, le cycle saturation —> suturation fonctionne toujours aussi bien et je vais mieux. 

Merci pour le commentaire. 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité