Aller au contenu
  • billets
    33
  • commentaires
    82
  • vues
    22 812

Very Bad Trip

Loopy

83 vues

La scène se passe dans une rame de métro. Madame Q est debout, dos à la scène, face à la porte de la rame. Derrière elle se tient Monsieur P, de profil, regardant vers le sol.  A 3 pas de là, Monsieur V jette des coup d'oeil discret. Plus loin, un contrôleur approche en s'arrêtant à chacun des figurants. 

Madame Q : (se retournant)
                    Eh bien je vous en prie ! prenez vos aises ! 

Monsieur P :                                                    Pardon ?  
        
Madame Q : Ne faites pas l’innocent, vous êtes démasqué.
                  Il suffit ! allez-vous oser nier ? 
    
Monsieur P    :                                          Voyons, 
                     Madame, je ne sais pas de quoi vous me parlez

Madame Q : Je vous parle de vos mains, qui se promènent, monsieur
                  Comme de braves gens promèneraient au ciel bleu
                  Dans des campagnes aux alentours de mon derrière
                   Si celui-ci en avait les champêtres airs.

Monsieur P  : Mais… 

Madame Q :  Il suffit vous dis-je ! Arrêtez, ou je crie !

Monsieur P    : Vous criez déjà ! Et mes mains sont occupées
                   L’une dans ma poche, l’autre à m’éviter de tomber

Madame Q : Ah ?

Monsieur P    :    Mais oui !

Madame Q :                  Dites alors
       
Monsieur P    :                             Quoi ? 
    
Madame Q :                                           Là, votre main
                   Que fait-elle donc dans cette poche… Des va et viens ? 

Monsieur P    : Mais … 

Madame Q :              Cessez cela, sale pervers, c’est dégueulasse, 

Monsieur P    : Oh !

Madame Q :      Je vous dénonce, inutile de resister, 
                    C’est décidé. En attendant, changez de place.
                   Ah ! Voila justement un contrôleur.
                                      (lui faisant signe)     Monsieur ?
    
Monsieur P    : Qu'est ce que ... 

Le contrôleur : (se dirigeant vers la scène)
                                      Madame ? Qu'y a-t-il ?
        
Madame Q :                                           Il y a, Monsieur
                    Que certains passagers ne savent bien se tenir
                     Et je souhaite me plaindre de ce que je les subit

Monsieur P    : Je m'insurge !

Le contrôleur :                    Ola, Attendez, que voulez vous dire ?

Monsieur P    : C'est un...    

Madame Q :                   Je veux dire que le pervers que voici
    
Monsieur P    : Scandaleux... !

Madame Q :                           S'ammuse à me tripoter les fesses ! 

Le contrôleur : (se tournant vers Monsieur P, l'air menançant) 
                     Oh ! 

Monsieur P    :         Ne croyez pas cette folle, je n'ai rien fait !

Le contrôleur : Madame ment alors ?

Madame Q :                                 Non ! C'est un pervers ! ... Qu'est ce ? 
                    Il tremble comme une feuille, salaud, il se sait pris !

Monsieur P    : C'est de colère, petite folle, que ma moustache frétille !
                   Vous m'accusez car croyez avoir senti ... 

Madame Q :  "Croyez" ? Il me tripopte, au moins depuis bastille !

Le contrôleur : Arrêtez, stop. Quelqu'un a-t-il vu quelque chose ?

Monsieur V  : Moi, j'ai bien vu une main sur un cul, ou l'inverse
                  C'est de cela que nous discutons je suppose ?

Le contrôleur : Ah! (se tournant vers Monsieur P)
                            Il semble que monsieur se permet des largesses ! 
      
Monsieur P    : Quoi donc ? Il ment ! il est de mèche avec cette timbrée ! 

Madame Q : Non ! 

Le contrôleur : (se retournant à nouveau vers Monsieur V)
                            Allons, dites moi tout, n'omettez rien ! 
      
Monsieur V  : Eh bien, à cette première loge j'ai contemplé,
                   Dès lors que Madame me l'a sans dire proposé
                    La beauté des atours dont les femmes ont le secret

Madame Q : Quoi ? Je n'ai rien proposé ! mais ou suis je tombée ?

Le contrôleur : Madame, une chose à la fois je vous prie !

Madame Q :                                                                Mais...

Le contrôleur : Laissez pour le moment. Monsieur, allez au fait !

Monsieur V  : Oui, je matais. Et donc ? 

Le contrôleur :                                 Au fait, vous dis je 

Monsieur P   :   Ah mais...

Le contrôleur :                Vous, ne la ramenez pas ! Monsieur, dépéchez !

Monsieur V  : Oui, dans ma trans je fus troublé par une rature
                   Sur ce tableau jusque là parfait. Une main.
                   Une main, c'est ainsi que l'a voulu mère nature
                   n'est à rien d'autre plus semblable qu'à une tierce main
                  Aussi ne suis-je pas en mesure, maintenant
                   De dire si elle était à tel ou tel châlant. 
    
Monsieur P       : Puis-je vous aider en vous la mettant dans la figure ?

Monsieur V  : Quelle bonté ! Mais je gouterai plus volontier 
                    De votre main ses dernières avantures 

Madame Q :                                   Et puis quoi ?

                     (se tournant vers le contrôleur)
                   Combient encore dois je endurer ?
                    Vous restez planté ? Vous n'allez donc rien faire ? 
          
Le contrôleur : Je ne peux punir ce que je ne peux prouver
                      Je me demande bien maintenant qui faire taire
                      De votre agresseur ou de votre témoin
    
Monsieur P       : Je suis innocent, lui, avoue être un voyeurs
                        Faut il donc, pour tout, vous tenir la main ? 
    
Le contrôleur : Venir me parler de main serait une erreur !

Madame Q : L'erreur, c'est vous, c'est vous tous autant que vous êtes,
                  Voyeurs, lâches, Vous ne valez quère mieux que des bêtes 
                  Ce que vous ne savez prouver, je dois le subir
                  Sans plainte, sans dire, et bientôt même en jouir ?
                 Et vous croyez peut être, que parce qu'elles sont en vers
                 Vos faiblesses resteront pardonnées et impunies ?

Monsieur P       : Mais diable, je n'ai rien fait !

Le contrôleur :                                   Que puis je ? 

Monsieur V  :                                                      Une main, à qui ?
                      Un cul, le votre ! 
    
Madame Q :                              Ah ? le mien ? je vous remercie,
                       Et il vous est défendu à jamais de croire
                        Qu'il puisse un jour vous être accordé de le voir.
                        Et vous autres là, qui faites semblant, cafards
                      Que vous êtes et resterez, Allez au diables, je pars.
                      C'est ici que je descend
    
Le contrôleur :       Madame, attendez !

Monsieur P       : Bon débaras... Folle dingue

Monsieur V  :                                           Quel cul quand même...

Monsieur P       : Vous, sale con, dire que vous n'etes pas inquité ?

Monsieur V  : Et pourquoi donc ? Avoir contemplé ce que j'aime ?
                   Niez pas l'évidence, dites ce que vous faisiez
                    Ce n'est qu'avec les yeux, moi, que je l'ai touchée
    
Monsieur P       : Si je l'ai effleurée, ce n'était pas volontaire
                        C'est à peine si j'osais....

Monsieur V  :                     effleurer ?! la belle affaire
                        Comme le forgerons lui aussi effleure le fer ?

Monsieur P  :    Mais à la fin il m'ennuie... Admettons que j'ai
                      Une seconde, cédé à une faiblesse passagère
                       pour un instant de plaisir subtile et léger

Monsieur V  : Alors ma foi, vous méritiez une punition ! 

Monsieur P  :    Oh, Pas plus que vous, ce n'était rien de méchant
                        La belle aurait même pu aimer cette attention
    
Monsieur V  :

Peut être bien, mais là, dans notre position
    J'arreterai sur le champs de parler encore
    De ce cul qui nous causerait bien du tort
    Si de tout ce train nous devenions la risée

------------------------------------------------------------------

Le contrôleur : Madame, pardon, je suis confus, je ne savais...

Madame Q : Vous saviez, et vous n'avez rien fait. Partez.

Le contrôleur : Je peux encore... 

Madame Q :                               Il est trop tard, le mal est fait

Le contrôleur : Mais ... 

Madame Q :  

Laissez moi. Je ne veux plus que le silence
    Vous n'avez donc pas de ticket à contrôler ?
    Allez traquer et destribuer vos sentences
    (sortant un ticket de sa poche)
    Tenez, là, déjà le mien, faut-il le prouver ?

    
Le contrôleur :  Permettez au moins que je présente des excuses !

Madame Q :

Pourquoi donc ? N'avoir pas su tenir votre rôle 
    Quand pourtant devant vous, un homme que tout accuse
    Se joue de vous comme il se jouerait d'un drôle
    D'excuse vous n'en avez guère, aucune d'entre elles,
    Non, aucune, Ne saurait vous rendre moins complice
    D'avoir laisser, sans autre forme de querelle
    Ces bêtes, sur moi et d'autres, assouvir leur vice
    Que croyez vous faire à me suivre ? Me défendre ? 
    Si d'aventure d'autres malheurs m'arrivaient
    Mon bon monsieur, de vous je ne saurais dépendre.
    Alors prenez vos excuses inutiles et partez.
     (elle part, il reste)

Le contrôleur :

Si j'avais su que c'est ainsi que ma journée
Trouverait sa fin, j'aurais peut être ce matin
Eu moins d'entrein à fuir la nuit pour travailler 
Ah on ne m'y reprendra pas, c'est certain. 

    
[To Be Continued... Ou pas... je sais pas, on verra... ]


  • Merci 1
   Alerter


2 Commentaires


Commentaires recommandés

Hormis les (quelques) fautes, j'ai beaucoup aimé. Et si seulement les élans de voix dans le métro pouvaient survenir avec autant de style...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

les personnages sont banals non? comment peut-on s'intéresser à eux ? dans la réalité, c'est intéressant, mais c'est dur à décrire. N'est-ce pas cela votre but ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité