• billets
    6
  • commentaires
    11
  • vues
    1 316

Pour se changer les idées sainement…

Isadora.

519 vues

Hello !

Ces derniers temps, même si les quelques billets que j'ai postés depuis ma réinscription ne le laissent pas forcément présager, je me sens bien. :) Je dois ce mieux à quelques trucs, glanés çà et là (et d'ailleurs merci à Criterium pour les conseils !). Je voulais vous faire un petit topo sur les différents outils que j'ai pu trouver pour améliorer ma vie. Bon, je préviens, si vous n'êtes pas l'heureux détenteur d'un smartphone, ça ne risque pas vraiment de vous intéresser. Alors oui, j'ai beaucoup recours aux TIC, mais le leitmotiv, c'est mens sana in corpore sano. Et étonnamment, ça a marché.

Créer des habitudes

La première application qui ait fonctionné s'appelle Fabulous. C'est un coach qui s'incruste sur votre téléphone et qui vous pousse à adopter des habitudes plus saines. Au départ très sceptique, je me suis prise au jeu et ça fonctionne plutôt bien pour ajouter de la régularité à votre quotidien. Si comme moi, vous avez tendance à être bordélique et que vous l'avez toujours été, vous pourrez vous dire que les habitudes ne servent à rien… eh bien non, c'est tout l'inverse. En réfléchissant, je me suis rendu compte que tous les moments constructifs et épanouissants de ma vie ainsi que toutes mes réussites, je les avais vécus dans des périodes où j'avais tellement de choses à faire, j'étais tellement pressurisée que je ne pouvais pas ne pas avoir d'habitudes. Du coup, j'en avais conclu que j'aimais la pression alors qu'en fait, j'aime simplement les habitudes. Alors, concrètement, ça marche comment ? C'est très simple. L'appli vous incite à vous lever à la même heure tous les jours, à vous coucher à la même heure tous les jours aussi, à faire le ménage, à prendre un petit déjeuner, à faire un peu de sport… Rien de fou mais la clef, c'est : 1. la régularité ; 2. le fait de devoir faire des rapports quotidiens et donc d'être récompensé si vous le faites.

Ensuite, il y a mon appli préférée, qui s'appelle Daylio (mais on en trouve un paquet d'autres). Le principe est très simple : c'est un journal intime dans lequel il n'est pas nécessaire d'écrire. On peut créer des activités-type et, régulièrement, on se met sur l'application, on entre son humeur (entre 1 et 5, on donne un nom à chaque humeur) et c'est parti, on raconte ce qu'on a fait depuis la dernière connexion. Pour les gens qui manquent de régularité, c'est parfait car c'est très peu contraignant. Bien sûr il est possible de rajouter un petit paragraphe mais ce n'est pas nécessaire. Si vous avez changé d'humeur, que vos souvenirs sont bons et que vous en avez envie, vous pouvez aussi remplir ce journal après coup, c'est donc assez facile de renseigner chaque jour. Finalement, l'utilité que je trouve à cette application, en plus de garder ma vie en mémoire de manière plutôt objective, c'est de me montrer ce qui me fait du bien et de me motiver à continuer sur cette voie. Idéalement, il faudrait chercher des schémas se répétant mais je n'ai pas encore assez utilisé l'appli. En revanche, je peux vous dire que de manière très majoritaire, mon humeur oscille entre "tout va bien" et "mouais" (2 et 3), que je vais toujours bien quand je me lève tôt et que j'accomplis les tâches ingrates que m'impose mon travail, que l'alcool est plus souvent associé à un mal-être que je ne le pensais, etc. Que du positif pour cette appli, donc !

Méditer

Pour la méditation, c'est en revanche un peu plus la jungle. Honnêtement, je ne suis pas encore certaine d'avoir trouvé LE truc idéal, d'autant que beaucoup d'applications existent, qu'elles sont parfois payantes, qu'elles sont souvent en anglais, etc. Ça fait un certain temps que je pratique mais de manière trop irrégulière. J'avais commencé par de la méditation par le vide, j'ai médité aussi dans le cadre de la sophrologie, j'ai essayé des méditations tibétaines mais de manière sans doute un peu trop solitaire. en somme je ne pars pas de zéro mais c'est pas très sérieux non plus.

J'avais commencé par une application un peu prise au hasard, qui s'appelle Petit Bambou. C'est pas mal mais on arrive vite à du payant — et quand je dis payant, c'est un abonnement, d'environ 10€/mois. Un ami m'a conseillé HeadSpace, qui apparemment est plus efficace pour la motivation et propose une large palette de méditations, classées par motivation sauf que c'est en anglais et sur abonnement. Fabulous propose aussi des méditations mais ça n'est pas aussi poussé.

J'ai peut-être trouvé un bon compromis, mon but étant dans un premier temps de travailler sur le vide et la respiration, sachant aussi que je cherche un centre de méditation dans ma ville. Ça s'appelle Prana Breath et c'est vraiment très, très simple, excessivement basique : la respiration se décompose en 4 moments (1. j'inspire ; 2. je retiens ; 3. j'expire ; 4. je retiens). Selon l'effet désiré, l'appli vous dit quoi faire, comme un métronome, pour le temps désiré. Vous pouvez vous faire 5, 7, 10 minutes de respiration apaisante avec une inspire courte et une expire longue sans pause ou autre, et je vous assure que quand vous faites ça, vous n'avez pas vraiment besoin qu'une voix vous demande d'être présent à vous-même pour ne penser à rien d'autre.

Dans tous les cas, si la méditation vous intéresse, je vous conseille très vivement de ne pas négliger ces solution. Elles peuvent avoir l'air un peu cheap, moins bien que de la vraie méditation avec un vrai prof et tout mais si en réalité vous ne faites rien du tout, mieux vaut au moins commencer comme ça plutôt que de ne pas faire. J'ajoute d'ailleurs que l'intérêt de la méditation réside dans la régularité de la pratique et qu'à moins de coucher avec ou d'être sa progéniture, un prof de yoga/méditation ne sera pas dispo 7j/7 donc voilà, vous n'avez pas d'excuse.

Faire le ménage

Vos parents vous l'ont répété sans arrêt, votre ex aussi mais vous vous raccrochez à l'idée que vous êtes bordélique et que c'est comme ça. Il n'empêche que votre logis n'est pas toujours assez propre pour que vous soyez content d'y rentrer ou d'y inviter des gens, que votre frigo déborde d'aliments périmés et que vous avez un peu honte. Eh bien non, c'est pas une fatalité. Personnellement, j'ai commencé par réparer ce qui dysfonctionnait. Du bricolage. Fixer les étagères qui attendaient depuis des mois. Ça fait de la poussière : hop, un coup d'aspirateur. Ah mais le sol est sale, en fait ! Hop, un coup de serpillère. En dehors de ça, les deux éléments les plus importants ont été l'évier et le réfrigérateur. Le simple fait de jeter tout ce qui est périmé permet de bien voir ce qu'il fat racheter et de limiter la tentation de la junk food. Idem pour la vaisselle : une fois qu'elle est faite, il devient plus facile de la faire systématiquement, pour maintenir un niveau d'hygiène acceptable, voire un peu plus que ça.

Garder un intérieur sain est intimement lié à la manière dont on fait ses courses. Il va falloir veiller à ce qu'il y ait toujours un certain nombre d'éléments dans les placards, si possible en stock : en gros, de quoi laver et de quoi prendre soin de soi ou de quelqu'un d'autre, qui arriverait à l'improviste. En somme, il faut avoir des sacs poubelle, de la lessive et du produit vaisselle mais aussi un stock d'éponges neuves, un balai qui fonctionne, etc. De même, aller faire un tour au marché donne envie de manger plus sainement, voire d'inviter des amis, ce qui motive aussi à ranger -> cercle vertueux.

Commencer par jeter et réparer a été un bon point de départ pour moi. Après, je ne fais toujours pas mon lit mais ça ne me préoccupe pas plus que ça. Le sol est propre, l'évier nickel, les sanitaires aussi, le réfrigérateur est sain. Ça me suffit pour bien fonctionner.

Apprendre à anticiper

Alors là, c'est complètement transversal, c'est le truc qui m'a permis d'enfin aller à la piscine, d'enfin prendre un petit déjeuner et d'enfin manger plus sainement. Pourtant, c'est très simple : il faut anticiper. Personnellement, je fais comme si j'avais un enfant à charge et que je devais préparer sa journée du lendemain — sauf que l'enfant, c'est moi. Je me prépare mon petit déjeuner la veille en rangeant la cuisine, au moins en groupant dans le frigo ce que je compte manger le lendemain. Du coup, quand je fais mes courses, c'est pareil, j'anticipe davantage. Concrètement, je ne prenais plus de petit déjeuner depuis des années, me contentant d'une énorme quantité de café. Je me suis demandé ce qui pourrait passer le matin, j'ai acheté des clémentines et des amandes. De fil en aiguille, je me retrouve à acheter des quantités astronomiques de jambon et de gouda en tranches que je dévore tous les matins. Ça, c'est aussi lié au fait de me coucher plus tôt et de me lever tous les jours à la même heure ou presque : ça donne faim le matin et pas le soir, de se coucher tôt.

Idem pour le sport : en planifiant ça la veille ou en fixant des rendez-vous hebdomadaires et en préparant un sac exprès, avec tout ce qu'il faut dedans, il est plus difficile de reporter à plus tard. En plus, il y a des synergies dans tout ce que j'ai mentionné plus haut : je suis contente d'avoir atteint mes objectifs sur certains plans et je suis triste de devoir avouer à mon appli — donc à moi-même — que j'ai foiré quelque chose. Du coup, quand je vais faire de l'exercice, non seulement j'ai la satisfaction en rentrant de me sentir plus concentrée, plus tonique, plus efficace mais en plus, j'ai la satisfaction de voir que oui, je peux tenir les promesses que je me suis faites à moi-même. Et ça, je crois que c'est essentiel.

Travailler et lire des livres (en papier si possible)

Là aussi, j'ai trouvé une appli super efficace, à condition d'y penser. Elle s'appelle Brain focus et là non plus, ça n'a rien d'envahissant. Il s'agit d'un chronomètre, tout simplement un chronomètre, qui en plus met votre téléphone en mode avion pendant les séances de travail. Ça peut se paramétrer mais le principe est simple : vous devez ou vous voulez travailler 2h, ça vous découpe les deux heures en insérant des pauses. C'est plus facile de rester concentré comme ça et je trouve ça redoutable contre la procrastination.

De manière plus générale, l'utilisation de chronomètres me tente de plus en plus, dans tous les domaines, étant donné que j'ai tendance à me perdre dans mes pensées et dans des activités chronophages. C'est intéressant d'apprendre à ne pas passer plus de x minutes sous la douche ou de bien gérer le temps de cuisson de ses aliments. En fait, la plupart des choses qui me prennent du temps au quotidien ne prennent, en réalité, que très peu de temps. C'est juste que je m'échappe. Avec un chronomètre, je m'en aperçois.

Constituer des bibliothèques de choses intéressantes et les trier par envie/humeur

Pour la musique, il y a des playlists. Pour internet, il y a des agglomérateurs de liens et le bouton "suivre" est présent sur quasiment tout ce que le net peut avoir d'intéressant à montrer. Il est ensuite facile de trier. La méditation et l'utilisation d'un traqueur d'humeur permettent entre autres de savoir très rapidement décrire son état intérieur. Tout part donc de la question comment je me sens ? À partir de là, il faut agir en grande personne et en tirer les conclusions qui s'imposent sur ce que l'on veut.

Par exemple, là, je viens d'avoir une déception amoureuse. Bon, c'était vite vu : je me sentais déçue, déprimée, en manque de tendresse, etc. À partir de ce constat, j'avais envie de deux choses, dans un premier temps : assurer au travail parce que c'est important et que ça n'a aucun rapport avec le mec qui m'a déçue (en gros ne pas perdre mon estime de moi-même en laissant le truc proliférer) et vivre cette tristesse à fond dans l'objectif de passer à autre chose le plus vite possible. Comme on crève un abcès. Du coup, j'ai forcé pour faire en priorité tout ce que j'avais à faire pour le travail et en parallèle, dès que j'avais une minute, j'écoutais des morceaux super déprimants, j'ai écrit, je me suis rendue malade en quelque sorte. Ça n'a pas l'air révolutionnaire dit comme ça mais je trouve cela capital de faire les choses en conscience et de manière responsable. Le principe, c'est aussi que si on se sent triste et qu'on voudrait ne pas l'être, il faut s'orienter vers une humeur plus positive. Passer de triste à serein est assez facile, plus en tout cas que de passer de triste à joyeux. Donc si mon envie est d'aller mieux et que j'en ai fini avec le besoin de me mortifier, je passe à de la méditation, à des playlists apaisantes, etc, et tout ça sans me cacher derrière des prétextes ou des justifications foireuses. L'humeur de passage est ainsi acceptée, la suivante est choisie, les choses ne traînent pas, c'est tout.

Ça a l'air con dit comme ça mais ça marche vraiment — en tout cas pour moi ; je me suis rapidement rendu compte que ma tristesse était devenue de l'ennui et j'ai donc changé de disque, pour aller plutôt vers une sélection de choses qui m'intéressent comme ça ou ça (pour ne parler que de ce qu'il y a sur le net :D). Plus sérieusement, j'essaie ainsi de choisir l'humeur dans laquelle je veux me sentir et, si tout est ok mais que je ne sais pas quoi faire, tout simplement, eh bien j'ai à disposition des choses qui me permettront de "perdre" mon temps sans me perdre sur le net de manière compulsive ou gênante.

Voilà pour moi. N'hésitez pas à partager vos trucs !


  • Like 3
   Alerter


5 Commentaires


Commentaires recommandés

Me revoilà, j'ai l'impression que tu traces mon portrait ! Tu as réussi à mettre tout ça en place. Félicitations ! 

Le coup des appli avec chrono, c'est pas mal ! Je connais aussi la douche qui s'éternise... l'appart sans dessus dessous, le linge en tas et la procrastination (ma meilleure amie ennemie).

J'ai commencé très légèrement la méditation aussi. Je n'ai pas réussi à suivre puisque pas de rythme. Ces derniers temps, je me dis complètement désorganisée ! Je me doit d'anticipé dans la mesure du possible mais je n'arrive pas à suivre, j'ai trop de choses en tête et souvent envie d'en faire le plus possible donc beaucoup de mal dans la gestion de mon temps. Pendant le peu de temps libre que je m'octroie, c'est la fuite.

De mon côté j'ai décidé, dans la mesure du possible, de changer de travail. Les changements d'horaires réguliers de ma situation actuelle et ma vie de famille sont incompatibles. Je suis usée et n'arrive plus à être efficace. Je n'ai aucun rythme, ne peut prendre aucuns rendez-vous pour mes filles et moi même sans être certaine que mes horaires ne changent et de devoir l'annuler, le reporter, l'annuler... J'ai l'impression de ne plus voir mes enfants. J'ai besoin de prendre le temps de les voir grandir, de partager, de me poser à leurs côtés. Sans oublier de penser un minimum à moi.

Une méthode toute bête consiste à faire des listes. J'ai un petit calpin avec un stylo dans mon sac (certainement faisable avec un smartphone) où je peux noter les choses à penser comme les courses, idées de cadeaux, personnes à contacter, choses à faire par ordre du plus au moins urgent... Une période, je m'en servais beaucoup. C'est un bon support pour se désencombrer l'esprit et toujours gratifiant de rayer les objectifs atteints.

Merci pour le partage. 

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je ne savais pas que tu voulais changer de travail. J'espère que tu trouveras vite, j'imagine que ça doit être assez frustrant de ne pas voir tes enfants autant que tu le voudrais !

Pour la méditation, franchement, ça peut ne prendre que 10 minutes par jour. Je sais bien que ça peut se compliquer mais le tout c'est de se lancer. J'ai commencé à méditer en souriant, ça fonctionne mieux ; c'est comme un conditionnement, le sourire procure de la joie en lui-même. À partir du moment où l'instant de méditation est un instant de joie, ça donne envie de recommencer.

Tu as déjà essayé ?

  • Like 1

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

bonjour, 

je découvre ce forum, et la facilité avec laquelle certains parlent d'eux, de leurs expériences, de leurs difficultés...j'ai lu avec attention ton long message...il y a beaucoup de sens dans tout ce que tu énonces...

je me demande si le simple fait de changer d'habitudes n'a pas pour effet d'améliorer la sensation de bien-être....

la plupart des choses que tu décris me renvoient à une partie de ma vie d'avant, lorsque la routine était installée ...en raison d'un boulot à horaires variables, il me manquait les loisirs, que je consacrais aux activités sportives de mes enfants le week end pour l'essentiel....

les habitudes étaient crées....

est ce que pour autant, j'étais bien?....il me semblait que oui...

quelques amis, un boulot passionnant, une femme, des enfants....heureux quoi!!

et pourtant.......

la période transitoire que j'ai connu quand on s'est séparé a été un bouleversement total dans ces habitudes....

plus les mêmes objectifs, donc un mode de vie qui ressemble à celui que tu évoque au début...

plus aucune régularité, le frigo vide etc....

et là, j'étais bien, comme une prise de conscience des contraintes passées qui ne me convenaient pas....

couché au petit matin, levé à n'importe qu'elle heure, pas d'alimentation régulière et équilibrée, sorties, concerts, je redécouvre les loisirs depuis longtemps oubliés...et les foras........parfait...

mais c'est vite devenu de nouvelles habitudes, tu comprends....

je me suis demandé si c'était mieux, surtout par rapport à mes gamins qui ne comprenaient pas....

 

tout ça pour dire que créer des habitudes, quelles qu'elles soient  donnent le sentiments de mieux être....mais très vite on se crée des contraintes...celles d'appliquer avec une forme de régularité les différentes activités que l'on met en place....

ça me permet la transition vers les applications dont tu parles....si cela t'aide, tant mieux....je pense qu'il n'est pas besoin de se laisser "contrôler" par les objets connectés, qui nous asservissent plus qu'ils nous rendent heureux au final....c'est comme pour le quotidien dont je parlais au début...on agit sans plus réfléchir, on attend que l'appli nous invite à méditer, écrire dans ce fameux journal ses états d'âmes.....l'addiction n'est jamais bonne...

 

loin d'être une critique, je considère ton message comme une forme de prise de conscience, conscience qu'il faut garder....et ne pas s'en remettre à des habitudes par....habitude, justement....

mais de trouver l'équilibre entre tout ce que tu dis et une part d'imprévu....

je médite tous les ours 15 à 20 mn, mais pas à heure fixe, on peut le faire partout, c'est juste un état de conscience....

je fais du sport, mais plus en salle, 20 à 30 mn plusieurs fois par semaine, quand j'en ai envie, pas parce que c'est l'heure, peut être à un moment où je n'en ai pas envie....

 

bien sûr, il ne s'agit là pas d'un jugement, juste un point de vue....notre vie est rythmée par des obligations, travail, horaires, réunions, pauses, etc....gérés par un agenda de plus en plus électronique, (au boulot), c'est déjà le BrainFocus...tout ça peut devenir aliénant, et du fait, plus nuisibles....

 

je te souhaite d'améliorer ta sensation d'aller mieux...

belle journée à toi

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Le 21/12/2016 à 00:59, zera a dit :

Me revoilà, j'ai l'impression que tu traces mon portrait ! Tu as réussi à mettre tout ça en place. Félicitations ! 

Le coup des appli avec chrono, c'est pas mal ! Je connais aussi la douche qui s'éternise... l'appart sans dessus dessous, le linge en tas et la procrastination (ma meilleure amie ennemie).

J'ai commencé très légèrement la méditation aussi. Je n'ai pas réussi à suivre puisque pas de rythme. Ces derniers temps, je me dis complètement désorganisée ! Je me doit d'anticipé dans la mesure du possible mais je n'arrive pas à suivre, j'ai trop de choses en tête et souvent envie d'en faire le plus possible donc beaucoup de mal dans la gestion de mon temps. Pendant le peu de temps libre que je m'octroie, c'est la fuite.

De mon côté j'ai décidé, dans la mesure du possible, de changer de travail. Les changements d'horaires réguliers de ma situation actuelle et ma vie de famille sont incompatibles. Je suis usée et n'arrive plus à être efficace. Je n'ai aucun rythme, ne peut prendre aucuns rendez-vous pour mes filles et moi même sans être certaine que mes horaires ne changent et de devoir l'annuler, le reporter, l'annuler... J'ai l'impression de ne plus voir mes enfants. J'ai besoin de prendre le temps de les voir grandir, de partager, de me poser à leurs côtés. Sans oublier de penser un minimum à moi.

Une méthode toute bête consiste à faire des listes. J'ai un petit calpin avec un stylo dans mon sac (certainement faisable avec un smartphone) où je peux noter les choses à penser comme les courses, idées de cadeaux, personnes à contacter, choses à faire par ordre du plus au moins urgent... Une période, je m'en servais beaucoup. C'est un bon support pour se désencombrer l'esprit et toujours gratifiant de rayer les objectifs atteints.

Merci pour le partage. 

bonjour, 

la gestion du temps est ce qu'il y a de plus compliqué dans ce monde qui va de plus en plus vite....rentabilité, productivité....

pour ma part, je fais comme toi, des listes sur non pas des calepins, mais du papier libre, ( c'est encore plus bordélique, je sais jamais où elles sont)...et je priorise aussi bien le pro que le perso dans mes listes...

j'y note également des suggestions, des idées, plus qu'une liste de choses à faire.....

 

belle journée à toi...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant