Aller au contenu

Paume du poing


880 vues

Il existe une situation appelée tristesse. Il en existe une autre nommée vide. Ces deux sont souvent confondues ; or elles s'opposent. La tristesse peut être décrite comme déchirement, celui-ci prend de la place, trop de place, jusqu'à vous emplir, jusqu'à déborder : vous voudriez pouvoir déposer ce fardeau hors votre être, ne plus sentir son poids dans vos pensées. Rien de commun avec le vide qui, son nom l'indique, est absence : quelque chose manque à votre être, vous ne sentez pas de poids, vos pensées ne pèsent rien, tellement rien qu'elles vous ont désertés. Pas assez cependant, pas assez pour ne pas ressentir ce vide.

Les timides connaissent bien la tristesse : elle les accompagne dans la rue, au travail, dans les endroits publics, endroits où il y a du jeu, de la séduction. Ils voient les corps des autres se frôler, se réclamer, graviter les uns autour des autres, les regards comme autant de forces d'attraction. Les timides aussi ont un corps, des regards, ce qu'il faut pour jouer, sans avoir les règles : quelque chose ne marche pas chez eux, ils ne savent quoi, ils croient ainsi être estropiés et ce soupçon d'être diminués les emplis, cette certitude d'avoir moins les rend tristes. Quelqu'un que le jeu du désir attriste, il voudrait savoir exprimer tout ce qui l'emplit pour chasser la tristesse.

Mais le vide : c'est autre chose. Quelqu'un que le jeu a évidé, il voudrait ne plus pouvoir ressentir l'absence, il voudrait ne plus avoir ces yeux d'où suinte l'avidité, ne plus savoir qu'il est vide. La nature a horreur du vide.

Depuis quelques temps, la poussière l'agresse, sous chacun de ses grains se cache une menace, sous chaque amas moutonnier se tapit l’ennemi. La saleté il connaît bien, il est célibataire, du genre forcené, du genre qu'une femme a rendu fou de douleur, du genre qui a emprisonné son être derrière la poussière de son logement. Aucune autre ne viendra ici, il le sait, la saleté de son chez-lui l'en protège. Même si elle le protège plus de son désir à-lui que de la réelle éventualité qu'une femme entre dans ce logement. Il ne va plus dehors chercher de féminité, ne va plus chercher grand-chose à vrai dire : restant vide. Mais les grains – les moutons – lui ont déclaré la guerre.

Ce matin, le réveil. Il s'est levé, s'est lavé ; dans la salle de bain, quelque chose de changé. Il a étalé le dentifrice sur la brosse, et puis... Il a approché la brosse de sa bouche et... A commencé de frotter... Eut envie de s'écorcher la gencive, soudainement. Lui brossant brusque, la brosse forant l'intérieur de la joue, sale rosse : au lieu de s'arrêter, lui continuant. Ayant mal or continuant. Ensuite s'est coiffé : perdant un peu ses cheveux, il s'oblige à cacher les trous de façon soigneuse, l'habitude... Là ne pouvant pas, le mal de dents bien sûr mais surtout ses yeux qu'il ne pouvait croiser dans le miroir et qui lui faisaient peur et son regard qui même dirigé vers la racine de ses cheveux absorbait le blanc hurlant de son double glacé, en face à jamais ailleurs.

Ce matin, c'est un homme terrorisé qui a quitté sa garçonnière. Tout ce jour, la vision des femmes l'a évidé, puis rempli ; car ses mains ogives, sur la brosse continuant à marteler sa gencive, crissements, chair à tournevis, ossements... Et ce soir, les grains – les moutons – l'attendent.

La nature humaine a horreur du vide.

10 Commentaires


Commentaires recommandés

Citation

Aux sombres héros de l'amer qui ont su traverser les océans du vide

A la mémoire de nos frères dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide...

J'aime beaucoup ce texte, mille fois plus que la mièvrerie dégoulinante du romantisme et les jeunes filles en fleur. Mais je comprends pourquoi il semble avoir été moins apprécié que les autres. 

Plus je te lis et plus je ressens ton "spirit in the dark". Ils sont là tes morceaux de chair, la griffure qui donne un sens au néant.

Lien vers le commentaire
Il y a 4 heures, Etoile noire a dit :

J'aime beaucoup ce texte, mille fois plus que la mièvrerie dégoulinante du romantisme et les jeunes filles en fleur. Mais je comprends pourquoi il semble avoir été moins apprécié que les autres. 

Plus je te lis et plus je ressens ton "spirit in the dark". Ils sont là tes morceaux de chair, la griffure qui donne un sens au néant.

Diantre, voici qu'un Bertrand s'invite dans mon antre : qu'ai-je donc fait pour mériter cela ? Serait-ce que le Cantat riche sauve ? Enfin bon, j'aimais bien quand j'étais jeune... Mais avec le temps et la lecture de ses idoles, plus douées, j'ai compris qu'il réutilisait beaucoup d'idées accouchées par elles (ou eux, pour être précis) sans pour autant avoir leur talent. Reste la musique, cependant.

Mais tant mieux si tu apprécies plus mon texte que les sombréros, pépitos, oréos du rock de mes vertes années. Et tu as raison, il est là le "spirit in the dark" : dans le fait de ne pas passer l'aspirateur chez soi. :ninja:

Modifié par Tequila Moor
Lien vers le commentaire
Il y a 4 heures, Tequila Moor a dit :

Diantre, voici qu'un Bertrand s'invite dans mon antre : qu'ai-je donc fait pour mériter cela ? Serait-ce que le Cantat riche sauve ? Enfin bon, j'aimais bien quand j'étais jeune... Mais avec le temps et la lecture de ses idoles, plus douées, j'ai compris qu'il réutilisait beaucoup d'idées accouchées par elles (ou eux, pour être précis) sans pour autant avoir leur talent. Reste la musique, cependant.

Alors toi... soit tu m'as lu... soit je t'épouse! (c'est une plaisanterie hein, parce que le mariage, je laisse ça aux autres)

Il y a 5 heures, Tequila Moor a dit :

Mais tant mieux si tu apprécies plus mon texte que les sombréros, pépitos, oréos du rock de mes vertes années. Et tu as raison, il est là le "spirit in the dark" : dans le fait de ne pas passer l'aspirateur chez soi. :ninja:

Tout à fait! Il est dans la crasse magnifiée... :hehe:

Je continuerai la lecture de tes pages.. tu es surprenant, moitié poète, moitié mage, et un peu dragon noir... (j'espère que tu as remarqué mes dons d'ovate ;) )

Lien vers le commentaire
Il y a 1 heure, Etoile noire a dit :

Alors toi... soit tu m'as lu... soit je t'épouse! (c'est une plaisanterie hein, parce que le mariage, je laisse ça aux autres)

Moi pas savoir ce que tu as écrit : je disais déjà en octobre 2013 sur FFr que Cantat était au mieux un honnête parolier, mais qu'il était très peu poète. J'étais tombé sur l'habituel fan de service qui croit sérieusement que le Bertrand fait partie des 7 merveilles du monde, donc il m'a fallu l'asticoter un peu : mais ça a très vite arrêté de m'amuser, car l'inculture ne m'amuse pas longtemps.

Ce n'est point grave, au final : si des gens ont envie de s'astiquer sur un faux poète faux révolutionnaire vrai bankable du rock vrai patron de restaurant, c'est leur vie. Jusqu'à un certain point je comprends : il fait quand même partie des gens qui m'ont donné envie d'écrire. Sauf qu'on peut être critique concernant un amour de jeunesse sans pour autant se renier, m'enfin bon...

Il y a 1 heure, Etoile noire a dit :

Je continuerai la lecture de tes pages.. tu es surprenant, moitié poète, moitié mage, et un peu dragon noir... (j'espère que tu as remarqué mes dons d'ovate ;) )

Et bien tant mieux, si ce blog peut donner un peu de plaisir à quelqu'un, c'est plutôt une bonne nouvelle : il faut bien que le barde paye son dû à l'ovate. :cool:

[EDIT] merci @Lucy Van Pelt ;)

Modifié par Tequila Moor
Lien vers le commentaire
Il y a 6 heures, Tequila Moor a dit :

Moi pas savoir ce que tu as écrit : je disais déjà en octobre 2013 sur FFr que Cantat était au mieux un honnête parolier, mais qu'il était très peu poète. J'étais tombé sur l'habituel fan de service qui croit sérieusement que le Bertrand fait partie des 7 merveilles du monde, donc il m'a fallu l'asticoter un peu : mais ça a très vite arrêté de m'amuser, car l'inculture ne m'amuse pas longtemps.

Ce n'est point grave, au final : si des gens ont envie de s'astiquer sur un faux poète faux révolutionnaire vrai bankable du rock vrai patron de restaurant, c'est leur vie. Jusqu'à un certain point je comprends : il fait quand même partie des gens qui m'ont donné envie d'écrire. Sauf qu'on peut être critique concernant un amour de jeunesse sans pour autant se renier, m'enfin bon...

J'ai adoré Noir Désir qui a contribué à entretenir ma sauvagerie pendant des années. Mais aujourd'hui l'élève a dépassé le maitre, le talent ne suffit pas à me dompter.;)

Il y a 6 heures, Tequila Moor a dit :

Et bien tant mieux, si ce blog peut donner un peu de plaisir à quelqu'un, c'est plutôt une bonne nouvelle : il faut bien que le barde paye son dû à l'ovate. :cool:
 

Le plaisir se prend à deux... les petites caresses à ton égo te font tout autant de bien Taliesin, mais chuuut.... ça, ce n'est pas avouable... :blush:

Lien vers le commentaire
Il y a 3 heures, Etoile noire a dit :

Le plaisir se prend à deux... les petites caresses à ton égo te font tout autant de bien Taliesin, mais chuuut.... ça, ce n'est pas avouable... :blush:

Si si, c'est très avouable : je prends plaisir à ce que mes écrits soient dégustés par quelqu'un ayant ta fantaisie, ta culture et ton style. Ce qui serait peu avouable, en tout cas dérangeant, c'est que tu croies pouvoir déguster l'entité derrière ces écrits, que ce soit un égo ou un vermisseau. Ce qui serait dérangeant, c'est que tu cherches à être gourmande après avoir été gourmet. :sleep:

Lien vers le commentaire
Il y a 2 heures, Tequila Moor a dit :

Si si, c'est très avouable : je prends plaisir à ce que mes écrits soient dégustés par quelqu'un ayant ta fantaisie, ta culture et ton style. Ce qui serait peu avouable, en tout cas dérangeant, c'est que tu croies pouvoir déguster l'entité derrière ces écrits, que ce soit un égo ou un vermisseau. Ce qui serait dérangeant, c'est que tu cherches à être gourmande après avoir été gourmet. :sleep:

Seul l'esprit m'intéresse, les entités sont trop lourdes à digérer, et mon estomac, trop fragile, ne le supporterait pas, car les mœurs débridées ne mènent qu'au débridat... Et puis, nous savons tous que la gourmandise est un vilain défaut...

Ceci dit, ce qui serait dérangeant, c'est que tu croies que quelques lignes suffiraient à séduire quelqu'un ayant ma fantaisie, ma culture, et mon style...:rolle:

Lien vers le commentaire
Il y a 1 heure, Etoile noire a dit :

Seul l'esprit m'intéresse, les entités sont trop lourdes à digérer, et mon estomac, trop fragile, ne le supporterait pas, car les mœurs débridées ne mènent qu'au débridat... Et puis, nous savons tous que la gourmandise est un vilain défaut...

Ceci dit, ce qui serait dérangeant, c'est que tu croies que quelques lignes suffiraient à séduire quelqu'un ayant ma fantaisie, ma culture, et mon style...:rolle:

Hélas, je sais bien que les dames de ta qualité fondent quelquefois pour des roturiers, croyant tomber sur un diamant brut quand elles s'entichent de graphite, dans ces rares instants de faiblesse dont profitent les lumpen-prolétaires dans mon genre : cette forme sublime de générosité m'est impossible, mais ayant connu ainsi mes plus belles histoires, je sais que cela existe...

Ouf, je suis rassuré : nous resterons purs esprits. :)

Lien vers le commentaire
il y a une heure, Tequila Moor a dit :

Hélas, je sais bien que les dames de ta qualité fondent quelquefois pour des roturiers, croyant tomber sur un diamant brut quand elles s'entichent de graphite, dans ces rares instants de faiblesse dont profitent les lumpen-prolétaires dans mon genre : cette forme sublime de générosité m'est impossible, mais ayant connu ainsi mes plus belles histoires, je sais que cela existe...

Ouf, je suis rassuré : nous resterons purs esprits. :)

Je ne sais quel type d'homme attire les "dames de ma qualité", mais moi, je n'aime que les fous... les fous comme ça :

6591fc78e6cef41b6eb7374ff60b29bd--jack-k

Soyons esprits, c'est très bien ainsi... brillons sous la lune, au milieu de l'univers, et parmi les étoiles... noires... ;)

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×