• billets
    155
  • commentaires
    1 273
  • vues
    154 024

Fiat Lux

Tequila Moor

27 vues

Auriez-vous déjà remarqué la sonore similitude entre une porte qui grince, un bébé qui pleure & un chat qui miaule ? Trois sons qui donnent envie d'être absent au monde, de ne plus jouer l'équilibriste à la sale eurythmie.

Car le Beau ne fait plus partie de nos vies, dans ces aires de supermarché pour maudits, en cette ère où soeur télévision remplace la poésie. Vil spécimen en est le beaujolais nouveau : ersatz de bon cru, vite vendu le soir, vite rendu le matin – Veni Vidi Vici de la vinasse en ravin.

Le Beau geôlait : tournoiement ? En ces cellules grises capitonnées de papier peint pour ilotes modernes : le Beau n'est plus que banal-à-produire, reproduire en N exemplaires, dans des usines de tyranniques badernes.

Mais nous, gais libertins, pourrions tout aussi bien

Aimer se contenter, sans toi, de petits riens.

L'alcool n'est qu'un début : tout vrai excès des sens

Suppose une étape dans l'inversion. D’avance,

Lucide Lucie, luciole de cette commençante sorgue...

Faut-il se cramer à te dire que nos « oui » restent espiègles ?

Que seuls nos « non » scintillent au frontispice de notre morgue :

Eux savent froncer nos sourcils d'un opiniâtre teint de seigle !

A tes côtés – bleu pour le trésor de ta foi,

M’en cramoisir pour le décor de tes émois,

Virer bordeaux pour le matador de ton zeste :

Tu m'y invites, pour rejouer mon cant de geste.

Eclectique électrique, ma mue saura se faire menu

Tel l'intrus de ta formule, cantique restant inconnu :

Mon chant seul te touchera, mes gestes remisés au trépas –

Simiesque virtualité sismique de cet ego gras.

De singerie ressemblante, pour non-réponse,

Dans ma strophe précédente, me suis taxé :

Lucie, interrogeons cette douce semonce…

Ce soir, ce matin : serais-je poil à gratter ?

Mon Beau geôlait, disais-je. Qu'ouïr ! Oui-da : jeu... Que voulez-vous, gente dame : sur nos terres de Paname, en fait de növo böjo, nous avons droit à l'affreux picrate du vieux Jo qui, on vous l’assure, n'est ni nouveau ni beau.

Car le Beau, en poésie, est l’important. Non le sens : il ne s'agit point là de philosophie. D’où, pour nous cette maxime : l’en-vers, de même que la solitude, n'est plus une maladie honteuse. Boycott en option.

Or sans l'effort de me partager l’espace vôtre, guère de spasme littéraire, de miasme éthéré.

Ô chaos, sonde : inonde ton monde, mon Beau. Puis lève la bonde.

Je est un objet trouvé.


1 personne aime ça


8 Commentaires


Invité Aspasia

Posté(e)

Tu es doté d'un côté sibyllin ineffablement inextricable...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je vais prendre ça comme un compliment, vu que tu as utilisé un des termes - "ineffable" - que je préfère dans la langue française, mais attention cependant... Je t'ai à l'oeil ! :o°

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité Aspasia

Posté(e)

Je sais alors, qu'au loin, clapit dans les méandres du net, un anonyme m'observe.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ça cadre pas, le mignon petit lapin. Ça fait louche. Mais il clapit, c'est vrai.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant