• billets
    155
  • commentaires
    1 273
  • vues
    154 012

Orgasme Volé

Tequila Moor

99 vues

[au vu de son thème et du vocabulaire employé, ce texte est interdit aux moins de 18 ans selon les lois de notre beau pays... et selon mon expérience, sa lecture en est aussi déconseillée aux personnes prudes]

Ils n'auront pas beaucoup de moments pour eux, chaque fois, les amants pliables, pour voguer d'hôtel en hôtel, de monde perdu en orgasme volé. Elle aimera ses mains de bébé, lui aimera ses expressions infantiles : deux immatures pliés dans l'espace-temps. Se seront-ils aimés ?

Il la désirera si fort, quand ils se déshabilleront, il se jettera sur elle, insatiable impatient : alors, tout ce qu'il voudra de la vie, c'est sa queue qui le trouvera, pénis qu'il sentira conquérant, auquel il s'identifiera, enfin entrouvrant ce dans quoi il s'oubliera. Elle, émue, éperdue, aimera sentir ce feu ; parfois pour jouer, en rajoutera dans l'attente, abusera de son ardeur, diffèrera la pénétration, ainsi éprouvera mieux son envie.

Un jour, il y pensera, à cette virilité, cette bite : sa puissance. Quand nu il se sera dressé, que le regard féminin l’aura photographié en instantané, il se croira pourvu d'un levier à soulever des montagnes. Se rendant compte qu'il s'enivrera de ceci, de cette force, du jus qui rugira dans ses entrailles et qu'il déversera en elle, sur elle, pour elle… Aimante de cela, de cette tendre frénésie, loin très loin d'une violence aveugle : elle en sortira épanouie, un instant en parenthèse.

Une autre fois, il se demandera, la baisant, se voyant en son vagin, détaché alors, il réfléchira, non entier à leur présent ; si son sexe devra perdre de sa fermeté, que se passera-t-il ? Soudain, une panique atroce, un reflux : comme évoqué par sa question, l'événement se réalisera, parfaite prophétie. Sa fierté se mettra à dégonfler, deviendra comme inutile : il persistera pourtant, contractera ses muscles, mais ce qui aura été relaxé glissera hors de son antre, hors du ventre.

Ce ne sera pas immédiat, mais elle se rendra compte assez vite, tout mou, elle ne comprendra pas, le repoussera un peu, puis moqueuse, un peu vexée, commencera à rire. Lui détournera la tête, de honte, de colère, – contre lui, eux deux, elle : qui réagira, alors attendrie et cessera de rire, sourira seulement, lui parlera, le prendra dans ses bras comme un enfant, le réconfortera car rien de grave, de nos jours, à être nœud coulant.

Cela arrivera à tout le monde ; oui bien entendu. Or justement, ceci aura été le plus dur : devenir tout le monde.

Ensuite, toutes les autres fois où ils s'aimeront, il aura la peur au coeur, la confiance lui manquera, le doute le ravageant même s'il rebandera, même s'il se dressera encore, heureusement, car il sera fortement amoureux. En sus, elle saura comment l'aviver, réveiller sa verge, exciter ses parties génitales : jouets d'amour. Et elle aimera ce combat, certes ce sera parfois dur à obtenir, parfois dur à maintenir, or leur jouissance se gagnera. Puis cette fragilité l’aura touchée : ceci continuera donc, une certaine période.

D'hôtel en hôtel pourtant, l'angoisse distillera son venin, paralysant son envie, empoisonnant leur vie : elle voudra savoir si c'est de sa faute, est-ce qu'il la trouvera toujours aussi belle, ne regardera-t-il pas d'autres culs dans la rue ? Lui dira que non, qu'il l'aimera toujours, il n'y aura eu personne d'autre : d'ailleurs il voudra vivre quelque chose de plus sérieux. Elle, ne saura pas, ne sera pas sûre, surtout avec sa situation difficile, ce qu'il aura dû comprendre. Bien entendu, s'entendra-t-il répondre : statu quo.

Insensiblement, les rendez-vous s'espaceront : elle sentira blessée son image de femme, commencera à apprécier les regards, les mots d'autres hommes. Lui pendant, verra son désir renaître par l'absence, curieusement : elle occupera plus ses pensées quand il sera seul, car en sa présence, l'anxiété augmentant, sa virilité s'étiolera ; il imaginera qu'elle fera exprès de ne pas être là, quand il brûlera pour son corps de façon intense, lorsqu'il aura su lui montrer que… Mais elle, dans une autre chambre, une autre nuit, connaîtra une langue nouvelle à fouiller sa fente.

Un jour d'après, ils se verront, elle aura insisté pour cela : lui ne sera pas prêt, ce qu'il racontera, suite à quelques pitoyables efforts, fataliste, presque minable. Elle maintenant, n'en pourra plus, lui racontera comment l’autre s'y sera pris, comment elle aura été prise. Lui réalisera alors, qu'il aura attendu ce moment, la tension se relâchant enfin : elle s'habillera, dans le silence du mépris. Il la regardera partir, regardera s'éloigner sa libido, se dira qu'il aura bien été temps, – que tout ça lui passera, puis tant pis pour ses bourses : elle sera déjà descendue par l'ascenseur.

Après qu’il aura payé la chambre, sortant : il sera, devenu tout le monde, à présent.


2 personnes aiment ça


27 Commentaires




Tu pourrais surveiller ton langage, putain de merde ! sleep8ge.gif

Mais sérieusement : thumbsup.gif

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Bah en fait, je l'ai surveillé : pour certains emplacements de mots crus, j'en ai parfois essayé jusqu'à 3 autres à la place pour voir si ça collait mieux... :D La grossièreté, c'est 'achtement prise de tête, en fait !

Par contre, je vais dire plus souvent que mon texte est interdit au moins de 18 ans, vu le nombre de personnes qui sont passées sur le blog mais qui n'étaient jamais venues avant : le cul excite la curiosité. :dev:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Paradoxalement, ou pas forcément, si je dois faire la fine bouche, la seule tournure qui me dérange ne contient même pas de gros mot. (Peut-être parce que tu as préféré tourner sept fois la langue "dans la fente" plutôt que dans ta bouche. :p)

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je me suis arrêtée à la première phrase (d'avertissement), je suis non seulement prude mais coincée.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Nounouille & Konvicted, c'est quoi au fait ce pouce levé ? Vous voulez faire de l'auto-stop, c'est ça ? :bo: :p

Ocytocine, pas grave. :) Et tu as eu raison, car si tu avais lu la première phrase (du texte) tu aurais eu envie d'en lire plus...

Oui je suis d'accord, mister K : faire la fine bouche devant une fente se révèle fort à propos... Plus sérieusement, j'aime bien l'assonance avec "fouiller", de plus l'expression me dérange également par son côté inhabituel : autant "bite", "couille" ou le reste ne me font plus rien, autant je ressens la vulgarité de "fente", c'est pourquoi j'ai décidé de le garder... C'était utilisé dans les années 70 / 80, par contre, comme insulte pour désigner le genre féminin.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ça l'a toujours été, c'est le propre du vulgaire d'être commun, mais gare à ne pas confondre vulgaire et grossier.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais qu'est-ce que c'est que cette manière de t'annoncer ? Déjà, ça ne colle pas à ton image de modestie et en plus t'as débarqué sur ce billet hier déjà. :|

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Arrête de feindre ! Tu sais très bien que je te flatte toi !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Des mots crus oui, mais le texte fait oublier le sens vulgaire tellement la situation est lourde. Bref, envie de s'en sortir....

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

V'là que les hautes instances de ForumFr viennent valider mes textes, c'est le début de la gloiiiiiiiire !

Même si je crois plutôt que _Dolph venait approuver l'utilisation de la fonction "like" par Evasive, en fait. :D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

euh oui... :blush: c'est juste que j'étais en questionnement et que Dolph m'a aidée , désolée du dérangement :8):

Ocy ....euh non...rien :D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Et bien... C'est un honneur pour moi que d'accueillir une personne de votre qualité dans mon humble demeure virtuelle...

Moi, lèche-bottes ? Non non... :zen:

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant