• billets
    169
  • commentaires
    1 433
  • vues
    173 702

Attentifs, Ensemble

Tequila Moor

65 vues

À la Sainte-Anne, en fin du jour, je pris le RER.

Je fus très fatigué : ayant beaucoup absorbé le soir d'avant, mon corps se trouva dans un de ces moments, fébriles, où retrouver un état équilibré ne fut guère une sinécure... Genre de fatigue pas si désagréable : déformant subtilement les sens, apaisant, favorisant la rêverie.

Je m’en fus donc, en transport en commun, en route pour retrouver ma compagne de coeur en banlieue, et nous roulâmes sur un tronçon de voie non souterrain, déjà en dehors de Paris : le soleil nous fit encore honneur, sa chaleur nous rendit alanguis.

Rare moment, où le plaisir fut communication sans paroles. Je ressentis cette ambiance, aidé de partielles parcelles d'alcool se trouvant en moi, et me sentis bien, pendant ces instants où la dernière station ne fut pas encore arrivée : dans ma mémoire, l'impression que ça dura des heures.

L’arrivée, enfin : je me levai. Mon attention fut captée par une affichette, collée à même la tôle, près les portes de sortie. Je reconnus l’une de ces incitations à la peur subliminale, si répandues dans nos sociétés : rien de sublime, que du minable. Application du plan Vigipirate.

Voici ci-dessous le « message » ; à la RATP, aucun comique en coulisse, selon la reproduction à gauche ; je crus donc obligé d’y ajouter ma fantaisie, à droite :

*

Ne vous séparez pas de vos bagages

Pour toujours vous trouver en voyage

Assurez vous qu'aucun paquet

Aucun accessoire coquet

N'a été oublié sous un siège

Ou sinon, offrez-lui un cierge

Signalez-nous tout colis

Abandonnée avanie

*

Qu'il vous déplairait de remémorer

N'hésitez pas à nous solliciter

Nous et Vous

*

Vigies & Pirates

Attentifs, Ensemble

À l’ampleur de nos pas ambles

*

Certaines fois, la vie fut belle, il suffit de la laisser se montrer telle.

À son zénith.


   Alerter


4 Commentaires


Commentaires recommandés

En voyant le titre, j'ai pensé à "La manif pour tous". La seconde d'après, je me suis dit "ça, c'est ce qu'on appelle être lobotomisé".

Et ensuite, j'ai lu. La fin, après l'affiche, se sépare clairement du reste. On fait comme sortir de la situation pour atteindre une réflexion. Sachant que c'est à la fin, c'est forcément (en général) par mise en valeur. Faut que je relise pour saisir le tout, je crois.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ocytocine, à une époque, je prenais régulièrement le RER aux heures creuses : quand il fait beau et que la rame est en extérieur, ça va. Sinon je suis d'accord, c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je buvais autant le soir. :smile2:

Jedino, pour la fin, rien à voir avec la salle : c'est un retour à l'ambiance de début du texte, avant la digression vers l'affichette. Disons que ça peut être vu soit comme de l'autosatisfaction bébête, soit comme un indice pour résister à la peur.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant