Aller au contenu
  • billets
    202
  • commentaires
    1604
  • vues
    192147

Annie

Tequila Moor

179 vues

Annie revient du comptoir, où le cathéter s'emparent des sexes forts, qui viviparent.

Toi tu – méfiée toujours, des hommes avinés, où un homme qui a viné en vaut une paire : normal, quand on voit double... Annie – écourtes l'écoute.

O comme otarie club ?
Ostracisme de la bruine
On s'enferre dans un pub
On s'enverre ou nicotine

Champagne pour ma pogne !

Sabré haut, sabre au clair
De lune, mousseux qui s'écume
À chaud, spumeux s'aère
Au sol, prunelle qui m'allume

Mon pote se rote ?

Diabolo sirop : rossé par un trop-plein d'eau
"Diavolo rosso" : que chantait le crooner en Conte
Un choix est-il à faire ? Demandais-je à Monte
Qui sirotait l'amante aux yeux sentimentalo

Si un martien s'en vient...

Le p'tit gris : dis-moi, c'est qui ?
Celui qui est bu, celle qui boit,
Ce qui le dit ?
Toi ou moi, ou un autre ou sa loi...

Sa soeur refuse tes faveurs !

S'il macère, es-tu acéré ?
S'il te sert, es-tu à cirer ?
S'il sincère, es-tu cintré ?
Résulte un rébus de buveur imbibé...

On devrait, on s'en irait ?

Un cognac flambé
C'est du flan, c'est un plan B
Un mérite émasculé
C'est ma mort, c'est ma moitié

Alarme à la larme...

Quand l'âme se rend, on l'apprend
Le corps qui se tend, on le prend
L'accord qui s'éprend, on l'attend
L'amour s'y reprend : à 2 fois, marmelade d'Oran

Je : manger sortir, pas rester vomir !

Verre de rage, vitre orage : te sens-je sourcier aidé du Y ?
Empli d'un shish kebap ; chichement dit sandwich grec
Ton alcoolémie s'affole, lors las des salamalecs
Tu cherches à te ressourcer, mec : regard vers le varech

Annie, versée hier : anniversairais-tu ?

Non

Il n'y aura aucun second essai
Tout y est triste, tout est gai
Même le vrai

Il n'y aura aucun repentir
Tout est à jouer, tout à séduire
Même à honnir

Il n'y a aucune superstition
Tout est dans l'oeuf, tout dans l'action
Même pour ces pions

Il n'y a plus aucune vie à suivre
Tout est fini, tout s'enivre
Même le givre

Car on s'y croit encore
Dedans, à vivre

Annie, îlation : pour ces ils, une nation... Annie !

Les 3 derniers jours, après cuite solitaire : tournée des bars, d'amour en amer, coude qui s'inspire de moires zincs… Rentrée chez toi ; consommation habituelle de bière, café ou cigarette, parce qu'il t'en reste des riens à faire : saigner tes mots, noirs comme hématome disparaissant, le corps qui s'évapore en viscères – traces sur papier : ça va, tu gères ?

Annie digère.



Annonces
Maintenant

5 Commentaires


Commentaires recommandés

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×