Aller au contenu
  • billets
    188
  • commentaires
    1398
  • vues
    776583

À propos de ce blog

♫ Il y a peu de chances qu'on détrône le roi des kons ♫

Billets dans ce blog

 

Douze mois d'Avril

Comme ça s'est peut-être entendu au silence de mort qui règne sur ce blog depuis quelques mois, je ne suis pas des plus inspirés dernièrement. D'ailleurs, le machin qui suit n'est même pas fini (je n'en ai encore écrit qu'une moitié). Après divers remaniements qui ne m'apportent toujours pas satisfaction, j'hésite entre le continuer et tout bazarder ; je le poste dans le doute. Est-ce un symptôme de l'accoutumance ? Mes mots ne m'ont jamais semblé si creux ; Je me suis certes connu mo

konvicted

konvicted

 

Spoiler (billet sans grand intérêt)

Yo, Après presque trois semaines à tenter en vain de renouer avec Erato, ou à défaut avec Pégase, j'en viens à la conclusion, évidente à crever les yeux d'un cyclope borgne, que je risque fort de me heurter à une page blanche pendant encore quelque temps avant de pouvoir enfin écrire la suite de Douze mois d'avril. Comme j'imagine, ironiquement parlant bien entendu, que vous brûlez de découvrir le fin mot de l'histoire, je vais glisser la solution en spoiler en commentaire dudit poème. A la re

konvicted

konvicted

 

Le sac à main

Le sac à main « Chéri, j'ai oublié ma clé USB avec mon Powerpoint pour ma putain de réunion, il me la faut absolument ! J'arrive, je suis sur le chemin, mais je suis carrément à la bourre... — OK, j'ai compris. Dis-moi juste où chercher. — Dans mon grand sac à main. Je serai là d'ici 10-15 minutes. — Si on t'arrête pas pour portable au volant. — Ou excès de vitesse. — Je t'attendrai dehors. » Merde ! je viendrais pas de lui promettre, Non pas seu

konvicted

konvicted

 

Les derniers pétales de Rose

Les derniers pétales de Rose Quelque chose cloche avec Rose, Je n’ai plus peur du lendemain Pour peu qu’elle me tienne la main ; Mes sentiments à l’eau-de-rose Ont cessé leur sauve-qui-peut, Faut dire que j’aime un peu. Qu’arrive-t-il tout d’un coup ? j’ai chaud Et mes tempes perdent les eaux, Ça doit être un début de fièvre. Je suis peut-être contagieux, Il vaudrait probablement mieux Qu’elle se mêle de ses lèvres.

konvicted

konvicted

 

Self-mad man

Self-mad man L'été de ma vie commençant, Me voilà paumé en pensant Rien en foutre en vingt ans comme en cent. Rien qui me mette vraiment sang Dessus dessous... Ah si ! mes triques, Foutus bobards asymétriques Où le moindre châssis m'étrique Jusque dans mes ramassis métriques. Du plomb dans l'aile et Éros clinque, Tchin ! ma santé mentale trinque, La raison ? bof, rien à tringler, Je suis peut-être un brin cinglé. Mais je

konvicted

konvicted

 

Ma femme idéale

Ma femme idéale Ma femme idéale, non contente De ne vouloir que moi pour bonhomme, Est sublime à tomber dans les pommes. Je peux bien exiger ce qui me chante, Les gonzesses dans ma vie affective Sont de toute façon toujours fictives. Ma femme idéale est un prix Goncourt, Également un Nobel de chimie, Ce à tout juste vingt ans et demi. Là où elle est carrément hors concours, C'est qu'elle a découvert une raison De me donner de

konvicted

konvicted

 

Puzzle

Puzzle Les puzzles, ça m'a jamais fait bander, Ça prend des plombes et encore pire, tu penses, Pour çui-là qu'a mille pièces, qu'est en 3D, Mais sans les lunettes, c' qu' est encore une chance ; C' qui craint, c'est qu' t'as pas les bords pour t'aider, Et tu tournes en rond à en perdre patience. Je sais même plus à quoi il doit r'ssembler, Con comme je suis, j'ai paumé l'emballage, Alors comment veux-tu qu' je puisse l'assembler ? Puis,

konvicted

konvicted

 

Adieu mon pote

Adieu mon pote Certes, tu n'as jamais été un bon vivant Mais maintenant que t'es un plus vivant du tout, Je t'assure, tu fais moins la gueule que nous ; Si tu nous voyais, tu la ferais plus qu'avant, Histoire de paraître le plus malheureux, Je te jure, on te croirait cette fois, mon vieux. Tu nous avais dit que t'avais raté ta vie Et qu'avant tout la vie t'avait raté aussi, Que tu ne raterais sûrement pas ta mort ; Toi qui nous avais ha

konvicted

konvicted

 

Mes mots interdits

Mes mots interdits Je n'ai pas de scrupule à parler de ma personne, Et pourtant, dire mes sentiments n'est pas mon fort ; Toute ma tendresse, je la cache en métaphores, A la manière de propositions polissonnes. Il y a ainsi des mots que je ne dis jamais, Même communs, comme si je devais blasphémer, Et des verbes que je n'ai jamais su conjuguer. Mais il n'y a pas une âme au monde à déléguer Afin que ces interdits recouvrent la parole ; Il te serait dès lors vain d'effeuiller la corolle,

konvicted

konvicted

 

La Mort

La Mort I Jamais la terre ne porta une seule âme Causant haine et peur comm' tu en as l'habitude ; Il faut dire que tu fauches avec ta lame Chaque année, des vies d'innocents par multitudes, Jeunes comme vieux, des hommes comme des femmes. Beaucoup d'entre nous, manquant de mansuétude, Voudraient à leur tour pouvoir éteindre ta flamme. Je n'accepte pas, quant à moi, cette attitude, Te considérant plutôt telle une grand' dame, Et même, j'éprouve une digne gratitude, Vivre pour toujou

konvicted

konvicted

 

Quand tu seras prête

Quand tu seras prête Trois tout petits mots se bousculent dans ma tête, Sitôt qu'ils te voient, ils veulent en sortir de suite ; Mais je ne saurais tolérer aucune fuite, L'heure opportune n'est, je crois, pas de la fête. Trois tout petits mots que je souffre de n'avoir De toute ma vie pas encore prononcés ; À chaque occasion, trop lâche, j'ai renoncé, Mais je me jure de te les faire savoir. Trois tout petits mots que je ne sais quand lâ

konvicted

konvicted

 

Je te dirai pas que t'es belle

Dans la lignée d' Érato faite humaine, Je te dirai pas que t'es belle Ne t'avise surtout pas de t'imaginer, Sous peine d'être déçue, en me faisant boire Pouvoir me faire avouer que t'es belle ce soir, Alors que ton visage laisse deviner La salle de bains longtemps monopolisée Par tous tes cosmétiques, ton fer à friser. L'est pas laid, ton fardage, l'idée pour laquelle Je refuse de te dire à quel point t'es belle, C'est que les magazines

konvicted

konvicted

 

J'en veux à la terre entière

J'en veux à la terre entière J'en veux au mec du d'ssus d'avoir une gonzesse, J'en veux à sa nana d'accéder au rideau ; J'en veux à mes voisins, en rabattant les fesses* Ils crient à tous les coups plus fort que mon porno. J'en veux à ma mère de m'avoir mis au monde, J'en veux à mon père de l'avoir fécondée ; J'en veux à mes parents sans qui à la seconde Je me déglinguerais sous un métro bondé. J'en veux au spermato qui a gagné la cours

konvicted

konvicted

 

Avec des "si", on met Paris en bouteille...

Avec des "si"... Je mets Paris en bouteille d'eau-de-vie Pour oublier ma vie dans la boisson, Y noyer mes doutes, peurs et envies, Mes péchés, ma conscience et le poisson. Si j'étais une fleur, je serais Narcisse, Pour ne pas oublier que mon reflet N'était pas source de dégoût, jadis. J'aurais encore l'âge d'un mouflet Si je contrôlais le temps comme Merlin Pour avoir à nouveau le temps de souffler. J'aurais été abattu à Berlin Si j'avais été un mur de béton Plus que d'indifférence

konvicted

konvicted

 

La routine

1 L’homme est un animal routinier proche de la machine. Tout du moins, Maxime se sent très proche de l’ordinateur qui lui sert d’outil de travail. Mais si son cerveau est analogue à un processeur — ou disons deux dans ses meilleurs jours —, son esprit est à mille lieues d’un système d’exploitation stable et efficace. Loin du bon vieux Linux depuis lequel il asservit des dizaines d’autres machines au nom de la science, ce serait plutôt une vieille version de Windows privée de mises à jo

konvicted

konvicted

 

J'ai la mémoire qui m'irrite

J'ai la mémoire qui m'irrite J'ai le souvenir qui me gratte, Fait de ces fantômes anciens Que l'on ressuscite à la gratte, J'aurais voulu être musicien. Mais si ce n'est pas dans mes cordes D'en pincer pour mieux m'épancher, Avant qu'esprit et cœur s'accordent, J'ai quand même de quoi plancher, Un vide sur quoi me pencher... J'ai le vertige, vais flancher. J'ai la mémoire qui m'irrite Et c'est bien l'amer qui m'a pris*, J

konvicted

konvicted

 

The way I am

Quitte à être incompréhensible Faute de faire mon impossible J'ai envie d'écrire l'indicible D'une sale impasse irréversible D'un cœur patiemment impassible, C'est un arc à la corde sensible Dont je ferais un violon si possible, Ses flèches n'ont aucun sens, sans cible, Ou bien mouvante, inaccessible ; Organe instable et putrescible, Pas d'constance en rayon, fissible Comme un crayon de combustible, Mais réacteur insubmersible, Sa

konvicted

konvicted

 

La brosse à dents

La brosse à dents Ma donzelle est bisédentaire, Un peu chez moi, un peu chez elle, D'une hygiène bucco-dentaire Impeccable proche du zèle, Elle a toujours, c'est évident, Avec elle une brosse à dents. Ce matin cherchant une prise Pour ma barbe picométrique, Ouh là, deux drôles de surprises ! Mon rasoir n'est pas électrique Et, puis-je croire à l'accident ?, Elle a laissé sa brosse à dents. C'est gênant, mon appartem

konvicted

konvicted

 

Léa

J'aimerais introduire ce poème que j'aurais dû écrire il y a six ans par une citation de circonstance : « C'est à ce moment-là de ma vie que je me suis dit : quel bel appareil que la mémoire ! Quel mystère aussi ! Je veux dire, la mémoire en tant que... Marie, tu vois bien que papa est occupé ! Commence toute seule, j'arrive dans dix minutes. Pardon, où en étais-je ? Ah oui, je disais, une pepperoni et une quatre fromages, s'il vous plaît. » Pascal Zeimer, Enregistrements des mémoires d'un h

konvicted

konvicted

 

Rien ne rime avec Rose

Rien ne rime avec Rose Un p'tit sourire en coin charmant, Des yeux vert noisette en amande, Un p'tit grain de beauté marron Au coin de sa frimousse ronde, Elle descend les escaliers D'une démarche cavalière Avec les talons de course, Pas aiguillés mais pas trop courts, Ni des mules ni des sabots, Les bottines, ça, ça la botte. (Wallace Calvin) Comme un con assis sur mon banc, Je la vois, forcément, je bande, Mon cœur

konvicted

konvicted

 

Les yeux plus gros que son ventre

Les yeux plus gros que son ventre Ça vous change un homme, un marmot, Y a deux ans, un an, même pas, Je n'en aurais pas cru un mot, Seuls les cons se ravisent pas, En attendant tes premiers mots, Ça fait drôle d'être papa. Ça vous change une couche, un papa, Dix à vingt par jour au bas mot, Y a un an je n'y pensais pas, Puis ta dab m'en a soufflé mot, En attendant tes premiers pas, Ça fait drôle d'avoir un marmot. Ça te plaî

konvicted

konvicted

 

Ballade pour les gens qui ne me lisent pas

Ballade inspirée de de SDP (cette fois c'est cohérent) et dédicacée à tous ceux qui ne la liront pas. Ballade pour les gens qui ne me lisent pas Faute de temps, faute de goût, Il ne leur vient jamais en tête De s'émouvoir de mon bagout, De mes mots les plus beaux ou bêtes. Ont-ils oublié d'être esthètes, Attendent-ils mon premier pas Ou sont-ils juste analphabètes ? Les gens qui ne me lisent pas. Même en râtissant les égouts,

konvicted

konvicted

 

Ballade pour la donzelle de l'arrêt de bus

Encore une ballade, mais une longue cette fois-ci ! Ballade pour la donzelle de l'arrêt de bus Alors que je faisais le pied de grue, Commençant tout juste à m'impatienter, L'attente d'une durée incongrue Me parut plus facile à supporter Quand je vis cette beauté se pointer. Donc sitôt de retour de ma balade, Tant que son souvenir m'a pas mis malade, Je compte jouer de mon plus beau phébus Afin de balbutier une ballade Pour la donzelle de

konvicted

konvicted

 

La ballade des rencontres qu'on n'a pas faites

La ballade des rencontres qu'on n'a pas faites Tant de noms dans un répertoire, Des connaissances, des parents, Et des Gomorrhéens notoires, Mais il en manque un, c'est flagrant. Un ami, un mec important Ou même l'amante parfaite, Elle tient un rôle inconstant, La rencontre qu'on n'a pas faite. Tant de ruelles arpentées, D'un pas décidé ou errant, De trottoirs sous nos shoes crottées, Mais il en manque un, c'est flagrant.

konvicted

konvicted

 

Panne d'inspiration

Panne d'inspiration Quand t'as tourné sept fois la langue de Molière Entre tes doigts noircis d'une encre imaginaire, Ta plume ayant eu l'temps de prendre la poussière, Tes textes désormais plus stockés qu'en binaire, Que reste-t-il à faire ? Quand à chaque poème, en mieux tu fais le même, Tournant toujours autour des mêmes foutus thèmes, D'une muse fictive et puis de chrysanthèmes, Comment ne pas vouloir voir venir l'heure blême ? Puis

konvicted

konvicted

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité