Aller au contenu
  • billets
    11
  • commentaires
    101
  • vues
    104654

À propos de ce blog

Le goût de la fuite,
Qui s'échappe de tes cuisses,
S'efface. Sans suite.


 

Billets dans ce blog

 

Volutes

Volutes et t'évolues, vous luttiez volontiers. Volutes et t'évolues, vous luttiez volontiers. Volutes et t'évolues, vous luttiez volontiers. Volute est dévolue : Volupté vous domptait !   Je crains la fumée, ne m’allume pas. La passion fut mais l’en reste quoi ? Scooter brisé, je ne calcule pas. Je suis comme Freezer, besoin de papa. J’erre dans la nuit, le regard sévère. Un coup je fuis, l’autre je persévère. Seul je me nuis, je me perds, c’est vrai Shoot à l

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Un temps tané

Comme une rencontre providentielle, Coup de foudre au premier regard. Une sensation inhabituelle Nous fait passer au travers du miroir. En une seconde éternelle On s'écrit déjà toute une histoire! C'est le début d'un amour fusionnel ; Ou bien peut être un faux départ. Tout se passe très rapidement, On ne voit pas le monde qui stagne autour. On s'aime déjà éperdument, On s'aime déjà pour toujours! En un éclair on se rapproche Et chacun se met à nu. Mais subitement o

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Tout vient à point à qui cesse d'attendre

Personnes quelconques, vie banale, Je crois que la télé nous a banane. On restera pas dans les annales, La chance nous a fait le coup de la panne. Tu voulais vivre dans les étoiles Et en fait ta vie s’étiole. T'aurais voulu mettre les voiles Mais t'étais qu'une petite tafiole. Et comme tous les autres tu t'es rangé Loin de ces rêves qui te démangeaient. Entre picole et canapé, Tu veux juste qu'on te foute la paix. Si l’amour propre est un moustique T’as prévu le stock d

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Swagger

Pleurer c'est mâle sauf pour leurrer le mal. Plaisir lesbien, ça fait gémir c'est bien. J’ai les couilles en vadrouille, mes baloches se font la malle. Impuissance d’un puissant qui s’épuise pour un rien. Et ça n’a pas de sens comme dans un film de uc. Rien à branler comme si j’étais eunuque. Fais pas les gros yeux comme si t’étais grand-duc, Cette meuf est chaude, j’ai sa mouille sur ma nuque. Et je suis fin prêt pour son grand bassin, J’ai pas pris de bonnet mais elle

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Soleil / Trou blanc

Soleil, soleil. Observateur silencieux, Bien à l'abri, dans ses cieux, Qui nous épie et nous surveille; Éclairant de ses lumières Tous les secrets blottis dans l'ombre, Il veut percer ton côté sombre Et dissiper tous tes mystères ; Faire la part belle aux rêves d'azur En occultant tous les nuages, Pour t'engloutir dans son mirage Et t'emporter sur sa monture. Soleil, soleil. Le clair, le chaleureux, Paraissant si sûr et si sérieux Quand il te parle des mille mervei

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Palpitations

Pour une oiselle qui me rend chèvre Lorsqu'elle porte son pashminâ. Juste à la voir je suis pris de fièvre. J'entre en érection comme l'Etna. J'ai le sang qui chauffe, le sang qui bout Quand mon regard se pose sur elle. Comme un panda, je tiens le bambou Quand mon regard porte sur jaretelles. Les yeux cernés et l'esprit ceint Je veux me damner pour ces deux poires. Son fruit défendu pour dessein, Buisson ardent de mes espoirs. Révélations, je cries Eurêka, J'ai découver
 

Loverdose

Ce qui me tue c'est la joie. Sa logique, ses idées, sa façon de faire. Si les filles de joie sont des salopes, je ne sais plus quoi penser de la mère. Insuportable trainée qui se donne, sans faire payer, au premier des abrutis. Mais qui va se refuser, ou du moins se faire prier, pour quiconque à de l'esprit. Je veux bien comprendre, qu'étant plus simples à divertir, elle choisisse les imbéciles, pour n'avoir que moins d'efforts à fournir, parce que se donner de la peine est une chose que la jo

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

L'ornementeur

Je te l’ai déjà dit, je ne ressens rien pour toi. Mais tu es le plus bel ornement qui soit. Et si ta présence permet de rendre le paysage plus beau Je t’emporterai avec moi, par monts et par vaux. Et qu’importe si mon cœur reste calme, Si dans mes rêves ce n’est pas ton nom que je clame ? Puisque c’est ton rire que je porte comme bijou. Tes couleurs sont le fard sur mes joues. Alors, ne me demande pas si je t’aime. Si, dans tes absences, tu me hantes. S’il est vrai que
 

Faiblard

Faiblard fait nenni, ferme-là fait blerni, fait la félonie, fellation honnie, fête son avanie, fêtard mais s’ennuie, fait d’art et de nuit, fédère, désuni, fatale ironie. T’es là tu fais rien, sombre galérien qui se rêve aérien et mène vie d’acarien. Faiblard fait nenni. Qui se prend pour un grand, derrière son écran, mec toujours à cran, ça en devient flagrant. Mais ferme-là, fait blerni! Castré comme Fidel mais qui meurt d’envie d’elles, perd la tête pour ficelle et demeu

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

Dalek

Je broie du noir dans mes nuits blanches. Je veux pas te voir, je veux juste tes hanches. Moi je vois la vie en néon rose ; Je serai ravi que dans maison close. Billets de sang, l’argent est rouge. Sin citizen comme Mickey Rourke . Pas de gueule de bois pour la fée bleue, Deux verres ou trois rendent spiritueux.   J’ai toutes les couleurs sur ma palette, Toutes les douleurs dans ma galette. Tes coups d’humeur, je m’en balek. Si t’es Docteur, moi je suis Dalek.

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

 

(re)Présentations

Marnie manie la rime avec l’art et la manière. Manie sans frime, sans fard et sans que Marnie erre. L’âme marine, je veux qu’elle s’arrime, pas qu’elle rame, pas qu’elle trime ;  paquet de drames braquaient sa mine, minaient son âme, masquaient la cime de ses récits, de ses récifs. Mais serre-moi, je suis réceptif ! Et si l’émoi est récessif, si dans ma joie je suis excessif, que quand tu me vois c’est déceptif, envole-toi au-dessus des ifs ! Au-dessus des lois et de Sisyphe et de

Kégéruniku 8

Kégéruniku 8

×