Aller au contenu
  • billets
    14
  • commentaire
    0
  • vues
    679

À propos de ce blog

petites réflexions diverses et variées sur un être humain.

Billets dans ce blog

Mémoire de Sarah Bernhardt

Peu me chaut qu’on croie ceci ou cela ! La vie est courte, même pour ceux qui vivent longtemps. Il faut vivre pour quelques-uns qui vous connaissent, vous apprécient, vous jugent et vous absolvent, et pour lesquels on a même tendresse et indulgence. Le reste est la « fouletitude », joyeuse ou triste, loyale ou perverse, de laquelle on n’a rien à attendre que des émotions passagères, bonnes ou mauvaises, mais qui ne laissent aucune trace. Il faut haïr très peu, car c’est très fatigant. Il fa

Axo lotl

Axo lotl dans once upon the time

Journal

Est ce qu'il existe de jolies choses ou bien n'est ce que des mensonges pour cacher toute cette laideur. "Je t'aime fils". _______ C'est étrange de ressentir de l'humiliation lorsqu'on est agressé.  _____________ j'ai rencontré quelqu'un d'extrêmement brillant, comme on n'en rencontre peu. J'envie ses talents, ses qualités. Discuter avec cette personne me rappelle ma médiocrité, mes incompétences, l'inutilité de mon existence.  _______ je me suis trompé de vie,

Axo lotl

Axo lotl dans once upon the time

mauvaise journée

Pourquoi est ce lorsqu'on a tenu bon toute la journée alors que c'était mal barré, la vie te balance le coup de trop, celui où tu assumes et puis on files dans la salle de bain à chialer assis sur sa baignoire, des larmes de honte, des larmes qui te renvoient à tout ce que tu haies chez toi, des larmes qui te rappellent que ça sert à rien on ne sort pas de la merde dans laquelle on a grandit, qu'elle te suit partout, tout le temps, que tu peux écoper ta merde jour après jour, tu n'en sortiras ja

Axo lotl

Axo lotl dans once upon the time

Nous étions

Nous étions le pays des lumières, des innovations et des sciences. Nous étions le pays de l'imaginaire, des rêves, des arts et des lettres. Nous étions le pays des fêtes, de la bonne bouffe et de l'arc-en-ciel. Nous étions le pays des révolutions, du courage et de la résistance. Nous étions le pays des droits de l'Homme, des droits de l'Enfant et du droit des Femmes. Nous étions le pays protecteur, terre d'asile des opprimés et des persécutés. Nous étions le pays de

Pauvre monde

ressentir trop vivement, voir trop clairement et parler trop librement. C’est être vulnérable au monde alors que le monde se croit invulnérable, c’est comprendre son aspect changeant alors qu’il se croit immuable, c’est sentir avant les autres ce qui va se produire, c’est comprendre que l’avenir barbare est en train d’arracher les portes du présent Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits de Salman Rushdie

les secrets

" Viole-t-on le secret de qui l’on aime ? Et même quand on n’aime pas ! Le secret ne mérite-t-il pas le respect ? – Vous n’êtes pas respectable. – Mon secret l’est. Tout secret l’est." - Barbe bleue de Amélie Nothomb.   Cette fin tourne depuis ce matin et j'ignore pourquoi elle me perturbe autant. Et même si au fond il ne pouvait pas y avoir une autre fin, je crois que j'aurais aimé qu'elle ouvre la porte.

c'est déjà fini ?

les voilà les prémisses, je les sens, je ressens les signes. j'ai envie de pleurer parce que même si je veux m'y accrocher, parce que c'était si bien, c'est impossible, ça va basculer, qu'il n'y a rien à y faire, juste reprendre le programme, le même fonctionnement, les mêmes habitudes et espérer qu'il n'y aura pas trop de casse, que ça ne durera pas trop longtemps. A ce moment là, il m'arrive de me dire que je peux plus endurer ça. alors je ravale mes larmes, ma frustration, ma colère et je me

route

La vie inflige une explosion sans raison, une route tracée, quelques secondes et tout part en fumée, deux destins qui se brisent, laissent place à la souffrance, à la douleur. Le temps ne guérit pas toutes les blessures. Les sentences n'apaisent pas toutes les douleurs. L'alcool n'efface pas tous les pourquoi. Aucune prière ne réécrit l'histoire.   

l'ombre du mensonge

Dans le labyrinthe de l'esprit humain, certains frôlent le géni et la malfaisance. Nathan est un homme au charme irrésistible malgré un physique que l'on oublie rapidement. Intelligent, brillant, derrière son sourire et sa nonchalance, se cache un prédateur redoutable, à la pratique acérée. Sachant déceler les fragilités humaines, il utilise ce talent à un seul objectif : satisfaire ses désirs quel qu'en soit le prix. Lorsque Nathan croise la route de Sophie, une jeune journaliste tenace et
×