Aller au contenu
  • billets
    15
  • commentaires
    83
  • vues
    1086

Billets dans ce blog

 

17 juillet

Quelques très brèves nouvelles…  4h40 : réveil. Demain, je serai déjà en train de méditer, à cette heure.  « Vous êtes non-fumeur depuis 1 jour et 9 heures » Putain, c'est tout ?! Programme du jour : bonjour Laroche-Migennes ! Au revoir téléphone, ordinateur, connexion, parole, lecture, écriture, viande, café, … je suis au placard. Je bois mes derniers cafés en essayant d'oublier qu'il manque une cigarette pour aller avec.  Il va être très difficile de me concentrer q

Isadora.

Isadora.

 

Décisions.

Dans la salle d'attente, un vieux monsieur me dévisage. Il me parle, aussi, d'un coup. Tout le monde est surpris. Je réponds mais coupe court poliment. Il prend un papier et note des choses en me regardant. On l'appelle. J'attends.  Les collègues n'arrêtent pas d'envoyer des messages. C'est la guerre, jusqu'au bout. J'ai fait un tirage, hier. Ça disait que l'avenir appartiendrait à ceux qui cesseraient de se laisser aller à leurs messages penchants. Que la nouvelle direction jouerait un jeu

Isadora.

Isadora.

 

Pour et contre la positive attitude.

CONTRE Il fait gris. Il pleut régulièrement et en même temps, on crève de chaud. J'ai peur qu'il pleuve quand on attendra le camion sur le trottoir. J'ai peur.  CONTRE Pourquoi les gens proposent-ils leur aide pour finalement partir en week-end à la place, s'excuser pour des maladies plus ou moins probables, voire simplement m'annoncer qu'ils seront bourrés à cause de la fête de la musique et qu'ils ne seront pas d'attaque pour 11h30 ?  CONTRE Les deux classes auxquelles j'ai fait mes

Isadora.

Isadora.

 

Bulletin météo.

Mon humeur change comme le temps. Hier doucereusement exaltée, pleine de joie et de vie, aujourd'hui parfaitement déprimée. Je suis dans mon nouvel appart, il est encore quasiment vide et j'ai envie de pleurer. Mais ça ne vient pas. Je ne pleure pas.  Pas fait assez de cartons hier, pas démonté de meuble, reçu plein de désistements pour le déménagement. Les quinze cartons de livres au 5ème sans ascenseur vont faire bien mal. Je devrais être chez lui à emballer, je devrais démonter mon burea

Isadora.

Isadora.

 

Nuit

La nuit t'enlace et t'emporte dans le sommeil. C'est l'heure où tu t'en vas. La nuit m'embrasse et me porte à la rêverie. À peu de choses près, c'est la même obscurité qui nous enserre. Le vent qui souffle sur mes épaules rafraîchit peut-être ta nuque. Comme il est doux… as-tu senti, dans sa caresse enveloppante, les quelques mots de ma bouche que je lui ai pour toi confiés ? Ils n'ont pas dû te réveiller, puisque ce sont des mots muets. Des mots fluets qui n'ont pas pu encore éclore. Peut-être

Isadora.

Isadora.

 

Débordements.

Cafard. Capharnaum. Envie de dormir, pas de sommeil. Envie de baiser. Envie de baiser. Envie de baiser. PUTAIN ! Envie de tendresse, de mains, de bouche, d'amour. Des lèvres. Des lèvres. Une odeur. Levrette. Sodomie en levrette, ses doigts sur mon clitoris, de son coude il m'étrangle. Impression de crever. Endurer le plaisir. Je pas penser, ne pas penser à part Je t'appartiens je t'aimerais toujours délivre-moi de mon corps je t'appartiens tu es mon dieu il n'y a pas d'autre dieu que toi ton sex

Isadora.

Isadora.

 

Colère

« La colère est un non à la réalité. » Isabelle Padovani J'en ai marre, tout le monde me gonfle.  J'essaie de trouver pourquoi, de trouver le truc qui pourrait me calmer, mais je n'y arrive pas.  C'est compliqué à la maison mais il n'est pas là depuis mercredi et je souffle, donc ça n'est pas de sa faute. C'est surtout compliqué au travail et ailleurs. Je craque, j'en ai marre de tous ces gens qui ne comprennent rien et qui, avec plus ou moins d'arrogance, font passer leur manqu

Isadora.

Isadora.

 

Agacements.

Le plan, c'était d'attendre et de tout faire pour que ça reste doux.  C'est foutu.  C'est foutu pour pas grand chose mais c'est plus fort que moi. J'ai basculé dans un mélange nauséabond de dégoût/mépris/rancœur, comme ça, pour une histoire assez pathétique de pâtes que j'ai vraiment honte de raconter mais que j'ai besoin de mettre hors de moi, parce que pour l'instant c'est cette histoire qui me met hors de moi. Je dois épancher cela. Vite et bien.  Le carnet d'ordures a toujours

Isadora.

Isadora.

 

La bougie et la suie

C'est la fin, et déjà le début d'autre chose. Ça n'aura finalement duré que quelques mois, contrairement à ce que je m'étais imaginé. Imaginé, le mot est difficile à choisir, mais il semblerait que ce soit le bon. Nous nous étions rencontrés en août, et nous nous séparons. L'autre, dont la présence avait été si désirée, si recherchée, si gracieusement trouvée n'est déjà plus que le souvenir de son idée. S'il était une bougie, j'en aurais vu la lumière et je n'en verrais aujourd'hui plus que la s

Isadora.

Isadora.

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité