Aller au contenu
  • billets
    223
  • commentaires
    1 749
  • vues
    201 209

À propos de ce blog

 

Sûr, ceux qui en parlent le plus en font le moins.

Ceci dit, arrêter d'en parler n'a jamais aidé à en faire plus.

Billets dans ce blog

Zinedine Zenith

« - Excusez moi : vous avez laissé tomber quelque chose... - Mon joli sourire j'imagine ? On me l'a déjà faite. - Heu... oui mais "on" ce n'était pas moi, sinon je me souviendrais de vous ! - Certes, mais si je devais individualiser toutes les bouches assoiffées d'où sortent ces pauvres phrases, je n'aurais plus une case mémoire de libre... » Cela avait démarré ainsi, par une drague bas-de-plafond. Fred n'était pas au meilleur de sa forme ces derniers jours – il y avait la ch

Tequila Moor

Ypérite

[ texte interdit aux moins de 18 ans, pouvant être qualifié d'érotisme voire de pornographie / non mais c'est une blague, en fait, vous pouvez repartir fantasmer ailleurs... ]   Comme un poison, comme une harpie Vaquant au fond de mon esprit : Tu es toujours en agonir Sur mes détours, sur mes désirs. J'ai senti ta marque trouer la surface Pour te repaître à ce repas. Dangereux monarque, jamais ne te lasse D'avaler l'atma, le sang-froid.

Tequila Moor

Xénomorphe

Egout, où les égos s’égarent, où grandissent faune et flore de l’asphalte, en berceaux de basalte. Caniveau, où s’éventent secrets et aveux, où se vendent bruits et brisures, où se vante le fait de faire le mur. Impasse de violence, où le silence se rompt quand les pleurs se propagent, impasse en sursis se dissout dans la rage. Peut-on s'y relever fièrement comme une escouade en déploiement, survie menacée par le sombre, et savourer la force hostile du nombre ? En cette rue une fleur de bit

Tequila Moor

Xanith

Arraché au sein maternel : Soudain, il se fit belle. Homme ou femme – cible de fiel – Qui ne put vaincre un gel pluriel. Son existence fut fragile. Tant, que le rire des séniles Suffit pour en couper le fil, Tel un rejet de bile. Le désir fut sa cause : Soumis à son hypnose, Elle y plongea sans prendre pause S'abandonnant à la sclérose. ... quand ce genre de transe Te prend – tu te sens étrange, Quand cette transe de genre Te fend. L'homme est repar

Tequila Moor

Wild West Story

« Oyez ! Oyez le dit de l’affable soûlard rencontré au hasard d’un voyage dans les bars… » Il racontait l’histoire de Pedro le Poireau Qui dans l’Ouest sauvage était un sombre héros, Qui traquait les bandits, qui traquait les outlaws, Aidé d’un revolver, aidé d’un sombrero. Né au Mexique, dans l’immonde ville de Cancún, Il était affublé d’une bonne tête de cartoon Mais qui se moquait, de lui ou de sa bille de clown, Gagnait un aller simple pour l’enfer des saloons. Un

Tequila Moor

Walking Ghost Phase

Reflets de nuages verdâtres Immeubles coupés Horizon superbe, inverse Ce monde tremble En oublie d’être inquiet Du métal qui s’immerge Tu me parles comme d’une distance Mes réponses sont impressions d'autres temps En négatif : ici, maintenant Au soleil délavé Nul besoin des radios, muettes Toute alerte serait superflue Au courant de la situation Ni dieux ni maîtres Enfin : raz-de-marée Reparti d’un coup, moteurs noyés Conducteurs qui ne valent guère

Tequila Moor

Vortex

Cette nuit, on a tué ma semence Dans l'absence, le mystère de sa vie s'est enfoui Lynché par la houle Fluxé tout son soûl Un poète de troc Qui, baroque, se répand en soliloques Contemple son appendice Pleure l’édifice Ou la fille qui l'acquittait, hors de ce ventre « – RENDEZ-MOI MA CHAIR ! » Des astres, nés morts hors de l'antre Le bambin Est jeté avec l'eau du bain Le bébé jeté avec les eaux de la Mère Douce et caressante Les cuisses ruisselantes Geyser de

Tequila Moor

Vivisection

Demain point, puis vient, sourire ou sermon. Or, je suis toujours vivant ! Martèle l'excaveuse qui s'approche, tournevis. J'observe des oiseaux sur une branche Vertement discourir, sans s'arrêter. Comme ce jouet est à jamais cassé ! Pour avancer, contendant, il me fallait son âme… Consentant que l'artère s'étame. Ils accourront plus tard, se serviront de beaux discours : Un système pour une valeur – Vouloir – la fuite dans la scission. J'ai perdu mes amours embolie

Tequila Moor

Vivant d’Attente

Salut ! C’est gentil d’être passé, mon vieux pote… Oui, ça faisait longtemps : je ne sors plus beaucoup. Fois dernière : quelle anecdote ? On aura bu comme des trous. Bien sûr que ça va, j’ai réussi à maigrir. Voilà qui me sert bien, tu en conviendras même : Depuis le temps, mon ventre œdème N’avait jamais faibli – sans rire ! Vivant d’attente, Converse de mort lente ; Goûter l’absence pour dévorer ma présence. Or, je me préfère vaincu À être vainqueur dans votre

Tequila Moor

Viscéral (journal d'un sociopathe, partie 1)

Dans la rue, certains se cachent derrière leurs téléphones, leurs oreillettes, leurs écrans, leurs lunettes de soleil, leurs cheveux, leur attitude… Ne pouvant m’empêcher d’être original, je me cache derrière mon sourire. Ce n’est pas un sourire commercial, loin de là. Au contraire, il est avenant, doux, intelligent et un peu moqueur : le sourire d’un homme qui prend les choses du bon côté, croit-on. Le sourire d’un homme vers qui on a envie de se tourner. Sauf qu’il est figé, et

Tequila Moor

Vilaine

Vilaine est de retour sur le net. Elle est promesse de galipettes : Va s'offrir à tous, la midinette – Va s'ouvrir à toutes, la nénette. Elle pourrait être ta promise Ou pourrait faire ton analyse. Elle pourrait être ta soumise ; Choisis ! Car l'apparence est de mise. Dites, les garçons ? C'est bon d'être de retour... Avez-vous serré vos oreillers dans vos lits Quand j'étais partie ? Frustrés, m'aimiez-vous d'amour ? Etais-je citée dans vos insultes, vos cris ?

Tequila Moor

VIE, partie X

Elle semble perdue sur le réseau Avoir disparu dans le métro Il faudrait pouvoir dire ça en un mot Peut-être qu’il y en a trop De ces choses toujours en action Choses qui se perdront Il faudra arrêter d’y penser L’important c’est la liberté Le temps viendra un jour à manquer Il n’y en aura jamais assez De ces choses encore en action Choses qui perdureront J’ai gagné le monde, de haute lutte Enfin suis-je devenu adulte Tous les gens que j’ai connu Ont gagné le

Tequila Moor

Vapoter Higher

Kof ! Kof ! Kof ! Rrrrr… désolé, je m’éclaircis la voix : le studio de Radio Absurdement Pêcheresse est particulièrement enfumé ce soir… Nous avons l’insigne honneur de recevoir Mort Ali-T, ancien pilier de l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct, qui va nous interpréter quelques misogynes rimes de son flow rauque typique du fumeur de gitanes... Aïe ! De Havanes, pardon grand seigneur… Lancez la bande son !   « Vapoter Higher » tu m’as dit, croyant allumer l’

Va cuiter, vacuité

Je me rappelle De nuages qui s’amoncellent Du soleil qui s'épand, tel un évangile Pluie et lumière avancent sur terre, en silence Des fleurs les suivent, tournent leurs tiges fragiles Espérant échapper à la boue, la violence Quelque chose les pousse Jeunes feuilles, jeunes pousses Tendre obliquité D'une luxuriante volonté   Je me rappelle De canailles qui s’interpellent À minuit, en pleine rue – choeur volubile E

Tequila Moor dans Textes

V.I.E je t'Abhorre

Premier pastiche de notre histoire pour Radio Absurdement Pêcheresse : aujourd’hui un MC célèbre vous enchantera de ses versets moqueurs, sous couvert de l’anonymat. Après donc le remaniement de notre gouvernement, en voici un autre… Alors pour que le remaniement du mike s’adore, voici Mike A-Bord ! Beau… Bobo… Bonobo… J’abobo… J'abhorre ! La musique de variété : invariante, avariée Même en voulant l’éventrer, jamais elle ne va varier J'abhorre !

Une Victoire de Peu

J'observe les esclaves dans leurs bureaux, autrement dit la ressource humaine, dans son état tertiaire : elle a l'air conditionné, celui qu'elle prend comme celui qu'elle respire… On ne s'en lasse pas, toujours de nouvelles choses à découvrir dans leurs comportements, ils parviennent à surprendre jusque dans l'ennui de leurs mœurs. Lors de la pause déjeuner, quand quelques uns d'entre ces employés, modèles interchangeables, se laissent aller à manger ensemble – par pure sympathie croient-ils, en

Tequila Moor

Un Jour

Un jour Je vais mourir Plus de pleur, ni de rire Plus de pleur – Plus de ni – Plus de rire Un jour Tu vas mourir Plus d’envie de vomir Plus de vie – Plus de veau – Plus de Mir Un jour Il va mourir Plus d’amour, de « je suis » Plus de Mour – Plus de jeu – Plus de suie Un jour Elle va mourir Plus d’odieux, Dostoïevski Plût aux dieux – Plus d’hosto – Plus de ski Un jour

Tequila Moor

Ulysse 69

Heureux qui, comme Ulysse, a vu un effeuillage Commis par celle-là qui tondit sa toison : Quand elle s'est retournée – du pénis l'oraison – Son âme s'est perdue en projets de mariage.   Quand se tairont, hélas, tous ces vains babillages Commis par celles-ci qui, en toutes saisons, Abreuvent de mélasse, ou bien d'exhalaisons, Le mâle que rebutent tant de verbiages ?   Son désir ne se prête aux délires spécieux, Son phallus ne se dresse aux es

Tequila Moor

Ultime Occupation

Il faut s'occuper de nos vieux Qu'ils aient de la joie avant tout Orgasmes, plaisirs insidieux Mains secourables : bouches-trous Il faut s'occuper de nos vieilles Qu'elles s'évadent de l'EHPAD Que leurs muqueuses soient merveilles De nouveau : vermeils hit-parades Il faut s'occuper de nos ruines Profiter de leur expérience De sans dents — antiques coquines Porteurs de couche, éveil des sens Un jour, tu en seras aussi De la cabale, du parti Découvres-toi géron

Tequila Moor dans Textes

U.S.A ?

Hey, j’ai un fusil J’ai un treillis Je suis fier d’appartenir à l’artillerie Irakiens, Kosovars Afghanis On vient vous apporter la démocratie Dans leurs bunkers Vos dictateurs De nos canons vont commencer à prendre peur Nous le faisons Pour vous : notre mission ? Vous délivrer à l’aide de nos munitions ... à l’uranium appauvri Quand tu y joues, c'est face ou pile Uranium Subtilement Appauvri ? Le missile qui t'annihile Plus ultra nec J’suis un

Tequila Moor

Truc

N'y avait que mes rêves Trop visibles De toi Trop de ce corps D'où la nuit L'air de rien qui fait Que je m'éveille surin J'informe ces glaives Presque invincibles De l'hécatombe ; vue en ton nom Ils décroissent d'où ? De gémir Parrainés par l'année M'informe des trêves En courbe subtile De tout M'enduisent l'appeau Soie nue Mais point ton or en fresque Je te veux d'Eve Adam inaccessible Des fois La tendresse est un choeur Qui

Tequila Moor dans Textes

Transaction

« L’autre est un jeu, À somme nulle. » Fondu d'ouverture. Une pièce dénudée, blanche (moquette & murs) à l’étage d’une maison, mansardée, sous les toits. Un plan fixe, plan séquence, en N&B sans aucun son : axe de la caméra placé perpendiculairement au sommet du toit, en face de la principale source de lumière – le vasistas qui inonde la pièce. Lumière un peu saturée, l’image a un faible grain : le contraste entre N&B est net, on peut observer la poussière qu

Tequila Moor

Tout ça pour ça

[ texte non conseillé aux personnes sensibles et aux enfants, car comportant quelques mots crus : vous pouvez donc continuer à lire si, adultes, vous aimez le fantasme de supermarché... ]   Tout ça pour ça ? Trois petits tours et puis s'en va ? Là tu sors, livide, d'un lit vide, un lit froid. Sûr que, malin, tu as eu ce que tu voulais Mais tu pensais que ce serait mieux, attendais Tous les clichés du genre : plaisirs frémissants... Dans tous les sens, ta salope... Dés

Tequila Moor

Tonnerre d'Applaudissements

Quand j'ai levé les yeux Le monde s'est écroulé Au milieu du ciel bleu Un oiseau est tombé Puis un autre a suivi Puis 10 l'ont imité Cela donnant une pluie Il fallut s'abriter Et on n'y pouvait rien Et on n'en a rien fait Et on n'en croyait rien Et pourtant ce fut vrai Est-ce à cause de la crise ? Est-ce qu'il fait trop frais ? C'est ce que les gens disent Car on ne sait jamais On s'attend donc à plus On implore le chaos C'est bon d'avoir connu Une belle plu

Tequila Moor

×