Aller au contenu
  • billets
    183
  • commentaires
    1 482
  • vues
    188 347

À propos de ce blog

La fatuité est le privilège des ratés

Billets dans ce blog

 

Hippy Pop

Aujourd’hui sur Radio Absurdement Pêcheresse, un MC solitaire, un peu atypique : habillé de peaux de bêtes et d’une cape noire, sorte de croisement bizarre entre Zorro et Rahan, fils de Crao, avec cheveux longs réunis en catogan. Mais les plus intégristes d’entre vous auront surtout du mal avec autre chose : en effet, il zozotte et ses paroles sont quelque peu moqueuses… Alors sans plus attendre, place à Fêtard Zan !   Ze ne rappe pas, ze ne remue pas les bras… C’est connu :

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Néo-Jésus

Las ! Tenté de céder à la facilité Me pendre, m'ouvrir les veines, m'empoisonner Du plomb dans la tête – puis tout serait réglé J'apprécierais de voir ma cervelle éclater Dépressif à souhait tels tous mes congénères Le manque d'argent : voici le nerf de la guerre Désir de cloner le chanteur de Nirvana Petit blanc constipé et junky « à la foi » Les experts assurent que je suis nihiliste Mais en fait – juste – de religion hypo-christ Dévoué martyr de la défonce atomique

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Un Jour

Un jour Je vais mourir Plus de pleur, ni de rire Plus de pleur – Plus de ni – Plus de rire Un jour Tu vas mourir Plus d’envie de vomir Plus de vie – Plus de veau – Plus de Mir Un jour Il va mourir Plus d’amour, de « je suis » Plus de Mour – Plus de jeu – Plus de suie Un jour Elle va mourir Plus d’odieux, Dostoïevski Plût aux dieux – Plus d’hosto – Plus de ski Un jour Ça c’est mourir Plus châteaux ni ghettos Plus de gay – Pluie de chats – Plus de tôt Un jour Nous, c’est mouri

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Ma Mort

Ma mort attend Ma mort, et là Sans mouvements Rôdant : telle est sa loi Une main froide, rude Dans une autre, roide Quand cela – dru – dure À portée de doigts Ma mort C'est un shish kebap au porc Ou black-jack pour cul de jatte En blême cunnilingus cuit Poupée de laine qui penche Qui peine et qui calenche En boité Digéré jus d'en pire écarlate L’eau-de-vie qui a obvié À une journée obvie En portée de doigts Quand cela – dru – rude Dans une m

Tequila Moor

Tequila Moor

 

La Roue De Fortune

T'as encore bien trop fait la teuf ! T’es encore bourré comme un bœuf ! Rentrant chez toi où – bien déchiré – là tu te fais ramasser : Yvelines, département ; cellule de dégrisement. Par un témoin t’es reconnu, avec un autre confondu Puis, par une policière, interrogé pour une affaire Dont tu ne connais rien du tout : tu nies ? Alors retour au trou. Otés tes : clefs, objets précieux, cartes d’identité et bleu. T’en sortiras avec la honte, mais plus tard : refaisant tes comptes…

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Hyper-Inconnu

Matin. Où, j'apparus dans un décor indifférent et dangereux, désolé, d'un gris sale que le pâle astre de ce printemps naissant n'arrivait pas à diluer. Je ne reconnaissais rien ici, je ne me reconnaissais d'ailleurs guère plus : sur moi, un harnachement aux couleurs passées se trouvait, m'oppressant, m'agrippant. Serré à la gorge, à la taille et aux pieds ; gêné dans mes mouvements par un textile rigide ; au poignet un objet métallique tel un anneau ; du cou au nombril, un losange de tissu pen

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Jom & Terry

Terry est un bandit, une vraie pourriture. Au pays des moisis, il fait bonne figure. Son truc, c’est : braquage puis la fuite en voiture, Gunner un ch’tit otage et vogue l’aventure ! Là il doit se refaire : libéré de prison. Accroc du revolver accroché au pantalon, Il s’est vengé d’un mac qui détournait son pognon : Pris la main dans le sac ! Ses affaires tournaient rond… Jom est un galopin qui fait 400 coups : Un sacré plaisantin, sauvage et casse-cou. Avec sa tête d’a

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Monsier Vobary

« Madame Bovary, c'est moi. » Gustave Flaubert (ou peu s’en faut) An 2005 : mister Vobary est un enfant du nouveau siècle, il a quitté sa vieille nation trop attachée à des valeurs sociales datant de la précédente ère glaciaire, tout du moins du siècle dernier. Il s'est intégré à la nouvelle frontière du marché commun, frontière bien entretenue, civilisée et européenne, bien délimitée et défendue, riche en promesses d'avenir et en virtuelles aventures. Elevant la flexibilité

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Péchés Capiteux

Etant Semblable à un étang C’est sûr Je m’étends, prisant le bon temps Fêtant C’est bien embêtant Je sors, me détends Paresseux et charmant Mes péchés capiteux J’embrase leur bûcher Foyer généreux   En tant Que corps caressant Luxure En dedans, en sus, tel un présent Sentant L’érogène échauffant Désirs excitants Ou plaisirs prenants Mes péchés capiteux J’en brasse mon bonheur En passent mes heures Mes péchés capiteux J’embrase leu

Tequila Moor

Tequila Moor

 

puis Ganesh brama, ce fut dur, gars : on rama...

1° août. Après l’avoir laissée à l’aéroport, elle, m’octroyant un baiser hollywoodien et partant la tête haute, avec son air ravi de Lauren Bacall de cour de récré, j’étais en forme : trucs divers à faire, puis j’ai tracé vers ma maison de campagne. Long périple pour y arriver, pour cause de retard du bus ; autres trucs à faire, puis je repars vers Paname. Parti tôt : envie de manger avant de prendre le train. Mais dans mon joyeux village, pas possible évidemment. Ou alors avec un lance-pierres.

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Hit-parade

Faire rimer Amour Avec toujours Spécialité Des sourds Au verbe gourd Si mélioré : Au s'cours Et prendre un four En résumé Les jours Aux fiers vautours De la chanson Des cons Sont à rebours d'être terminés Faut-il parler Ouïghour Mofu-gudur ? Faire pousser Rambours Topinambours ? Multiplier Recours Et calembours ? Pour contourner Le hourd De leurs discours De leurs chansons De cons De troubadours si nuls, si gros

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Attentifs, Ensemble

À la Sainte-Anne, en fin du jour, je pris le RER. Je fus très fatigué : ayant beaucoup absorbé le soir d'avant, mon corps se trouva dans un de ces moments, fébriles, où retrouver un état équilibré ne fut guère une sinécure... Genre de fatigue pas si désagréable : déformant subtilement les sens, apaisant, favorisant la rêverie. Je m’en fus donc, en transport en commun, en route pour retrouver ma compagne de coeur en banlieue, et nous roulâmes sur un tronçon de voie non souterrain, déjà en dehor

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Schizes Aliens

Et de nouveau Mon cerveau veut te remercier De m’avoir offert ta nervose De m’avoir fait l’héritier De cette belle psychose Qui sait si bien Me conseiller Car, en dedans C’est si facile à faire Mais pas vraiment à exprimer Que me vient de tes ovaires Cette envie de laisser aller L’amour D’une mère C’est atterrant, en dedans Rester vivant Avec tant de pertes dans cette vie De dettes que j’ai gagnées Cela chatouille mon ironie Que mon principal cré

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Fragmentation

Fange. Elle se dresse, observe la tristesse qui gronde, la verve insondable, belle de sable Mais qui devra pourrir, que des roses perlées viennent à refleurir ? Novae en interlude Impression d'une certitude Yeux clos, des sensations défilent Progresser un peu, de cent, de mille À suivre, la pente immaculée L'aurore étoilée À chaud, la surface est lisse Exponentielle en supplice Entré en elle il n'y a pas longtemps Resté, en se sentant bien Ressenti les pr

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Rester vivant

Tu muais Tout étant résolu d'avance Tu donnais, tant et tant d'importance À des avidités Qui te furent, caprices d'enfance Avanies avinées se joignant aux avaries Exténuée L'évolution fut à prévoir Hors, à jamais d'or Tu n'aurais su décevoir Tant il est rare qu'on s'aborde dans le brouillard Tendre temps qui s’amuse à se rendre, car Rester vivant est le prix à payer Rester vivant ou déterrer l’idée Rester vivant, dont rêve un suicidé Rester vivant, avenir rass

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Heure d’été, heure d’hiver

Matin d’automne Une feuille morte Sertit d’orange mes veines : s’en vieillir Chaque jour long Reste sang vécu La fatigue d’exister Relatée par qui s’est trop vite désisté Qui n’a pas résisté, oubliant qu’être élégant C’est une certitude, non un simple habillement Attitude du roseau pliant Montagnes ensoleillées Orgueils encore plus hauts Et nous, ici bas : se prendre pour un chêne T’assure de casser net Au vent qui vient de Chine La vieillesse est là pour q

Tequila Moor

Tequila Moor

 

L'Angle d'Attaque

Bienvenue pour un freestyle rap, sur Radio Absurdement Pêcheresse, la seule radio qui ne propose pas d’espace pub à la seule bière qui pourrait pourtant envisager d’en faire… Ici ! Ouf, je reprends mon souffle… Donc aujourd’hui dans le studio, le tout jeune groupe Occis Mort, composé de Phil Paydo, MC Mer et Fessard Cosy, qui se mettent déjà en piste. Alors, balançons le bon son, et place à la nouvelle école !   Veni Vedi Vici, Au beau milieu du hip-hop français, Où la vindict

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Alice

En hypocrites prolégomènes, l'auteur tiens à préciser qu'il n'est pour rien dans l'écriture de la bouffonnerie qui suit : celle-ci lui a été dictée par son inconscient - suite à l'injection de substances délétères quoique légales - qui n'hésita pas à employer la violence à l'encontre du dit auteur pour parvenir à ses fins. Le dit auteur tient donc à préciser qu'il ne serait pas contre une censure de ce texte, même s'il ne serait pas pour non plus, car il faut bien avouer que son inconscient se d

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Oedipe

Vie Cet infini En apparence Rebelle Ma conscience Eternelle Alternance D’icelle En cellule Et pendule L'heure enfin Un psaume Plus n'est rien Juste atome Et ce lien Diplôme Allie l'étrange À la fange Mater Gaïa Zélé complexe d'Oedipe Point de fuite Somme construite D’aventure Saigner en suite     Falot futur En la fracture Père paix Tu renais Hydre outragée Fixe un forfait Déraciné Humain mort-né Néant en vue Vers incongrus

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Polis

T’as vu ? On est ivres, il est tard… Si demain vient, je penserai à changer mes vieilles fringues : elles puent. Puis à te changer, camarade : tu pues aussi. Puis j’irais voir mes vieux amis, ceux de ma vie d’avant : pour eux, je pue. Navrant. Autre jeu, partie suivante. Si demain vient, j’irai sonner la vieille. On ne sait jamais : peut-être, elle a besoin de quelque chose. Je lui offrirais un truc : j’en peux plus, ces remords qui durent. Demain. Tout était simple.

Tequila Moor

Tequila Moor

 

On ferme !

Juste un autre instant pour toi et moi, d'autres instants avec l'ennui en soi : avoir passé des années avec lui pour ennemi, devoir encore en passer avec l'envie pour amie. Rien à dire, rien à faire, à part se sentir vieux. Et usés. Attendre la prochaine journée. Ou vivre en solitaire : toujours seuls, sans ce recours suprême, d'être amoureux d'autres soi-même. Subir le sabir de l'ennui, qui pourrit sa vie. Continuer à mourir, petit à petit, sans le dire. On va sourire pourtant, cacher ses sent

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Motus

J'ai des muscles bien fermes un cerveau où ça germe fort, mené à son terme une chair sous un derme Qu'est plus ou moins foncé plus ou moins coloré ça suffit pour bouger ça suffit pour sauter Puis rester dans le ton quand on tournoie au fond quand on ressent le son qu'il s'offre comme un don Nos coeurs suivent la rythmique femelles, mâles quantiques nos corps sont statistiques de ce champ magnétique * Nos vies dans cette foule comme la mer et la

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Hola Hombre

Hola hombre Prends garde que ta salive n’aille sombrer avec moi. Je ne cherche plus ce que tu crois avoir trouvé. Je n’ai plus besoin de rien ; ou pas du tien. Garde ta loi loin de nos verres, de ma foi. Ce sera meilleur pour notre santé. Car nous buvons de cette eau-vive en guise de récidive. J’ai laissé mes salutations / mes bénédictions Aux bouteilles que j’ai vidées Aux vies que j’ai ôtées Mon antique colère est telle un serpent. Elle s’agite en profondeu

Tequila Moor

Tequila Moor

 

L'Orphelinat

Je veux être orpheline Être là, arrachant les bulbes Qui poussent sur ce que je suis devenu : un tertre Avant que les jours ne deviennent pauvres Que ces murs blafards ne veuillent sourdre Que même les remords se veuillent humbles Orpheline Je connus des moments de triomphe Que même le roi des Belges Troquerait contre son sceptre Je vis mon corps combattre, les sylphes Ou l'effet du girofle Une rime qui se cherche, simple Venue avec amis et quelques Mais pers

Tequila Moor

Tequila Moor

 

S'en givrer

Chère vie – j'espère que je peux encore t'appeler ainsi ? Proclamons que oui, temporairement, par intérim. Chère vie, donc, tu m'as tellement déçu, j'en suis venu à te détester : me voici à te dire que j'ai décidé de te quitter. À jamais, moi non plus. Ô bien entendu, tu pensais m'avoir, je croyais te tenir : les amourettes dureront toujours, on se le dit tout du moins. Mais tu t'es refroidie et, de mon côté j'ai grandi, mal : nous sommes maintenant étrangers l'un à l'autre, le pire est que nou

Tequila Moor

Tequila Moor

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité