Aller au contenu
  • billets
    183
  • commentaires
    1 482
  • vues
    188 358

À propos de ce blog

La fatuité est le privilège des ratés

Billets dans ce blog

 

Walking Ghost Phase

Reflets de nuages verdâtres Immeubles coupés Horizon superbe, inverse Ce monde tremble En oublie d’être inquiet Du métal qui s’immerge Tu me parles comme d’une distance Mes réponses sont impressions d'autres temps En négatif : ici, maintenant Au soleil délavé Nul besoin des radios, muettes Toute alerte serait superflue Au courant de la situation Ni dieux ni maîtres Enfin : raz-de-marée Reparti d’un coup, moteurs noyés Conducteurs qui ne valent guère

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Ne Pas Déranger

Sur son affichette « Ne pas déranger » Il y avait Et sur son assiette Du yabon manger On lui servait Aux matins drolatiques Guettaient les domestiques Car il n’y touchait pas N’en voulait pas N’ouvrit jamais Plus ne lui était rien Rien ne lui était plus Hormis la paix Son plateau, apparu Intouché, disparut… À la fin c’est mortel En Rolex, c’est la classe La mort dans un hôtel De luxe, pas de passe Séjour de 5 mois Est réservée Une suite D

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Gai Vernal

Amène- Toi Baisse-moi verglacé Défonce-moi la jonquille De ma jonque, fais une torpille Vin de transhumance Ivresse de mon essence Au diable ce jus de cadavres Je préfère exister par ta sénescence Qu'ils se taisent, mes ex-minets Je préfère ce fier festin Telle l'offerte confesse La fenaison qui déflore La floraison de l'aphone Qu'est-ce tu crois : Si tu recules ? Comment veux tu que je t'asticule ? Défonce moi le monticule Torticolis du

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Dysboulique

Mon aimance, Il existe des écrivains – ou autoproclamés tels – qui causent de l’absurdité (et) de la vie, ou l’inverse ou les deux, de leur vision de l’existence qu’ils espèrent élevée au rang d’art, d’un vomir intrabiliaire quoique intrinsèque qu’ils désirent éternel, d’une chierie vocabulaire qui leur appartient en propre (sic) mais qu’ils veulent partagée par d’autres, ayant encore besoin d’un lectorat pour être raccord avec eux. Ils ont tout loisir de parler, dans une société comme la nôt

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Lady Epidémie

Drapée de silence, elle entra dans nos contrées : nul n'était à l'abri, nul ne put s'en cacher. Son port était royal, ses baisers trop parfaits : vierge inhumaine, tête bicéphale. Elle désignait… Ceux qui devaient la suivre étaient alors perdus : Jeunesse et vieillesse entraînées dans l'inconnu, Dans un abîme de peur, de sueur, de sang. On sentait sa venue, simple question de temps. Là, on gue

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Dialogus Canino-Sapiens

« - Je ne sais pas du tout ! » lui avouai-je, en lui caressant l'arrière des oreilles. « - Mais pourquoi cherchez-vous à tout contrôler, même ceux que vous n'aimez pas ? Même des territoires trop grands pour vos pattes ? Quand je sais où retrouver mes os enfouis, cela me suffit, idem quand je sais où sont passés mes semblables grâce à leur urine : vous non ? » « - C'est simple, nous avons peur, horriblement peur : nous désirons tout asservir, nous voulons triompher de tout, parce que nous nous

Tequila Moor

Tequila Moor

 

V.I.E je t'Abhorre

Premier pastiche de notre histoire pour Radio Absurdement Pêcheresse : aujourd’hui un MC célèbre vous enchantera de ses versets moqueurs, sous couvert de l’anonymat. Après donc le remaniement de notre gouvernement, en voici un autre… Alors pour que le remaniement du mike s’adore, voici Mike A-Bord ! Beau… Bobo… Bonobo… J’abobo… J'abhorre ! La musique de variété : invariante, avariée Même en voulant l’éventrer, jamais elle ne va varier J'abhorre ! Ses publicistes, ses producteurs,

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Diagnostic

Demain, démuni je pourrai déchoir Trépasser, peut-être juste en ce soir Malsain, que ce sera, de s’abdiquer sinistre Or mon entière vie – snif – est devenue si triste Peut-être, cela m’effraye d’exister Ou suis-je trop égoïste pour donner   Trop faible pour faire ce travail moi-même J'ai besoin, à mes côtés : quelqu'un d’idem Or, pourquoi ceci devra vous toucher ? Quand cela deviendra plus doux à porter Pour moi, d'être celui qui la rendra libre La f

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Pair Lendemain

Virtuels chers J'aimerais être la mort, pour vous faire tous taire D'un coup d'un seul, d'une faux tant décrite D'un écrit inscrit en faux Idiome idiot Mais je ne suis que vivant Et ne peux que vous lire Vos mots et ce que j'y devine Non vos maux, mais ce qu'ils vous serinent La vie est une lente asphyxie Où chaque inspiration est une victoire sur la défaite qui vient Un rappel de ce pleur premier d'où nous sommes nés La douleur qui nous a mus, belle en continu

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Panik

Des gens passent, et des meilleurs Ça se tasse sur le « dance-fleur » Pile en face pour dos en sueur Un palace pour les pêcheurs Des gens passent, et des meilleurs Guitare, basse, à 100 à l’heure Ça fracasse les haut-parleurs Ma carcasse attend son heure Des gens passent, et des meilleurs Scène salace pour vieux rockeurs Qui s’effacent, de jeunes tireurs Dans la place – musique de tueurs Des gens passent, et des meilleurs Sans tignasse ou cheveleurs Volte-fac

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Locataire

Atone et assis sur le trône, en matinée : Là j’entends sonner, plusieurs fois ; mais je m’en fiche. Atone et pas pressé, j'ânonne : « laiss’pisser » Mais la clé tourne dans la serrure ! hey ho, fichtre ? Fâché, je m’empresse de vêtir mon derrière… Serait-ce ma belle revenant par surprise ? Non ! Mon proprio m’apportant maintes affaires : Me croyant au taff il en faisait à sa guise. Fâché, je le jette : interdit de me surprendre En rentrant tel un voleur chez moi ; j’ai de

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Jeux

Les mouches sont pieux naufrages : Elles servent la destruction, elles subissent le fromage. Les mouches fuient en tire – d'aile. Salissent sans sommation : elles agissent, et se révèlent. Les pensées sont potimarrons : Elles endorment l'énergie, elles corrompent sa fusion. Les pensées traînent aux orteils. Définissent la folie : elles séduisent ; ce sans pareil. Les humains, ces infimes, Remontent un moment puis s’échouent dans l'abîme. Les humains – bonobos – Surviv

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Secondes

La pluie s'effondre solitaire, en un désert de gris, un océan de vert. Mon âme se referme, coquillage mourant : Les terres promises n'ont pas tenu leur serment. Et les clameurs de la marée humaine Remontent, déferlantes Comme la tempête, en automne. La beauté est en chute, oisillon en liberté. L'abandon discute, debout à tes côtés. Le vide peut se lire dans la vague, corail de fatigues atrophiées, Telles ces artères exsangues où s'époumone mon coeur. Un mot est sur t

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Xénomorphe

Egout, où les égos s’égarent, où grandissent faune et flore de l’asphalte, en berceaux de basalte. Caniveau, où s’éventent secrets et aveux, où se vendent bruits et brisures, où se vante le fait de faire le mur. Impasse de violence, où le silence se rompt quand les pleurs se propagent, impasse en sursis se dissout dans la rage. Peut-on s'y relever fièrement comme une escouade en déploiement, survie menacée par le sombre, et savourer la force hostile du nombre ? En cette rue une fleur de bitume,

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Oublier

Découverte, vision, cliché : cette nuit se finit, ceci est l'aube de mon crépuscule. S’y résoudre. Le premier de mes jours derniers : voici venir l'annonce de fin de ma vie, journée que j'annulerai. Car demain ne sera plus jamais ce début ; enfin, demain saura le temps de jamais. Quand hier, je rimais avec toujours : hier de nouveau je rêvais d'un éternel amour. Stop ! Voilà comment atteindre le point néo-Godwin de la petite poésie dilettante : faire rimer « amour »

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Héroïne

Je suis l'étalon de feu, robe éther, liberté Oui – la crinière, la queue, sauvage et indomptée Donne-toi à moi, et tu verras d'autres mondes D'autres chez soi Des rondes, des joyaux Des îles sur l'étendue du chaos Viens, afin que le ciel se donne, que ses nuages t'émerveillent Viens, et que le ciel enfin dorme, qu'il nous laisse sans voix Sans sommeil Puis, en acceptant les rites, acceptant cette folie Tu me chevauches si vite Chevauchant toute la nuit Sans logique, au

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Somesthésie

Lenteur du liquide qui s'écoule – noirceur de la nuit, de la houle – sur la terre, reflets phosphorescents. Dans le ciel l’astéroïde pâle et blanc, dont autour sa traînée de courtisanes : invisible de jour, étrange voile diaphane. Et tandis que la blafarde s'éclipse, dans les nuées, des hiéroglyphes se calligraphient, sur un fait mûr. Sang, vin de la vie. « Comme le frère qui attise mon sosie. » Sueur, eau de la vie. « Comme l'amante qui tire ma rêverie. » Sperme, sève de la vie.

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Vivisection

Demain point, puis vient, sourire ou sermon. Or, je suis toujours vivant ! Martèle l'excaveuse qui s'approche, tournevis. J'observe des oiseaux sur une branche Vertement discourir, sans s'arrêter. Comme ce jouet est à jamais cassé ! Pour avancer, contendant, il me fallait son âme… Consentant que l'artère s'étame. Ils accourront plus tard, se serviront de beaux discours : Un système pour une valeur – Vouloir – la fuite dans la scission. J'ai perdu mes amours embolie

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Chez Ma Nana

Chez ma nana La La La, c’est pas chez moi car c’est chez elle Vous pouvez visiter : vous verrez du réel Ouvrez : porte d’entrée, au fond de la ruelle     Chez ma nana On ne dort pas Ses études dictent leur dictat Parfois elle travaille jusqu’à 3H du mat’ Et moi qui suis gentil, ben je lui fais des pâtes     Chez ma nana Immeuble tout confort Y’a du double vitrage Mais aucun risque que le bruit vienne du dehors

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Sol Invictus

Ci-joint l'histoire Déboires d'un patatoïde Qui tourne sur lui-même Aussi qui tourne dans le vide En tandem, pourrait-on dire Un satellite lui tourne autour Automatisme du désir Mise en orbite de l'amour Les deux – en sus ! Se sont piqués d’héliocentrisme Petits plaisirs qu’ils éveillent Perverse forme de tantrisme Ce Soleil, pourra-t-on voir Leurs corps en langoureuse ellipse Le décider à s’émouvoir Ménage à trois ou bien éclipses ? Quand les astres s

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Forums Internet

t'as vu la dernière pub de ? top délire ! les hommes tous des salauds, c'est con une blonde vivement les vacances, non chéri pas ce soir, si je deviens handicapé, suicide yabon espèce de facho ! sois raisonnable, ils sont pas assez bronzés, trop une idée de ouf fait pas beau aujourd'hui, demain j'arrête, si tout va bien l'année prochaine t'es mon amour à moi, trouve un métier, arrêtez d'boire c'est mauvais pour la santé les étrangers on leur donn

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Soeur Solitude

Sœur Solitude d’un homme ivre n’est universelle Médisant que pour améliorer les choses Elle dit qu’il faudrait faire telle une ou telle autre Mais qu’elle pense à toute chose, sérieuse Elle se tait Soeur Solitude d’un homme ivre n’est individuelle Médisant que pour améliorer la vie Elle dit qu’il faudrait vivre telle une ou telle autre Mais qu’elle pense à toute vie, sérieuse Elle se tait Soeur est houle, Solitude ainsi s’écoule Soeur Solitude d’un homme ivre est a

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Poly-Game

Le poli game du polygame Cela consiste à avoir plusieurs femmes Or je suis poli, or j’en fais autant Car j’ai eu plusieurs femmes Successivement Le mono game du monogame Vrai, unique, qui n’a qu’une seule femme C’est monotone, selon la tradition Toute une vie avec une femme Quelle dévotion ! Les femmes aussi savent être polygames Ces Eves peuvent consommer plusieurs Adams Sur le marché de la satisfaction Plusieurs produits, plusieurs gammes Poly-séduction L

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Bouquet

Des fois, tu me fais me sentir Comme si nous étions tous 2 des fleurs coupées Bouquet dans un vase en train d'agoniser « C'est ma façon de rire » tu dirais… C’est comme une voile Qui sombre sous la surface Un babil, infantile, pour combattre le silence Un atoll en avril où s’abat une pluie dense – Quand ton rire brise la glace C’est comme une étoile Qui ne serait pas à sa place Comme ne plus savoir si on sut quelque chose un jour Découvrant la mort qui recouvre tout

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Agrappe Coeur

Ode à mon amante J'adore une enseignante À prendre, la liberté M'enseigner l'amour M'en saigner est avisé Désir de tes atours Ton éternel retour Mon coeur s'en est grippé L'infarctus me tente Si ton absence me hante, si je suis las Eternelle Si l'on se trouve dans un bar, si tu me bois Si tu ne joues pas, si l'on jouit ensemble En retour Si j'espère un demain, si tes membres tremblent Si j'espère un ailleurs, si tu es étonnée Eternel Si ton rire éclate, si tu es fécondée Si je

Tequila Moor

Tequila Moor

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité