Aller au contenu
  • billets
    183
  • commentaires
    1 482
  • vues
    188 353

À propos de ce blog

La fatuité est le privilège des ratés

Billets dans ce blog

 

Spasme

L'oubli un jour s'en est venu Rien dans les mains puis les pieds nus Ce famélique et vermoulu Aura rongé l'autre goulue   Ma mémoire ? Bien entendu ! Elle qui m'avait descendu Etait-ce une autre ? Je n'sais plus... Mais lui, oui, m'était dévolu   Voilà pourquoi c'est bien bizarre Je m'sens à côté d'mon falzar Tel un collabo maquisard Ou un eunuque partouzard   J'ai rigolé tant que j'ai pu Cherchant à ? Bin qu'il soit r

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Nature Morte

Puis quelques années. Plus tard, trop tard peut-être. Les manèges se sont ressentis éraflures, la découverte du monde s'est colorée lumière noire, l'abîme s'est offert les pas du garçon… Ou encore est-ce ce dernier qui s'est offert ce racaille luxe : plongée en continu, sourires carnassiers, regards hypocrites. Tout l'attirail de ceux qui détestent la vie par attitude, parce qu'ils ne connaissent rien d'autre, ou qu'ils désapprirent de rire, par choix. Aussi, solitude de sa génitrice qui s'est

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Ulysse 69

Heureux qui, comme Ulysse, a vu un effeuillage Commis par celle-là qui tondit sa toison : Quand elle s'est retournée – du pénis l'oraison – Son âme s'est perdue en projets de mariage.   Quand se tairont, hélas, tous ces vains babillages Commis par celles-ci qui, en toutes saisons, Abreuvent de mélasse, ou bien d'exhalaisons, Le mâle que rebutent tant de verbiages ?   Son désir ne se prête aux délires spécieux, Son phallus ne se dresse aux es

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Une Victoire de Peu

J'observe les esclaves dans leurs bureaux, autrement dit la ressource humaine, dans son état tertiaire : elle a l'air conditionné, celui qu'elle prend comme celui qu'elle respire… On ne s'en lasse pas, toujours de nouvelles choses à découvrir dans leurs comportements, ils parviennent à surprendre jusque dans l'ennui de leurs mœurs. Lors de la pause déjeuner, quand quelques uns d'entre ces employés, modèles interchangeables, se laissent aller à manger ensemble – par pure sympathie croient-ils, en

Tequila Moor

Tequila Moor

 

La Bouffe à Charlie

Certes oui, bouffer halal, ça me rend musulman Bouffer comme à Katmandou, ben ça me rend hindou Certes oui, bouffer kasher, ça me rend juif errant Bouffer comme en Haïti, ben ça me rend vaudou Mais si je ne bouffe pas, ça me rend-il Bouddha ? Bouffer un gras saucisson, ça rend-il gros et con ? Moi j'm'en fous, je change de foi plusieurs fois par semaine Oui j'm'en fous : la crise de foie, c'est vraiment ça que j'aime   Puis

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Eglogue à une Grégairophobe

(p'tit truc écrit en l'honneur de Mite_Railleuse... vu qu'elle a malicieusement réclamé... au prétexte que je me proposais de la séduire... mon bon coeur me perdra...)   Si tu me lis, Mite J'en ferai un scénar' Si tu me dis « na ! » Mite Prends garde à mon bagout Car je n'en a pas l'air, Mite Mais je suis un Bernard Donc si tu te marres, Mite Prépare-moi en ragoût Trois pincées de raifort, Mite Sont trop, car goguenard Me voici chatte, Mite Te trouvant à mon

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Douceur Salée (recette de cuisine alambiquée)

Après les classiques étapes pour en arriver à cet endroit, ainsi qu’une tonique douche ou un bain relaxant : dans un moment de calme, allongez votre partenaire sur le ventre et sur une surface soyeuse, confortablement, de façon alanguie... Pour la suite de cette comptine, vous serez dominant, l’Autre sera dominé, mais sachez d’avance que tout ceci est parfaitement unisexe : qu’ici vous ne serez homme, que l’Autre ne sera femme. Pour commencer, caressez ce corps retourné sur toute sa nudité, d

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Pantomime

Dans ces lits : chacun sa place, Se replier face à face. À vie, de notre liaison lasse Sentir s'ouvrir l'espace. On a manqué notre but : Bonheur rapide mais lent uppercut. Trop tôt fut stoppée la lutte, – erreur livide – Pour suspendre sa chute. Pantomime des chagrins : Teint terreux du matin, Venin à vomir. Pantomime des amants Dont l'aveu se répand, Néant à venir… Rire en retour : freiner l'engrenage S'il faut faire bon ménage. Reproches et amour se n

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Revolving

Il regarde tourner le linge : Son bonheur, lui, il le singe. C’est un peu triste, mais bien pratique… C’est l’air de la chrématistique Inversée, car elle consiste À prodiguer des richesses Non accumulées : idéaliste, Il croit mettre l’argent HS ; Se voyant en néo-bourgeois, Il esquive le travail Puis hypothèque aussi dans la joie – Aura recours au crédit-bail. Aura-t-il assez vécu ? En aura-t-il assez du Revolving ? Ce revolver, Du vase Ming, évolue vers

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Racaille Le Rouge (journal d'un sociopathe, partie 3)

En tant que pauvre, dans ma jeunesse, j’eus recours au racket, au vol, à la resquille généralisée pour espérer vivre un peu mieux : en majorité, j’usai de ces techniques envers d’autres pauvres, et on en usa aussi envers moi. D’un point de vue cynique, ce fût légitime. Plus âgé, je jouai même le gigolo de pacotille, car gigolo conjugal : habiter chez des femmes que l’on n’aime pas mais qui ont de l’argent, en faisant croire à notre amour, blabla, à la solidité de notre couple. Guère plus légitim

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Vapoter Higher

Kof ! Kof ! Kof ! Rrrrr… désolé, je m’éclaircis la voix : le studio de Radio Absurdement Pêcheresse est particulièrement enfumé ce soir… Nous avons l’insigne honneur de recevoir Mort Ali-T, ancien pilier de l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct, qui va nous interpréter quelques misogynes rimes de son flow rauque typique du fumeur de gitanes... Aïe ! De Havanes, pardon grand seigneur… Lancez la bande son !   « Vapoter Higher » tu m’as dit, croyant allumer l’

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Junk-Food Diary (journal d'un sociopathe, partie 2)

Ou fast-food diarrhée, ou fast-writing logorrhée : que ceux qui ne comprennent pas ces quelques mots fassent l'effort d'ouvrir un dictionnaire, ça les changera. Idée : il faudrait écrire un « journal noir » dédié aux cafeterias et aux fast-foods, en particulier – à tout saigneur tout honneur – au plus international d'entre eux, celui que je ne nommerai ici pour ne lui faire de publicité, celui attifé du clown Ronny... Vous vous direz sans doute que c'est une idée à la con, et vous aurez rai

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Pilules

Pour être en forme le matin Hop ! Pilule du lendemain Pour le teint frais, la bonne mine Vive un plein bol de vitamines Pour me filer de l’appétit J’ai foi en l’homéopathie Pour me filer de la chance Plein d’espoir dans les neurosciences Et si j’ai du mal à dormir Un cacheton du Cachemire Et si j’ai du mal à sourire Direct : pilules qui font rire Jusqu’ici, certes, tout va bien La chimie est mon amie Mais ne plus ressentir rien Serait salvatrice accalmie

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Equation de Degré 7 à une Inconnue

. I . Perdu ma maison, mon amour Emportés dans un flot furieux De ce moment, ne reste plus un souvenir Sur mon banc, je sens un désir Il en va de sa nature d'être impérieux Une branche d'arbre où discourent trois vautours La vie sera houle à saisir Eviter les deleatur Semaine profane : savoir à acquérir Garder la tête froide ou n’en croire ses yeux ? Ironique éternel retour Nous sommes lundi – or, je suis toujours envieux . II . Tu es, cher outil de compte Instrument de mesure de

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Cadavres Exquis

[ texte interdit aux moins de 18 ans, mais non pornographique ; ou disons pas vraiment... ]     Poivre-sel, ongle et poil, pour les sauces à la poêle Salive et langue accompagnées de mangues Ou cervelle bouillie pour mettre en appétit Peau marinée, avec sueur citronnée Vos cuisines s'enlisent, la mienne vous stérilise Cuisine mystique, hérétique ou bien pratique Ma cuisine expérimente Les épices et la tourmente Pustules pleines de pus rendent u

Tequila Moor

Tequila Moor

 

EtranZ

Etrange Que jouir sans entraves soit le comble du masochisme Etrange Qu’une crémation ne soit pas un foyer de chaleur humaine Etrange Quelques unes, ou quelques uns Ayant trop de fantasmes, n’en essayent jamais aucun Etrange Comme deviens ce que tu es Soi : la meilleure façon de faire du surplace Etrange Que se suicider soit un paradoxe pour l’agonisant Etrange Qu’il ne faille jamais prendre légendes pour des contes Etrange Cette croyance sociale Qui voit

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Lettre Ouverte Aux Gens Fermés

Tout ce qui n’est pas volontaire est autorisé, tout ce qui est permis est superflu. Barbares danses nocturnes dans vos stations de métro, à ciel ouvert. Hommes politiques tournés en dérision dans vos jardins pour enfants. Guignol illégal. Bombes à eau jetées sauvagement – comment pourrait-il en être autrement ? Des corps conçus exprès pour vos décors de surveillance. Des artéfacts extra-terrestres laissés dans vos endroits publics. Caméras iniques... Pénétrons par infraction dans vos musées

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Le Factice

18-H-15 Le soleil a violé le ciel Les nuages ont leurs menstrues En partance, je bois seul En terrasse, au Dernier Bar Avant la Fin du Monde 21-H-30 Il y a une fille au regard inaccessible, entouré de khôl Ses habits ? Une espèce en voie d’extinction Elle est la dernière note d'un air continuant à me parler de vous Quand je découvre la danse du vide Les pieds à Paris-Plages 02-H-45 Bruit, fureur, explosion de cris Là où ce DJ passe, les corps ecstasyés trépassent

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Sale Retraite En La Salle Des Fêtes

Un bâtiment imposant, allongé, à l'écart des regards, aux égards reculé, loin des centres-villes, plus sûrement loin des villes ; la misère esseulée sur sa fin, cachée, pour ne point déranger notre modernité solitaire. Des gens sont arrivés ici en fin de course : le plus souvent en roue libre, certains calent avant le passage au point mort, d'autres épuisent leur réserve de carburant, jusqu'à la dernière ratée. En entrant, avant l'éventuel bonjour venu du guichet d'accueil, une sensation se rév

Tequila Moor

Tequila Moor

 

De l’Utilité du Silence

Matin désillusion L’aube comme un saccage Dégradation nocturne Ombré, ton beau visage Voudrait s’enfouir en mes bras S’enfuir loin de ce que sabra Ma bouche, d’ordinaire taciturne Au présent, tu l'entends Différemment Nuit de confusion L’heure, après la guerre des corps Où l’on ramasse les petites morts Dans ton monde intérieur Se sont fracassées mes phrases Ce fut – pour moi – anodin et rieur Quand, d’intime, tu devins courtoise Au passé, j’ai persisté Surpl

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Dédale

Dans un dédale de marbre blanc Assis ici, me souvenant Il y a combien d'années déjà ? À une fête foraine, te tenant enlacée Tu m’ensorcelais avec silence Manèges, barbe à papa Et douces lèvres salées Les miennes ne sentirent depuis goût plus intense Dans ce dédale de promesses d'enfants De nos espoirs ou jeux adolescents De ton silence chéri Emergeaient ces mots, à rebours « Ce fut un plaisir et un privilège » Et je n’y aurai rien compris Ni à l’époque, ni ces dern

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Lego-Trip

Quand je vous vois, mon inconnue, je vous voue ma foi, épicée et crue. D'autres ne perçoivent rien or moi, j'admire une déesse : Une simple femme, un regard, d'insolents seins, un sourire, une démarche, de sublimes fesses… Et même si tu n'es pas celle qui m'assujettira en vie, Ta féminité est une dentelle qui soudain attise mon envie. Tu incites au désir et aux jeux de l'amour. Je t'offre mon plaisir : je le perds dans tes atours. Je veux te faire resplendir, que brûle

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Ypérite

[ texte interdit aux moins de 18 ans, pouvant être qualifié d'érotisme voire de pornographie / non mais c'est une blague, en fait, vous pouvez repartir fantasmer ailleurs... ]   Comme un poison, comme une harpie Vaquant au fond de mon esprit : Tu es toujours en agonir Sur mes détours, sur mes désirs. J'ai senti ta marque trouer la surface Pour te repaître à ce repas. Dangereux monarque, jamais ne te lasse D'avaler l'atma, le sang-froid.

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Serre-Moi Fort

Les jolis mots, ce soir, m'abandonnent. En sangsues, d’autres sons m’arraisonnent : Taillés pour le pire, ils savent nuire, Ceux que le suicide aide à produire. Pour les conjurer, je t’évoque, enfant. Car tu es le sens, l’intuition, la foi, Un « parce que » : or je ne sais pourquoi – Arbre sans fruits – je ne sais que comment. Je nous souhaite, espérant ton arrivée, Ces belles choses dont j’ai profité ; Ces plats que je te préparerai Auront le goût du bonheur… J’en ju

Tequila Moor

Tequila Moor

 

Lignes

Temps incertains, personne ne veut le voir : Nous aurions perdu de la guerre, le but. Ne jamais trouver de voie – sans y croire, Sans tenir compte de ces si nombreux « chut ». Brouillard, Dans l’atmosphère du matin : Je te sens (rien ne m’est plus à dire) Collée à mes gerçures. Il est tard. Nous redécouvrons ce chemin D’avant, (plus ne m’est rien à vivre) Gênés aux entournures. Irons-nous, s’en décider de le suivre ? Mains dans la fange, doigts sur la gâche

Tequila Moor

Tequila Moor

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité