Aller au contenu

Page 1 sur 1


Note : * * * * * Carte d'identité biométrique : craintes de dérives

07 mars 2012 - 03:49 #1

3
Image IPB




Citation

Image IPB




Carte d'identité biométrique : craintes de dérives

Une loi propose une carte d'identité biométrique qui sera adossée à un fichier centralisé afin de lutter contre le phénomène d'usurpations d'identité qui touchent plusieurs milliers de personnes par an.





(afin de lutter contre le phénomène d'usurpations d'identité , ben voyons !) Image IPB


vidéo

http://www.bfmtv.com...-actu24327.html




Citation

Tous fichés à 15 ans : la loi votée dans l'indifférence générale
Modifié le 09-07-2011 à 13h42

127 réactions | 188087 lu

Image IPB Temps de lecture : 3 minutes
"Pour une identité mieux protégée et une vie simplifiée". Que recouvre l'expression que Claude Guéant associe à la loi sur la protection de l'identité ?


> Par Hélène Pagès Observatrice Edité par Hélène Decommer Auteur parrainé par Aude Baron

Toute la population française de plus de 15 ans sera fichée et biométrisée... Pour une identité mieux protégée et une vie simplifiée, a expliqué Claude Guéant : bienvenue chez Big Brother.



Image IPB
La préfecture de police de Paris (Sipa)




Jeudi a commencé et s'est terminée, à l'Assemblée nationale, la discussion de la proposition de loi relative à la protection de l'identité, visant à instaurer des cartes d'identité à puces. Elle a précédemment été adoptée par le Sénat en première lecture fin mai. Et par l'Assemblée Nationale jeudi. Tranquillement, et dans l'indifférence générale. 11 députés (ONZE) étaient présents. La protection de l'identité taraude le député.



De quoi s'agit-il ? Du fichage de toute la population française de plus de 15 ans. Le tout, présenté par notre ministre de l'Intérieur préféré. Prétexte : l'usurpation d'identité. Méthode : la carte d'identité biométrique, et la centralisation des données dans un grand fichier.



Pourquoi des cartes d'identité à puces ? Attention, c'est que l'heure est grave. Claude Guéant commence son discours avec des chiffres impressionnants : 200.000 victimes par an, plus que les cambriolages et les vols d'automobiles. Et 80.000 usurpations d'identité annuelles. Bon, on discute parfois des chiffres, admet Claude, mais une chose est sûre : ça coûte cher.



Et ça n'est pas tout (qu'on ne les accuse pas de ne penser qu'aux sous) : la fraude est en plus un traumatisme pour la victime (anecdote à l'appui).

Alors, 200.000 cas par an, et ça coûte cher, et les victimes sont traumatisées. Mais que fait le gouvernement ?



Eh bien justement, il biométrise la carte d'identité, bonnes gens.



Image IPB
Embarquement par contrôle biométrique à Roissy, 2011 (Sipa)




Claude Guéant a donc présenté la "puce régalienne" et la "puce de services dématérialisés" facultative, LA solution au drame de l'usurpation d'identité. Son discours à l'Assemblée fut prononcé en langue de bois administrative ordinaire, avant de virer au slogan publicitaire : "Deux composants", chanta-t-il aux 11 députés qui avaient fait le déplacement, "pour une identité mieux protégée et une vie simplifiée". Il manque une petite musique façon touloulou, comme à la RATP, et le petit logo façon Conseil Général.



Il y aura, selon le projet, deux puces dans les cartes d'identité numérique. Deux.



La première puce est dite "régalienne", et contiendra les informations suivantes : nom de famille et d'usage, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, domicile, taille et couleur des yeux, empreintes digitales (huit doigts) et photographie d'identité. Toutes ces informations seront fichées dans un banque de données centralisée. Comme celles du passeport.



Régalienne, ça sonne rassurant. "Il faudra donner les empreintes de huit de ses doigts par la technique des empreintes roulées et non pas posées. Elle est très différente de celle de l’empreinte posée car c’est une technique criminologique. Nous ne sommes plus alors dans une démarche de reconnaissance d’identité, mais dans la logique d’un fichier de recherches criminelles. Il y a eu un glissement. " (Serge Blisko)



Le caractère policier et totalitaire de cette mesure est naturellement accablant, puisque (il faut écouter les débats) une simple empreinte permettra de retrouver l'identité d'une personne.



Mieux, la possibilité de reconnaissance faciale des individus, en couplant les dispositifs de surveillance vidéo et les infos des données biométriques, se profile à l'horizon.



Image IPB
Caméras de vidéosurveillance à Saint Nazaire




Pour la députée SRC Delphine Batho, c'est clair : "Le véritable objectif de ce texte, c'est le fichage biométrique de la totalité de la population à des fins de lutte contre la délinquance". Sandrine Mazetier (députée SRC) partage son point de vue. "Ce texte a clairement un objectif policier. (...) Il semble totalement disproportionné de mettre en place un fichage généralisé de la population française pour lutter contre 15.000 faits d'usurpation d'identité constatés par la police."



Mais ça n'est pas tout : dans cette carte d'identité officielle, il y aura aussi une puce "de services", optionnelle, rendant possible l'enregistrement "de données permettant à son titulaire de s'identifier sur les réseaux de communication électroniques et de mettre en œuvre sa signature électronique".



Qu'est-ce qu'un dispositif permettant d'effectuer des achats vient faire sur une carte d'identité ? Comment le ministère de l'Intérieur peut-il prêter la main à des dispositifs commerciaux ? Le procédé, au delà de ses applications policières, fait frémir : les citoyens deviennent avant tout des consommateurs, et le Ministère de l'Intérieur se reconnaît une fonction de garantie des transactions commerciales.



La cœxistence, dans une seule pièce d'identité, de dispositifs de fichage de la population et de sécurisation des moyens de paiements, ouvre la porte sur un avenir terrifiant : une société totalitaire de consommateurs, fichés, fliqués, recensés, surveillés.



Et c’est ce dispositif qui a été voté jeudi, par 11 députés présents, en catimini, dans l’indifférence générale. "Pour une identité mieux protégée et une vie simplifiée".


http://leplus.nouvel...e-generale.html


Fichage biométrique généralisé. Serge Blisko dénonce les dérives possibles.


Ce message a été modifié par eklipse - 07 mars 2012 - 04:19.

L'utilisateur est hors-ligne eklipse
Dazzling blue² , 43 ans


À l'Instant

07 mars 2012 - 04:08 #2

0

Citation

Fichez les tous !

Le 1 février 2012 Jean Marc Manach
Ce mercredi, dans une relative discrétion, l'Assemblée nationale a adopté un texte permettant de ficher la quasi totalité de la population française. Dénommé "Fichier des gens honnêtes", il contiendra les données privées de 60 millions de personnes. Un tel fichier a déjà existé dans l'histoire. En 1940. Il a été détruit à la Libération en raison des risques majeurs qu'il représentait pour les libertés publiques.


suite

http://owni.fr/2012/...ichez-les-tous/

L'utilisateur est hors-ligne eklipse
Dazzling blue² , 43 ans


07 mars 2012 - 06:29 #3

2
Bientôt ça sera : puçe RFID sous-cutanée pour tous!!


Ouéééééé!

L'utilisateur est hors-ligne oh-dae-soo
Forumeur accro, 102 ans


07 mars 2012 - 09:56 #4

1
c'est le futur disons le,le soucis est que nous sommes diriger par des esprits faible très machiavélique et qui mettent en place des stratégies tordu afin d'accroitre leurs pouvoir ,c'est comme le gouvernement mondial unique qui est dans le fond une riche idée mais qui demande des chefs pour ce faire fort d'esprit et qui travaille pour la paix de tous ,le respect et l'égalité .. malheureusement,comme je l'ai dit,c'est pas le cas,donc à combattre.

L'utilisateur est hors-ligne chimeria   XBannisX
Forumeur alchimiste, 30 ans


08 mars 2012 - 19:43 #5

0
Juste pour information,

auteur du topic, as tu un compte Facebook ? ;)

L'utilisateur est hors-ligne Zecht
Forumeur inspiré, 27 ans


08 mars 2012 - 23:21 #6

0
je suis pour la reconnaissance faciale via les caméra, sur des personnes recherché, ou sur une enquête en cours, ou les personnes disparus

par contre le reste non merci !

L'utilisateur est hors-ligne juuken
Forumeur alchimiste


09 mars 2012 - 02:34 #7

0

Voir le messageeklipse, le 07 mars 2012 - 03:49, dit :

Il y aura, selon le projet, deux puces dans les cartes d'identité numérique. Deux.

La première puce est dite "régalienne", et contiendra les informations suivantes : nom de famille et d'usage, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, domicile, taille et couleur des yeux, empreintes digitales (huit doigts) et photographie d'identité. Toutes ces informations seront fichées dans un banque de données centralisée. Comme celles du passeport.

Régalienne, ça sonne rassurant. "Il faudra donner les empreintes de huit de ses doigts par la technique des empreintes roulées et non pas posées. Elle est très différente de celle de l’empreinte posée car c’est une technique criminologique. Nous ne sommes plus alors dans une démarche de reconnaissance d’identité, mais dans la logique d’un fichier de recherches criminelles. Il y a eu un glissement. " (Serge Blisko)



Pour la criminologie il faudrait en plus : emploi / poste occupé, parcours scolaire (niveau et diplome), religion, race, statut civile et pénal, couleur des cheveux, ADN, signes particuliers (tatouage, percing), pays visités, sujet à association ou organisation... Donc on est loin du compte pour la criminologie.

Ce message a été modifié par ivo marin - 09 mars 2012 - 02:36.

L'utilisateur est hors-ligne ivo marin   XBannisX
RAMBO, 37 ans


09 mars 2012 - 05:03 #8

0
Le permis de conduire suffit comme pièce d'identité. La carte d'identité n'est pas obligatoire. Refusez cette nouvelle carte; c'est un danger pour la Démocratie.

L'utilisateur est hors-ligne pila
Forumeur alchimiste, 55 ans


09 mars 2012 - 09:10 #9

0
Pour et contre.
- réduira pour un temps les fausses cartes d'identités.

L'utilisateur est en ligne Yoannbzh
Forumeur alchimiste, 33 ans


09 mars 2012 - 09:57 #10

0
Bonjour,

il y a un type, qui a été condamné car il avait démontré qu'on pouvait fabriquer une fausse carte de paiement.
Il a juste mis en avant les failles du système.
Je ne donne pas 5 ans avant de voir circuler de fausses "nouvelles CNI". :sleep:

Sinon, à part la couleur des yeux, et 7 empreintes digitales, les données de la puce "régalienne" sont les mêmes que sur les CNI actuelles.

L'utilisateur est hors-ligne nonobonobo
X-Banni-X, 34 ans


09 mars 2012 - 10:06 #11

0
Euh "ficher", "ficher" j'veux bien mais là il s'agit de centralisé les infos qu'on déjà les différent organisme de l'état. Image IPB omis les empreinte digital qui sont fait de toute façon si vous faite un passeport.

Ces carte biométrique renverrait-elle à un fichier accolé à notre possible casier judiciaire et autre observation et contrôle de police ?
( Ce qui se fait déjà. )

ex_Arsenic504*


09 mars 2012 - 10:18 #12

0

Voir le messageoh-dae-soo, le 07 mars 2012 - 06:29, dit :

Bientôt ça sera : puçe RFID sous-cutanée pour tous!!


Ouéééééé!


ba tu déconne mais tu imagine pas a quelle point sa pourait nous aidé par exemple pour leskidnapping d'enfant les enlèvement les accidents ou les gens n'ont pas de papier d'identité

et apret le temps qu'on gagnerait pour passer les frontières

personnellement si sa pouvait juste aider a retrouver tout les gamins enlevé chaque année je suis pret a renoncé a une partie de ma liberté

L'utilisateur est hors-ligne nissard
Forumeur alchimiste, 28 ans


09 mars 2012 - 10:21 #13

0
Tu vis dans le monde des Bisounours, Nissard ? Cela veut juste dire que les kidnappeurs charcuteraient les gamins pour enlever la puce...

Une carte d'identité biométrique, pourquoi pas. Me faire greffer quoi que ce soit sur moi, non.

L'utilisateur est hors-ligne Feuille
Tête en l'air, 31 ans


09 mars 2012 - 11:17 #14

0
1984 est à l’œuvre.

L'utilisateur est hors-ligne Noisettes   Membre+
Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre, 32 ans


09 mars 2012 - 16:39 #15

-1
Tu tombe dans le piège nissard!

C'est comme les radars automatiques ou mobiles.
Au départ c'est pour la sécurité routière , pour qu'il y ai moins d'accident mortels.

Qui peut être contre ça??

Sauf que dans la réalité ça se passe autrement:


Je vois plus souvent les flics avec leur radar à des endroits pas très dangeureux (genre ligne droite avant un rond point), ou des endroits stratégiques ( limitations à 90 puis hop 50).


Et puis quand un flic vous met un P.V faut avouer qu'il ne vous fait pas souvent la morale.

De toute façon maintenant ils arrètent pratiquement plus, le P.V arrive direct dans la boite aux lettres.

L'utilisateur est hors-ligne oh-dae-soo
Forumeur accro, 102 ans


09 mars 2012 - 17:15 #16

0

Voir le messageZecht, le 08 mars 2012 - 19:43, dit :

Juste pour information,

auteur du topic, as tu un compte Facebook ? ;)


Non ...:sleep:

L'utilisateur est hors-ligne eklipse
Dazzling blue² , 43 ans


09 mars 2012 - 17:29 #17

0
Un petit exemple de dérives patronales et policières !

Ikea Brest: la mécanique de l'espionnage


04 MARS 2012 | PAR FABRICE ARFI ET MICHAËL HAJDENBERG ET MATHILDE MATHIEU

Citation


Le 26 mars 2008, à Brest, Ikea a ouvert les portes de son vingt-deuxième magasin en France, dans l’euphorie. « Ikea met Brest en transe », titrait Ouest France.

Mais derrière l’enseigne reluisante se dissimulaient en réalité des pratiques scandaleuses. De septembre 2007 à septembre 2008, au fur et à mesure que le magasin embauchait, une officine privée a été chargée par le siège de fouiller les antécédents des personnes recrutées, pour repérer les sujets “à risques”.

D’après des mails inédits que Mediapart s’est procurés, 190 noms au moins (pour un magasin d’environ 250 employés) ont ainsi été transmis par le responsable Sécurité d’Ikea France, Jean-François Paris, au détective Jean-Pierre Fourès. La mission de cet enquêteur privé : « dire ce qu’il en retourne », faire une « étude », « dire si OK ». :mef:

Les termes sont elliptiques, mais Jean-Pierre Fourès était vraisemblablement chargé de se procurer des données confidentielles issues du fichier policier « Stic », en théorie réservé aux officiers de police judiciaire, ainsi que Mediapart et Le Canard enchaîné l'ont déjà rapporté. La plupart des salariés brestois, pourtant, avaient déjà transmis un extrait de casier judiciaire lors de leur embauche. Mais Ikea voulait creuser au-delà.

Au moins une fois, cette vaste entreprise d’espionnage a porté ses “fruits” : le 27 décembre, Jean-François Paris avertit à la fois le directeur de Brest et la responsable locale des ressources humaines que l’une de leurs recrues, au département « Vente », pose problème. Elle « est connue pour usage de stupéfiants en 2006 à Quimper, écrit le responsable Sécurité d’Ikea France à John Menage et Nathalie Gosselin. Donc "?" ».

Sous-entendu : faut-il la garder ? « A votre disposition pour en parler », conclut Jean-François Paris.




Sollicités par l'intermédiaire du siège d'Ikea France, ni le directeur de Brest ni sa subordonnée n’ont souhaité répondre à nos questions. Quant à l'employé de « la ligne 33 », retrouvé par Mediapart, il affirme n'avoir jamais fumé le moindre joint à Quimper.

L'exemple brestois répond ainsi à deux questions clés posées depuis l’éclatement de “l’affaire Ikea” : non, le “flicage” ne s'est pas limité à quelques cas de salariés sensibles, type militants syndicaux, agents de caisse ou de sécurité. Et non, Jean-François Paris n'a pas agi en solitaire : ici, les numéros 1 et 2 du magasin ont bénéficié de ses “trouvailles”, et n'ont pu ignorer ses pratiques.

En tout, parmi la masse de courriels adressés par le responsable Sécurité d’Ikea France à des officines privées entre 2003 et 2009, Mediapart en a trouvé huit ayant le magasin de « Brest » pour objet. C'est le 10 septembre 2007 que Jean-François Paris sollicite pour la première fois son informateur sur un cas brestois, à six mois de l’ouverture du nouveau magasin : il s’agit d’enquêter sur Nicolas A., bientôt en poste au service « Ressources humaines ». « Merci de me dire », est-il demandé à « Monsieur Fourès ». (quelles honteuses, délictuelles méthodes !):mef:


Onze jours plus tard, rebelote : « L’urgence concerne Christophe L. », qui sera embauché comme responsable du département « Caisse, services et relations clients ». La direction boucle alors le recrutement d’un noyau de cadres, avant de passer aux échelons inférieurs. Une fournée de dix noms suit le 22 octobre : « Pouvez-vous me dire ce qu’il en retourne ». Deux nouveaux cas partent le 5 novembre.


Parmi les mails en possession de Mediapart, aucune réponse de Jean-Pierre Fourès. Comme s'il s’interdisait de communiquer ses verdicts par internet. Il faut dire qu’en 2003 déjà, quand Jean-François Paris avait conclu un marché avec Sûreté international (une autre officine privée) pour des « consultations équivalentes à celles du Stic » (à « 80 euros » l’unité), il avait arrêté un modus operandi particulièrement strict, pour couvrir ses arrières : « Je souhaite vous envoyer (les) coordonnées des personnes à auditer par mail et souhaite un retour écrit à mon domicile. » Sans doute Jean-Pierre Fourès, cinq ans plus tard, suit-il les mêmes consignes.


En décembre 2007, en tout cas, Jean-François Paris fait de nouveau appel au détective Fourès pour un énorme listing brestois de 61 noms :


suite
http://www.mediapart...-de-lespionnage

bonjour le retour de la Gestapo !



...

Ce message a été modifié par eklipse - 09 mars 2012 - 17:39.

L'utilisateur est hors-ligne eklipse
Dazzling blue² , 43 ans



Page 1 sur 1