Aller au contenu

  • (21 Pages)
  • « Première
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • Dernière »


Note : * * * * - Supprimer les allocations pour les absents à l'école Le point de vue du ministre

24 janvier 2011 - 20:34 #91

0
Suspendre les allocations familiales pour que les parents prennent conscience que leur enfant s'est absenté plus de 4 demi-journées en un mois sans justificatif (ni certificat médical ni raison grave invoqué par les parents : décès d'un proche, voiture en panne,...) me semble justifier...

C'est ce que le projet de loi dit en résumé...

Naturel, pour moi, que les parents veillent à ce que leurs enfants assistent aux cours...
La majorité des parents le font...
Pour les peu nombreux qui ne le font pas volontairement, il faut les pousser à le faire de gré (entretien avec un travailleur social pour les inciter) ou de force (suppression des allocations)...
Pour le bien de l'enfant...

Il fût un temps où les paysans préféraient que les enfants restent à la ferme pour aider aux travaux des champs...
Ou les enfants partaient faire ramoneurs pour la survie de la famille...

Il fût un temps où une mère élevant seule son enfant l'enlever de l'école après le certificat d'étude pour qu'elle ramène un petit salaire de plus à la maison : c'est le cas de ma mère...
Elle s'est battue pour nous payer des études et parfois elle s'est battue contre notre mauvaise volonté... Nous faisions parfois l'école buissonnière disons qu'on tankait les cours pour le plaisir de jouer avec les copains ou plus tard pour boire un café en terrasse et refaire le monde...
Comme elle se préoccupait que nous ayons l'accès à la culture et qu'elle espèrait une vie meilleure que la sienne, elle suivait de près nos études...

Je la remercie d'avoir été malgré la vie dure qu'elle avait mené, malgré toutes les tâches qui étaient les siennes au quotidien sans machine à laver, sans tout ce qui fait le confort moderne d'avoir aussi bien veillée sur nous... Ses enfants qui parfois lui tenaient tête... Jamais elle ne nous a abandonné à nous même... Par amour...

J'ai pris conscience en faisant des études de travailleur social de la chance que j'avais eu... Parce que j'ai vu ce que certains parents n'étaient pas capables de faire pour leurs enfants... Parce que j'ai vu parfois la maltraitance morale ou physique...

Pour mes parents, la pauvreté et la lassitude de leurs journées si longues n'a jamais été une excuse pour lâcher prise... Pour nous lâcher dans la nature livrés à nous mêmes...
Une chance pour nous...
Après, nous avons fait chacun nos choix mais nous avions les bases... A nous de les utiliser ou pas... A nous de continuer des études après le bac ou pas... A nous de choisir le métier qui nous plaisait...

Pour avoir le choix, il faut avoir les bases qui passent par l'école...
Et un enfant a le plus souvent peu envie de travailler à l'école... Ou d'y aller...

Alors oui, je suis pour que la société aide les parents qui ne peuvent bien accomplir leurs rôles de parents et pour les réfractaires et en dernier recours, je suis pour la suppression des allocations familiales quand l'enfant s'absente au moins quatre demi journée par mois sans justificatif médical ou sans justificatif valable des parents (décès dans la famille, panne de voiture, grève des transports)...

Ces parents dépassés par leurs rôles de parents doivent être aidés par des personnes (psy, assistantes sociales, éducateurs, bénévoles,...) afin de reprendre leurs places au sein de la famille...
L'enfant aussi...

Certains à 14 ans décident de leurs vies et gérent la vie en famille..
Il faut faire de la prévention, ne jamais laisser dériver aussi loin "nos" enfants et leurs parents...

Ce message a été modifié par mimisoleil - 24 janvier 2011 - 20:41.

L'utilisateur est hors-ligne mimisoleil
Vivre l'instant... , 50 ans


À l'Instant

24 janvier 2011 - 21:06 #92

0
Le lien vers le texte de la loi.
La loi est très mesurée : les allocations familiales sont rétablies de manières rétroactives si l'élèves est présent pendant un mois (hors motif légitime).

Pour ceux qui en doutaient, la loi parle bien d'absence injustifiées et pas d'absences.
L'article 131-8 du Code de l'éducation (disponible sur le site Légifrance) précise ce qu'est un "motif légitime" : Les seuls motifs réputés légitimes sont les suivants : maladie de l'enfant, maladie transmissible ou contagieuse d'un membre de la famille, réunion solennelle de famille, empêchement résultant de la difficulté accidentelle des communications, absence temporaire des personnes responsables lorsque les enfants les suivent. Les autres motifs sont appréciés par l'inspecteur d'académie. Celui-ci peut consulter les assistantes sociales agréées par lui, et les charger de conduire une enquête, en ce qui concerne les enfants en cause.

C'est assez large quand même.

L'utilisateur est hors-ligne Hamourabi
Forumeur alchimiste, 34 ans


24 janvier 2011 - 21:12 #93

0
L'école n'est obligatoire que jusqu'à 16 ans...
Ceci dit, les allocations familiales sont versées jusqu'à la majorité de l'enfant (voire plus sous condition de certificat de scolarité). :p

Je pense que cette loi est valable pour les enfants jusqu'au collège, après, les parents n'ont pas toujours la possibilité de vérifier si l'enfant est bien en cours. :p

Si l'on veut appliquer ça, ce n'est pas au bout de 4 demi journée, mais à la première heure d'absence qu'il faut prévenir les parents (si, si en début d'année, on donne tous notre numéro de mobile à l'équipe enseignante) :D

Cependant, l'éducation nationale est en manque d'effectifs, et l'on supprime encore des postes :cray:

Et puis pour la famille de 3 enfants, on fait comment ? :p
Car pour un enfant, pas d'allocations familiales, pour 2 enfants, environ 125 euros, pour 3 enfants, environ 287 euros...
(on applique le tarif CAF, à savoir que si c'est l'aîné qui sèche, on enlève rien, car quand il était le seul enfant, la caf n'a jamais rien versé pour lui?) :o

ex_zazou*


24 janvier 2011 - 21:20 #94

0
Je vais encore me faire des amis, mais j'aimerais poser quelques questions ?

Sommes-nous des animaux ?
Sommes-nous doté de facultés de jugement et d'anticipation ?
Existe-t-il des contraceptifs remboursés ? Un planning familial ? Un IVG remboursé ?
Est-il si difficile de faire des enfants en fonction des capacités que l'on a de les assumer ?

Une maladie, un accident de la route, le chômage, sont des accidents de la vie. Une protection sociale solidaire me semble justifiée. Mais la venue d'un enfant n'est plus un 'accident'. Quelles justifications ?

Merci d'éviter les laïus sur les retraites et autres bouffonneries démographiques pour spectateur de TF1

L'utilisateur est hors-ligne babrius
Forumeur activiste, 43 ans


24 janvier 2011 - 21:26 #95

0

Voir le messageHamourabi, le lundi 24 janvier 2011 à 21h06, dit :

Le lien vers le texte de la loi.
La loi est très mesurée : les allocations familiales sont rétablies de manières rétroactives si l'élèves est présent pendant un mois (hors motif légitime).

Pour ceux qui en doutaient, la loi parle bien d'absence injustifiées et pas d'absences.
L'article 131-8 du Code de l'éducation (disponible sur le site Légifrance) précise ce qu'est un "motif légitime" : Les seuls motifs réputés légitimes sont les suivants : maladie de l'enfant, maladie transmissible ou contagieuse d'un membre de la famille, réunion solennelle de famille, empêchement résultant de la difficulté accidentelle des communications, absence temporaire des personnes responsables lorsque les enfants les suivent. Les autres motifs sont appréciés par l'inspecteur d'académie. Celui-ci peut consulter les assistantes sociales agréées par lui, et les charger de conduire une enquête, en ce qui concerne les enfants en cause.

C'est assez large quand même.


Merci pour ses infos

ex_laeticiasonia*


24 janvier 2011 - 21:33 #96

0

Voir le messagebabrius, le lundi 24 janvier 2011 à 21h20, dit :

Une maladie, un accident de la route, le chômage, sont des accidents de la vie. Une protection sociale solidaire me semble justifiée. Mais la venue d'un enfant n'est plus un 'accident'. Quelles justifications ?



Peut être que le désir, la volonté et tout simplement l'amour sont des justifications à la venue d'un enfant? :p
Ensuite on peut très avoir des enfants en étant dans une situation familiale stable (2 parents qui vivent ensemble et qui ont des revenus) mais que cela change, c'est tout aussi simple, perte d'emploi, séparation puis galère... :cray:

(Quand j'entends certains patrons me répondre : "ah bah oui, mais non, vous êtes seule avec 2 enfants, on ne préfère pas vous prendre, vous avez trop de risques d'absences" ben ça me fait doucement rire...) :p

Car lorsque l'on se retrouve en galère, on se voit refuser des postes à cause des enfants, mais quand on trouve un emploi (on est pas toujours derrière les gosses quand on travaille) ben là, on tape encore sur ces "fainéants" qui ne "savent pas élever leurs enfants"... :o

ex_zazou*


24 janvier 2011 - 21:34 #97

0

zazou dit :

Ben désolée, mais chez moi on a des "repas de famille", genre les 70 ans de mes oncles, le départ en retraite de ma maman, les 35 ans de mon frère,... sauf que mes oncles habitent à 400 km, ma mère à 120 km, et mon frère à 600 km, donc spa pour embêter qui que ce soit, mais ce sont des évènements familiaux assez importants, sans pour autant recourir à un certificat médical... Image IPB
Après si vraiment faut un décès pour que je justifie une journée d'absence de mes gosses à l'école, ben on va se taper l'arbre généalogique, hein Image IPB

Tu sauras que pour exiger une telle pièce justificative (certificat de décès, naissance, mariage) il faut une raison valable.... (genre l'employeur qui octroie 2 jours de congés supplémentaires, la mutuelle qui verse une prime, les organismes d'état (caf, sécu, anpe),...)
ce qui n'est pas le cas d'un instit qui peut être prévenu de l'absence d'un élève pour "raisons familiales"...

...

Si j'estime que le mariage de mon frère, (à 500 km de chez moi) est un évènement familial suffisamment important pour que mes enfants manquent l'école le vendredi et le lundi, j'en informe les enseignants... normal Image IPB
Qu'on ne vienne pas me retirer mes allocations familiales pour autant, car là, c'est une atteinte à la vie privée, et au droit constitutionnel....



Des évènement suffisamment important pour rater l'école ? C'est une blague ?

Et il y en a pour aller dans ce sens ? Mais c'est vraiment devenu du grand n'importe quoi les pratiques parentales...
Et la sortie du dernier Harry Potter ?
L'anniversaire de la cousine de tante Berthe ?
L'achat d'une nouvelle paire de boots avec mamie suzette... A Londres ?

On nage vraiment en plein délire... Avec invocation de la vie privée et du droit constitutionnel :cray: Je rêve, dites-moi que je rêve, non, je cauchemarde... :o

L'utilisateur est hors-ligne babrius
Forumeur activiste, 43 ans


24 janvier 2011 - 21:52 #98

0

Voir le messagezazou, le lundi 24 janvier 2011 à 22h33, dit :

Peut être que le désir, la volonté et tout simplement l'amour sont des justifications à la venue d'un enfant? :p
Ensuite on peut très avoir des enfants en étant dans une situation familiale stable (2 parents qui vivent ensemble et qui ont des revenus) mais que cela change, c'est tout aussi simple, perte d'emploi, séparation puis galère... :cray:

(Quand j'entends certains patrons me répondre : "ah bah oui, mais non, vous êtes seule avec 2 enfants, on ne préfère pas vous prendre, vous avez trop de risques d'absences" ben ça me fait doucement rire...) :p

Car lorsque l'on se retrouve en galère, on se voit refuser des postes à cause des enfants, mais quand on trouve un emploi (on est pas toujours derrière les gosses quand on travaille) ben là, on tape encore sur ces "fainéants" qui ne "savent pas élever leurs enfants"... :o



On ne fait pas des enfants avec n'importe qui... Ou alors on l'assume. C'est là ma perception de la faculté de juger d'un être humain sur ce terrain.

S'il s'agit d'un décès, on revient à la protection sociale de l'accident, mais si c'est une séparation, c'est de la convenance personnelle imputée à la société toute entière, je ne suis pas pour la portection sociale de l'insouciance, des changements d'humeur qui ont pour conséquence la mise en danger d'une vie humaine qui n'a pas demandé à venir...

Citation

l'amour


Je l'attendais celle-là... La grosse bonne excuse qui fait pleurer dans les chaumières et justifie tout.

Non, ce n'est pas de l'amour, c'est de l'égoïsme. On fait un enfant pour soi, pour son plaisir personnel, que ce soit pour donner ou recevoir de l'amour, pour s'occuper, pour se donner un statut, une position sociale, un état, un entourage etc...
Je ne qualifie pas cela d'humain. Et je ne suis pas pour la prise en charge par la collectivité de ces passéismes comportementaux. Tout comme je suis contre le financement de l'église par l'état, ou l'aide aux entreprises privées sans contreparties salariales ou d'emplois, par exemple.

Il faut une limite à la solidarité : la logique mutualiste de l'accident, mais certainement pas celle de l'assurance des risques privés librement choisis et même revendiqués !

On veut des enfants, on y réfléchi. Chacun sait qu'il peut y avoir fin du couple, mésentente, etc.. Ce sont des possibilités facilement envisageable et hautement probable. On peut s'y préparer, prévoir. Si on s'y engage, on assume, on s'organise.

Prendre les célibataires en otage et comme vache à lait vous semble normal ?

L'utilisateur est hors-ligne babrius
Forumeur activiste, 43 ans


24 janvier 2011 - 21:54 #99

0

Voir le messagezazou, le lundi 24 janvier 2011 à 21h12, dit :

L'école n'est obligatoire que jusqu'à 16 ans...
Ceci dit, les allocations familiales sont versées jusqu'à la majorité de l'enfant (voire plus sous condition de certificat de scolarité). :o

Je pense que cette loi est valable pour les enfants jusqu'au collège, après, les parents n'ont pas toujours la possibilité de vérifier si l'enfant est bien en cours. :cray:

Non, la loi parle de "l'enfant mineur", pas de "l'enfant de moins de 16 ans".

L'utilisateur est hors-ligne Hamourabi
Forumeur alchimiste, 34 ans


24 janvier 2011 - 22:14 #100

0

Voir le messagebabrius, le lundi 24 janvier 2011 à 21h34, dit :

Des évènement suffisamment important pour rater l'école ? C'est une blague ?

Et il y en a pour aller dans ce sens ? Mais c'est vraiment devenu du grand n'importe quoi les pratiques parentales...
Et la sortie du dernier Harry Potter ?
L'anniversaire de la cousine de tante Berthe ?
L'achat d'une nouvelle paire de boots avec mamie suzette... A Londres ?

On nage vraiment en plein délire... Avec invocation de la vie privée et du droit constitutionnel :p Je rêve, dites-moi que je rêve, non, je cauchemarde... :D

Un mariage, un décès, un évènement religieux (baptême, communion, circoncision, barmitzva,...) sont des choses de la sphère privée qui impactent directement la vie sociale dès lors qu'on doit poser un congé à son employeur pour participer à l'évènement. :p
Prenons un exemple, j'ai tout plein de famille, tout le monde m'adore, donc on me demande d'être marraine, témoin de mariage, et manque de bol, 10 personnes de ma famille décèdent la même année....
Tous les gens précédemment cités habitant loin de chez moi, j'estime nécessaire de poser mes 25 (ou 30, selon les conventions) jours de congés payés. J'en le droit. :D
Dans quelle mesure peut on m'empêcher de prendre mes enfants avec moi? :D
L'Education Nationale n'a pas le droit de demander un certificat de décès dans la mesure où elle ne m'accorde rien de plus qu'habituellement.
Mon employeur, lui, le peut, car si c'est un ascendant, descendant ou collatéral, la LOI me permet d'avoir des jours de congés supplémentaires. :lol:

Voir le messagebabrius, le lundi 24 janvier 2011 à 21h52, dit :

On ne fait pas des enfants avec n'importe qui... Ou alors on l'assume. C'est là ma perception de la faculté de juger d'un être humain sur ce terrain.

S'il s'agit d'un décès, on revient à la protection sociale de l'accident, mais si c'est une séparation, c'est de la convenance personnelle imputée à la société toute entière, je ne suis pas pour la portection sociale de l'insouciance, des changements d'humeur qui ont pour conséquence la mise en danger d'une vie humaine qui n'a pas demandé à venir...
Convenance personnelle qui a peut être aussi un rapport avec la protection de l'être humain, nan? Je ne penses pas que les couples divorcent car ils n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la couleur des chaussettes de Monsieur, ni même le maquillage de Madame. :lol:


Je l'attendais celle-là... La grosse bonne excuse qui fait pleurer dans les chaumières et justifie tout.

Non, ce n'est pas de l'amour, c'est de l'égoïsme. On fait un enfant pour soi, pour son plaisir personnel, que ce soit pour donner ou recevoir de l'amour, pour s'occuper, pour se donner un statut, une position sociale, un état, un entourage etc...
Je ne qualifie pas cela d'humain. Et je ne suis pas pour la prise en charge par la collectivité de ces passéismes comportementaux. Tout comme je suis contre le financement de l'église par l'état, ou l'aide aux entreprises privées sans contreparties salariales ou d'emplois, par exemple.
En effet, il n'est pas humain de vouloir se reproduire, c'est purement animal :yahoo:
Ton opposition aux autres choses est juste hors sujet :yahoo:

Il faut une limite à la solidarité : la logique mutualiste de l'accident, mais certainement pas celle de l'assurance des risques privés librement choisis et même revendiqués !

On veut des enfants, on y réfléchi. Chacun sait qu'il peut y avoir fin du couple, mésentente, etc.. Ce sont des possibilités facilement envisageable et hautement probable. On peut s'y préparer, prévoir. Si on s'y engage, on assume, on s'organise.
Donc, il ne faut pas se marier (risque de divorce), ne pas avoir d'enfant (risque de ne plus pouvoir subvenir à ses besoins), ne pas discuter avec son voisin (risque d'engueulade), ne pas travailler (risque d'accident du travail, ou de maladie professionnelle), ne pas sortir de chez soi (risque d'accident de la voie publique),...
c'est juste :p :p :D :plus: :plus: :plus: :plus: :plus: :plus: :cray: :lol:

Prendre les célibataires en otage et comme vache à lait vous semble normal ?
Non justement, et les familles qui ont le plus de difficultés à gérer leurs enfants sont bien les familles monoparentales. Mais le célibat n'est pas toujours un choix à ce moment là :p


Voir le messageHamourabi, le lundi 24 janvier 2011 à 21h54, dit :

Non, la loi parle de "l'enfant mineur", pas de "l'enfant de moins de 16 ans".



Ben c'est bon alors :yahoo:
Dans la mesure où la scolarisation n'est plus obligatoire au delà de 16 ans, les gosses entre 16 et 18 peuvent sécher leurs cours sans inquiéter les parents :yahoo:

La proposition de loi n'est pas compatible avec ce qui est actuellement en place (sont trop forts nos représentants) :cray: :o :p

ex_zazou*



  • (21 Pages)
  • « Première
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • Dernière »