Aller au contenu

Page 1 sur 1


Note : - - - - - quel etait l'ordinaire en 1900 ? histoire a quoi avions nous droit en 1900 niveau de vie ?

17 avril 2010 - 10:54 #1

0
J'ai pas trouvé la secction histoire avoir voila ?

comment vivait on en 1900, avez vous des témoignages que savez vous de la vie en 1900

c'est pour comparer les niveaux de vie, materiel
et culturel.

Moi a ce que j'ai compris, la grande majorité vivait à la campagne, donc etait cultivateur,
par conséquent ils vivaient de leur récolte

culture : travail des champs
outils

que mangeaient -ils
y avaient -ils des boutiques (et quels boutiques )
fallait il etre très riche pour bien vivre etc...
la medecine l'eau, l'electricité ???

L'utilisateur est hors-ligne aline line
Forumeur alchimiste, 49 ans


À l'Instant

17 avril 2010 - 11:31 #2

0
quel grain, quel farine, quel bois pour faire le feu, quel legumes, d'ou venaient -ils
toilettes (wc) ?
salle de bain ?

nouriture : fromage vache lait legume farine pain huile .

loisirs : course de chevaux, petanque broderie

docteur : medecine en 1900

culture : ecole ? lire et ecrire : livres ? cout productions de quoi ?
distribution de l'information ?

toutes ces informations pouraient nous donner des précisions sur la vie en 1900, c'est à dire sur comment on vivait il y a, a peine 100 ans en france.

donc avoir des précisions sur la culture, scientifique , philosophique etc...
Donc à ce titre ça rentre dans le sujet philo : combien de philosophes en 1900 ?
sujet qui aurait beaucoup plus a Voltaire !

L'utilisateur est hors-ligne aline line
Forumeur alchimiste, 49 ans


17 avril 2010 - 12:18 #3

0

Voir le messagealine line, le samedi 17 avril 2010 à 11h54, dit :

J'ai pas trouvé la secction histoire avoir voila ?

comment vivait on en 1900, avez vous des témoignages que savez vous de la vie en 1900

y avaient -ils des boutiques (et quels boutiques ) Non, je ne crois pas, ou pas bcp en tout cas..
fallait il etre très riche pour bien vivre etc...
la medecine l'eau, l'electricité ???



Je vais demander à ma moman qui est née en 1914, elle s'en rappellera petre !

Il n'y avait aucun confort, ni frigo (cave), ni lave-linge (ma grand-mère au bord du canal à laver son linge, et mon grand père lui cassait la glace quand il y en avait)... Elle est DCD à 91 ans et avait les doigts tout déformés, y a pas à se demander pkoi !

Juste un poste de radio qu'ils avaient pdt la guerre de 1945.
Rien à vendre, donc rien à acheter, pas de crédit... pas de stress, ils étaient plus heureux dans un sens que nous !
Mon grand-père travaillait au PLM (SNCF).

Les femmes avaient de belles toilettes pour les occasions particulières, (paques), la couturière les faisait sur mesure ! enfin c'était une autre vie !

Enfin voilà un début ! Dès que j'aurai la suite, je la poste !
Bon w.end

L'utilisateur est hors-ligne Framboise69
Forumeur alchimiste, 62 ans


17 avril 2010 - 12:38 #4

0
en 1900 cetais le debut de telephone, de l electriciter , de la voiture , de la radios , des images animes ( television )
en ville les gengs vivait de petit boulot qu offrait le batiment
et as las campagne de l elevage d animaux et de la culture

en 1900 as paris il y aurat le cubisme , et ces aussi le debut de l industrie de masse

http://www.google.fr/search?q=paris+1900&a...;hl=fr&aq=f

Ce message a été modifié par sebastize - 17 avril 2010 - 12:44.

L'utilisateur est hors-ligne sebastize
Forumeur forcené, 33 ans


17 avril 2010 - 12:40 #5

0
Image IPB
L'école


Les écoles n'étaient pas mixtes. Il y avait une école séparée pour les filles et une pour les garçons.

Les garçons avaient un maître et les filles une maîtresse.

Il n'y avait pas de cantine : la maîtresse faisait réchauffer le repas sur le poêle.


L'habillement


Les gens avaient des vêtements en droguet : c'est un tissu de laine épais, chaud et qui est presque imperméable.

Les femmes portaient des robes longues et les filles aussi. Sur le dos, elles mettaient des châles et, sur la tête, des bacheliques : sortes de capuches enveloppant la tête et le cou. Aux pieds, elles portaient des souliers, des bottes en cuir et surtout des sabots de bois garnis de paille.


Le courrier


Pendant plusieurs années, c'était un homme qui apportait le courrier. Il partait le soir en voiture à cheval avec une lanterne à bougies.

A cette époque, les gens écrivaient beaucoup, par exemple, ils s'envoyaient des cartes au 1er avril.


Les déplacements


Image IPB Il n' y avait pas de téléphone au village. Si l'on avait besoin du médecin, pour une naissance, une maladie, on allait le chercher et on le ramenait à la ville voisine. Le plus souvent les gens se déplaçaient à pied, en bicyclette ou alors en voiture à cheval. il y avait des breaks, des omnibus, tirés par des chevaux.


A la maison


Image IPB Ils s'éclairaient avec des bougies ou avec des lampes à pétrole. Pendant la guerre de 1914 à 1918, chaque maison n'avait droit qu'à un litre de pétrole par mois.

A la veillée, les hommes allaient dans la grange battre le blé et préparer le glui : c'est-à dire la paille pour couvrir les maisons.

Ils s'éclairaient avec les lanternes à bougie, il fallait faire très attention au feu.


Les repas


Ils mangeaient beaucoup de lard, de la volaille, des galettes et de la bouillie de sarrasin.

A cette époque-là, il n'y avait ni réchaud à gaz, ni cuisinière, la cuisine était faite sur le feu de cheminée.

Ils mangeaient beaucoup de pain.

Image IPB


Le linge


Le linge était frotté dans un lavoir, on le mettait, dans une grande cuve en bois posée sur une sorte de trépied : le cuvier. On mettait des morceaux de bois disposés en croix puis, par- dessus de la cendre dans un vieux drap. On ajoutait des brins de lauriers et des oignons de lys pour que le linge sente bon.

On faisait bouillir de l'eau et on remplissait la cuve, ensuite on la vidait et on recommençait plusieurs fois.
Le lendemain on allait rincer le linge.


ex_saint gaudens*


17 avril 2010 - 12:54 #6

0

Voir le messageFramboise69, le samedi 17 avril 2010 à 13h18, dit :

Je vais demander à ma moman qui est née en 1914, elle s'en rappellera petre !

Il n'y avait aucun confort, ni frigo (cave), ni lave-linge (ma grand-mère au bord du canal à laver son linge, et mon grand père lui cassait la glace quand il y en avait)... Elle est DCD à 91 ans et avait les doigts tout déformés, y a pas à se demander pkoi !

Juste un poste de radio qu'ils avaient pdt la guerre de 1945.
Rien à vendre, donc rien à acheter, pas de crédit... pas de stress, ils étaient plus heureux dans un sens que nous !
Mon grand-père travaillait au PLM (SNCF).

Les femmes avaient de belles toilettes pour les occasions particulières, (paques), la couturière les faisait sur mesure ! enfin c'était une autre vie !

Enfin voilà un début ! Dès que j'aurai la suite, je la poste !
Bon w.end



super interessant

L'utilisateur est hors-ligne aline line
Forumeur alchimiste, 49 ans


17 avril 2010 - 13:07 #7

0
Paris culturel | Tour Eiffel | Page d'accueil


La Belle époque à Paris

L 'expression "Belle époque" a été créée au lendemain de la Première Guerre Mondiale pour désigner la période qui s'étend de la fin du XIXème siècle au début du XXème (soit approximativement de 1890 à 1914). Il s'agissait alors d'exprimer la nostalgie d'une période d'insouciance, de plaisir, de bonne santé économique dans le cadre de la deuxième Révolution Industrielle. Cette période est caractérisée par un grand rayonnement culturel, une foi dans le progrès, la naissance d'une culture de masse¿ Paris, ville lumière, était le centre artistique et intellectuel de la France de la Belle époque.

Le Rayonnement culturel :

A la Belle époque on assiste à un réel bouillonnement culturel, surtout dans la capitale qui accueille bon nombre d'artistes et d'intellectuels. Le quartier de Montmartre est plus particulièrement le centre artistique et intellectuel de la Belle époque, fréquenté entre autres par des artistes comme Modigliani, Picasso, Renoir ou Toulouse-Lautrec.

C'est pendant la Belle époque qu'émerge l'Art Nouveau, qui répond à la recherche de nouveauté, caractéristique de cette époque. Il s'agit d'un style extravagant et très éclectique mêlant art baroque, classicisme et rococo, utilisant des matériaux tels que le verre et le fer. Cet art est extrêmement présent et mis à la portée de tous, notamment dans le métro et les gares.

Les Loisirs :

Dans cette période caractérisée par une certaine joie de vivre, les loisirs se démocratisent et on assiste à la naissance d'une culture de masse ; les Parisiens s'intéressent aux jeux, au sport (le premier Tour de France cycliste a lieu en 1903) et la société est plus encline à la consommation en raison du succès de la réclame (publicité) et des grands magasins.

Les Parisiens se passionnent également pour la musique et les interprètes du moment qui sont de véritables vedettes. On s'intéresse de plus en plus au progrès et le développement de la presse donne lieu à la parution de multiples revues à caractère scientifique.

Grâce aux divers moyens de déplacement tels que le train et l'automobile, les plus aisés partent en vacances et expérimentent les premiers bains de mer.

On apprécie beaucoup les sorties, les spectacles de Music-hall, le cirque. Ces loisirs ne sont plus uniquement réservés à l'élite sociale. Désormais, les ouvriers comme les petits bourgeois se côtoient dans des lieux de divertissement tels que les cafés-concerts de la Butte Montmartre par exemple. C'est en effet un quartier phare pour les Parisiens de la Belle Epoque aimant s'amuser. Les cabarets tels que les Folies Bergères, Le Chat Noir ou le Moulin Rouge sont à leur apogée.

Plus d'un centaine de cinémas ouvrent leurs portes à Paris entre 1900 et 1913.

Le théâtre de boulevard est également très populaire, car il met en scène des comédies basées sur des situations de la vie quotidienne.

Le Progrès :

On se souvient surtout de la Belle époque comme d'une période optimiste de foi dans le progrès et d'une vague exceptionnelle d'innovations en tous genres On observe des progrès considérables dans le domaine de la chimie et de la médecine, menant à une augmentation de l'espérance de vie. De plus, la croissance économique entraîne le développement de nouvelles inventions qui modifient radicalement les modes de vie ; la France est de plus en plus équipée en électricité, de plus en plus ont accès aux nouveaux moyens de déplacements ; le train, l'automobile et la motocyclette se démocratisent.

Les innovations technologiques donnent lieu à de nouveaux loisirs ; on peut désormais écouter de la musique chez soi grâce au phonographe, on peut se promener dans la rue à bicyclette¿

Le 28 décembre 1895, les Frères Lumière organisent la projection du premier film à Paris. C'est le début du succès de la cinématographie. La photographie progresse également et en 1907, les Frères Lumière présentent leur procédé de photographie des couleurs.

Autre invention qui révolutionnera le mode de vie des Parisiens ; le métropolitain, ¿uvre de Fulgence Bienvenüe, qui fut inauguré lors de l'Exposition Universelle, le 19 juillet 1900. Les entrées des bouches de métro, décorées de motifs floraux en fer forgé furent créées dans un style Art Nouveau par Hector Guimard.

La Mode :

La mode de la Belle époque, largement inspirée de l'Art Nouveau, oscille entre luxe abondant et désir de légèreté.

La mode féminine témoigne d'un goût pour les lignes souples. On apprécie toujours les volutes et les dentelles mais la jupe a perdu l'ampleur qu'elle avait au long du XIXème siècle. La silhouette s'amincit et devient plus cambrée.

Pour se distancier des femmes du peuple, les plus aisées portent le corset et des chapeaux, des plus simples aux plus extravagants. Les accessoires sont aussi très importants ; on porte des gants, des bottines de cuir et parfois des ombrelles pour se protéger du soleil. On se pare également de bijoux inspirés de l'Art Nouveau, de parfum et de maquillage. De nouvelles tenues pour le sport (bicyclette, natation¿) font leur apparition.

La mode masculine reste très sobre comme elle le fut tout au long du XIXème siècle. Les hommes portent généralement un sombre costume trois pièces, qu'ils soient issus des catégories les plus aisées ou de la petite bourgeoisie. Seuls varient la qualité des textiles et les accessoires. Les plus aisés portent des montres à chaînette d'or, de belles cannes à pommeau et des gants de cuir. C'est la mode des cheveux courts et de la moustache.

L'Exposition universelle de 1900 :

C'est la plus importante exposition universelle en France, un des symboles mêmes de la belle époque. Elle est mise en place afin de fêter la fin du siècle et d'entrer dans le nouveau. Elle joue un rôle amplificateur de l'innovation.

Très étendue géographiquement, l'Exposition Universelle mobilise l'ouest parisien, des invalides au Champ de Mars et une partie de la capitale se retrouver transformée en un immense palais des illusions, une cité idéale.

L'Exposition universelles de 1900 est tout d'abord une immense vitrine du progrès. On souhaite mettre en avant les progrès technologiques, mais aussi la puissance industrielle et culturelle. Pendant 210 jours, 51 millions de visiteurs viennent de toute l'Europe pour admirer les multiples fantaisies architecturales de la capitale, entre autres, l'entrée monumentale ou le globe terrestre creux situé à côté de la Tour Eiffel.

L'Exposition ne manque pas d'attractions sensationnelles ; un trottoir roulant appelé "Rue de l'avenir", la projection de films sur grand écran, un Grande Roue de 100 mètres de diamètre construite sur l'avenue de Suffren. Les visiteurs peuvent observer la lune à distance ou visiter des pavillons tels que celui des Arts Décoratifs, le Palais de l'électricité, de la Mécanique, du Génie civil, des Mines, des Arts libéraux, de la Métallurgie, le Petit Palais ainsi que le Grand Palais.

On présente également de nouveaux moyens de transport tel que les trains électriques, la première ligne de métro. L'électricité permet aux festivités de se prolonger dans la nuit et aux visiteurs d'admirer les fontaines.

Cette Exposition Universelle a aussi pour but de faire l'apologie du grand empire colonial qu'est la France, en faisant l'étalage des colonies. La colonisation est à l'époque perçue comme positive.

Des spectacles exotiques sont organisés dans les éphémères palais orientaux situés sur les bords de la Seine. On y présentait les musiques des quatre coins du monde, on proposait de goûter aux aliments exotiques et on pouvait observer toutes sortes de curiosités ; matériaux et objets précieux, animaux venus d'ailleurs¿

La Belle époque fut donc une période de joie de vivre, de démocratisation des loisirs et de progrès. Mais ces années furent malgré tout enjolivées en raison du traumatisme que la Grande Guerre a laissé dans les esprits. Elles comportaient également quelques faiblesses, notamment un déficit démographique important, des conflits sociaux et des difficultés dans le monde ouvrier et rural, malgré l'apparition des premières lois sociales.

Ce message a été modifié par saint gaudens - 17 avril 2010 - 13:08.

ex_saint gaudens*


17 avril 2010 - 13:27 #8

0

Voir le messagesaint gaudens, le samedi 17 avril 2010 à 14h07, dit :

Paris culturel | Tour Eiffel | Page d'accueil


La Belle époque à Paris

L 'expression "Belle époque" a été créée au lendemain de la Première Guerre Mondiale pour désigner la période qui s'étend de la fin du XIXème siècle au début du XXème (soit approximativement de 1890 à 1914). Il s'agissait alors d'exprimer la nostalgie d'une période d'insouciance, de plaisir, de bonne santé économique dans le cadre de la deuxième Révolution Industrielle. Cette période est caractérisée par un grand rayonnement culturel, une foi dans le progrès, la naissance d'une culture de masse¿ Paris, ville lumière, était le centre artistique et intellectuel de la France de la Belle époque.

Le Rayonnement culturel :

A la Belle époque on assiste à un réel bouillonnement culturel, surtout dans la capitale qui accueille bon nombre d'artistes et d'intellectuels. Le quartier de Montmartre est plus particulièrement le centre artistique et intellectuel de la Belle époque, fréquenté entre autres par des artistes comme Modigliani, Picasso, Renoir ou Toulouse-Lautrec.

C'est pendant la Belle époque qu'émerge l'Art Nouveau, qui répond à la recherche de nouveauté, caractéristique de cette époque. Il s'agit d'un style extravagant et très éclectique mêlant art baroque, classicisme et rococo, utilisant des matériaux tels que le verre et le fer. Cet art est extrêmement présent et mis à la portée de tous, notamment dans le métro et les gares.

Les Loisirs :

Dans cette période caractérisée par une certaine joie de vivre, les loisirs se démocratisent et on assiste à la naissance d'une culture de masse ; les Parisiens s'intéressent aux jeux, au sport (le premier Tour de France cycliste a lieu en 1903) et la société est plus encline à la consommation en raison du succès de la réclame (publicité) et des grands magasins.

Les Parisiens se passionnent également pour la musique et les interprètes du moment qui sont de véritables vedettes. On s'intéresse de plus en plus au progrès et le développement de la presse donne lieu à la parution de multiples revues à caractère scientifique.

Grâce aux divers moyens de déplacement tels que le train et l'automobile, les plus aisés partent en vacances et expérimentent les premiers bains de mer.

On apprécie beaucoup les sorties, les spectacles de Music-hall, le cirque. Ces loisirs ne sont plus uniquement réservés à l'élite sociale. Désormais, les ouvriers comme les petits bourgeois se côtoient dans des lieux de divertissement tels que les cafés-concerts de la Butte Montmartre par exemple. C'est en effet un quartier phare pour les Parisiens de la Belle Epoque aimant s'amuser. Les cabarets tels que les Folies Bergères, Le Chat Noir ou le Moulin Rouge sont à leur apogée.

Plus d'un centaine de cinémas ouvrent leurs portes à Paris entre 1900 et 1913.

Le théâtre de boulevard est également très populaire, car il met en scène des comédies basées sur des situations de la vie quotidienne.

Le Progrès :

On se souvient surtout de la Belle époque comme d'une période optimiste de foi dans le progrès et d'une vague exceptionnelle d'innovations en tous genres On observe des progrès considérables dans le domaine de la chimie et de la médecine, menant à une augmentation de l'espérance de vie. De plus, la croissance économique entraîne le développement de nouvelles inventions qui modifient radicalement les modes de vie ; la France est de plus en plus équipée en électricité, de plus en plus ont accès aux nouveaux moyens de déplacements ; le train, l'automobile et la motocyclette se démocratisent.

Les innovations technologiques donnent lieu à de nouveaux loisirs ; on peut désormais écouter de la musique chez soi grâce au phonographe, on peut se promener dans la rue à bicyclette¿

Le 28 décembre 1895, les Frères Lumière organisent la projection du premier film à Paris. C'est le début du succès de la cinématographie. La photographie progresse également et en 1907, les Frères Lumière présentent leur procédé de photographie des couleurs.

Autre invention qui révolutionnera le mode de vie des Parisiens ; le métropolitain, ¿uvre de Fulgence Bienvenüe, qui fut inauguré lors de l'Exposition Universelle, le 19 juillet 1900. Les entrées des bouches de métro, décorées de motifs floraux en fer forgé furent créées dans un style Art Nouveau par Hector Guimard.

La Mode :

La mode de la Belle époque, largement inspirée de l'Art Nouveau, oscille entre luxe abondant et désir de légèreté.

La mode féminine témoigne d'un goût pour les lignes souples. On apprécie toujours les volutes et les dentelles mais la jupe a perdu l'ampleur qu'elle avait au long du XIXème siècle. La silhouette s'amincit et devient plus cambrée.

Pour se distancier des femmes du peuple, les plus aisées portent le corset et des chapeaux, des plus simples aux plus extravagants. Les accessoires sont aussi très importants ; on porte des gants, des bottines de cuir et parfois des ombrelles pour se protéger du soleil. On se pare également de bijoux inspirés de l'Art Nouveau, de parfum et de maquillage. De nouvelles tenues pour le sport (bicyclette, natation¿) font leur apparition.

La mode masculine reste très sobre comme elle le fut tout au long du XIXème siècle. Les hommes portent généralement un sombre costume trois pièces, qu'ils soient issus des catégories les plus aisées ou de la petite bourgeoisie. Seuls varient la qualité des textiles et les accessoires. Les plus aisés portent des montres à chaînette d'or, de belles cannes à pommeau et des gants de cuir. C'est la mode des cheveux courts et de la moustache.

L'Exposition universelle de 1900 :

C'est la plus importante exposition universelle en France, un des symboles mêmes de la belle époque. Elle est mise en place afin de fêter la fin du siècle et d'entrer dans le nouveau. Elle joue un rôle amplificateur de l'innovation.

Très étendue géographiquement, l'Exposition Universelle mobilise l'ouest parisien, des invalides au Champ de Mars et une partie de la capitale se retrouver transformée en un immense palais des illusions, une cité idéale.

L'Exposition universelles de 1900 est tout d'abord une immense vitrine du progrès. On souhaite mettre en avant les progrès technologiques, mais aussi la puissance industrielle et culturelle. Pendant 210 jours, 51 millions de visiteurs viennent de toute l'Europe pour admirer les multiples fantaisies architecturales de la capitale, entre autres, l'entrée monumentale ou le globe terrestre creux situé à côté de la Tour Eiffel.

L'Exposition ne manque pas d'attractions sensationnelles ; un trottoir roulant appelé "Rue de l'avenir", la projection de films sur grand écran, un Grande Roue de 100 mètres de diamètre construite sur l'avenue de Suffren. Les visiteurs peuvent observer la lune à distance ou visiter des pavillons tels que celui des Arts Décoratifs, le Palais de l'électricité, de la Mécanique, du Génie civil, des Mines, des Arts libéraux, de la Métallurgie, le Petit Palais ainsi que le Grand Palais.

On présente également de nouveaux moyens de transport tel que les trains électriques, la première ligne de métro. L'électricité permet aux festivités de se prolonger dans la nuit et aux visiteurs d'admirer les fontaines.

Cette Exposition Universelle a aussi pour but de faire l'apologie du grand empire colonial qu'est la France, en faisant l'étalage des colonies. La colonisation est à l'époque perçue comme positive.

Des spectacles exotiques sont organisés dans les éphémères palais orientaux situés sur les bords de la Seine. On y présentait les musiques des quatre coins du monde, on proposait de goûter aux aliments exotiques et on pouvait observer toutes sortes de curiosités ; matériaux et objets précieux, animaux venus d'ailleurs¿

La Belle époque fut donc une période de joie de vivre, de démocratisation des loisirs et de progrès. Mais ces années furent malgré tout enjolivées en raison du traumatisme que la Grande Guerre a laissé dans les esprits. Elles comportaient également quelques faiblesses, notamment un déficit démographique important, des conflits sociaux et des difficultés dans le monde ouvrier et rural, malgré l'apparition des premières lois sociales.



oui mais la vie quotidienne à la campagne ce n'etait pas les folies bergeres ?!! j'en ai bien peur.

et c'est sur cette vie la que j'ai envie de me pencher plus particulierement pour savoir de quoi etait faite la vie de cette époque quand on etait pas parigo ?

qu'est ce que les gens mangeaient ?

tous les legumes pomme de terre tomates poissons ?
de quoi vivaient -ils ? des champs ?
mais il fallait être propriétaire.

comment devenait on propriétaire de terrain ?
ou travaillait on ?

combien d'enfants par famille ? il parrait qu'il y avait beaucoup de famille nombreuses 6 12 enfants ?

en tout cas superbe exposé !!! :blush: :coeur: :coeur:

Ce message a été modifié par aline line - 17 avril 2010 - 13:30.

L'utilisateur est hors-ligne aline line
Forumeur alchimiste, 49 ans


18 avril 2010 - 09:01 #9

0
Passionnant, vraiment.

Le pot de fer contre le pot de terre, Paris et le reste de la France.

La campagne a toujours vécu difficilement, je retrouve cette "sensation" en peinture, pas gai le marron des robes des paysannes, de la terre.
19e siècle donc naissance de l'ère industrielle donc usine.
L'ouvrier allait au travail à pied, on cite les enfants parcourant deux heures le matin, pareil le soir pour aller à l'usine.
Huit heures de travail mais pendant 6 jours.
La Sécurité sociale n'existait pas d'où des hospices religieux et la lente naissance de la notion d'hôpital.
La retraite, rien, imaginez, hospice, famille, indigence, on en parle au gouvernement enfin.

Dans les cuisines se posait le problème de la conservation, on mangeait les produits du moment plus salaison, graisse, vinaigre, cuisson à l'étuvée, bref tout à la main, la conserve n'était pas démocratique.

Le bain non, peu de baignoires, Thomas Mann vers 1900 raconte :
"un bain par semaine avec, dans la même baignoire, d'abord les maîtres, leurs enfants puis le personnel de maison".

Le personnel de maison était nombreux, 1/2 journée de repos par semaine, travail tard, lever au chant du coq.

En 1946, ma mère allait en apprentissage à vélo à 15kms alors avant !

La culture oui mais quelle époque ! les peintres, écrivains circulent entre les capitales grâce au train, les américains prennent le bateau pour l'Europe d'où des échanges avec par exemple l'orientalisme, l'impressionnisme américain.
C'est une période bénie des Dieux mais pas pour le peuple.

L'utilisateur est hors-ligne nerelucia
Forumeur alchimiste



Page 1 sur 1