Aller au contenu

Page 1 sur 1

Note : - - - - - La réforme des retraites L'exemple du Chili

25 décembre 2008 - 09:46 #1

0
Bien que les gouvernements successifs de la France depuis 2002 s'en défendent, ils suppriment petit à petit le système de retraite par répartition, ouvrant ainsi un nouveau marché aux assurances privées.

- Ils diminuent chaque année le montant réel des pensions en réévaluant leur montant nominaux de seulement 1% par an, alors que l'inflation tourne autour de 3%.
- Ils augmentent la proportion de français subissant une "décote" sur leur retraite en augmentant la durée légale de cotisation pour bénéficier d'une retraite pleine.
- Ils justifient ces mesures en arguant d'un déficit du système qu'ils créent eux-mêmes en refusant obstinément de faire varier les taux de cotisation en fonction de l'évolution de la part de la population âgée dans la population totale.
Enfin, ils accordent des réductions d'impôt aux français qui font le choix des assurances privées.

Quels seront les conséquences à long terme de cette politique inavouable ? Un pays étranger peut nous donner des indices.



Citation

Le Chili est le seul pays du monde à avoir conduit l'expérience de la privatisation complète des retraites durant une période de plus d'un quart de siècle. Inspirée directement des théories de Milton Friedman (1) et imposée de façon autoritaire par le général Augusto Pinochet, la réforme fut mise en oeuvre dès 1980 [...]
Des millions de Chiliens percevront au moment de leur départ en retraite des sommes infimes (de 8 à 16 euros par mois) quand le salaire minimum est de 156 euros.
Que s'est-il donc passé ? Depuis 1981, à l'exception des 3,8% de chiliens qui parvinrent à conserver leur ancien régime par répartitition et des 3,5% cotisant à la caisse des indépenants, l'ensemble de la population active est obligatoirement affiliée à un régime par capitalisation. Cependant, le marché de l'emploi est devenu si précaire que seuls 11% des salariés parviennent à effectuer des versements sur une base menseuelle.
[...]
Michelle Bachelet décidait au début de 2008 d'instaurer une allocation publique de solidarité de 120¿ par mois.


Manuel Riesco, Le monde diplomatique, décembre 2008

(1) http://fr.wikipedia....Milton_Friedman

Ce message a été modifié par carnifex - 25 décembre 2008 - 09:46.

L'utilisateur est hors-ligne carnifex
Forumeur alchimiste, 32 ans


À l'Instant

25 décembre 2008 - 10:46 #2

0
:smile2: .............le pire c'est qu'il faut encore réformer en France ......car le trou dans les caisses se creuse de plus en plus ;)


ça nous laisse po présager d'une belle et bonne retraitre :mur: .....(quand ont l'aura :mur: )

L'utilisateur est hors-ligne le zebre60
Forumeur alchimiste, 104 ans


25 décembre 2008 - 19:59 #3

0
Ben voyons. Quelle assurance dans cette affirmation qui sort tout droit d'un journal de Tf1, Pernaut par exemple.

Voici un contre argumentaire concernant le soit-disant déséquilibre des retraites par répartition :
http://www.france.at...php?article1996

Malgrè la déchéance du système des fond de pension qui non seulement a atteint le Chili mais il y a aussi l'argentine et plus discrètement car on en parle quasiment pas dans nos médias : les USA et la Grande Bretagne (voire l'espagne) ou les retraités se retrouvent "à poil"

Il faut remarquer, quand même, la solidité de notre système par répartition, tout attaqué et réduit qu'il est par le dogmatisme idéologique des libéraux, lors de cette crise.

Il faut le défendre en faisant payer ceux qui doivent de l'argent à l'état. La mode revient au Keynésianisme, profitons en.

L'utilisateur est hors-ligne 12ansdage
Forumeur alchimiste, 58 ans



Page 1 sur 1